Suisse
Armée

Amherd demande un crédit de 32 milliards de francs pour l'armée

La ministre de la Défense Viola Amherd, ici avec le chef de l'armée Thomas Süssli, demande des milliards pour l'armée suisse.
La ministre de la Défense Viola Amherd, ici avec le chef de l'armée Thomas Süssli, demande des milliards pour l'armée suisse.Image: keystone/shutterstock/watson

Amherd demande 32 milliards de francs pour l'armée et voici pourquoi

La ministre de la Défense Viola Amherd soumet, ce mercredi, le nouveau message sur l'armée au Conseil fédéral. Ce document détaille les capacités que l'armée doit atteindre ces douze prochaines années. Selon nos informations, elle va demander beaucoup d'argent.
14.02.2024, 10:2514.02.2024, 14:07
Othmar von Matt / ch media
Plus de «Suisse»

Il semblerait que le Département de la Défense soumette plus rapidement que prévu le message sur l'armée 2024 au Conseil fédéral. Selon plusieurs sources bien informées, il est fort probable que ce soit fait ce mercredi déjà. A cette occasion, la conseillère fédérale Viola Amherd présentera au gouvernement un programme d'une ampleur historique.

Le point fort du message est le «programme de capacités». Celui-ci présente des scénarios décrivant les capacités militaires que l'armée doit développer au cours des douze prochaines années – c'est-à-dire jusqu'en 2035 – en se basant sur le rapport sur la politique de sécurité. Le programme contient également des scénarios concernant les dépenses d'investissement que l'armée devra effectuer durant cette période.

Le scénario le plus ambitieux prévoit un crédit d'engagement de 32 milliards de francs. Ce montant a été confirmé par plusieurs sources. De quoi parle-t-on? Un crédit d'engagement fixe le montant maximal jusqu'auquel le Conseil fédéral peut prendre des engagements financiers pour un projet donné. Il est utilisé lorsqu'un projet implique des paiements au-delà de l'année budgétaire. Le paquet de mesures décrit dans le programme de capacités continuera toutefois d'être mis en œuvre par le biais de tranches annuelles de crédits d'engagement pour le matériel d'armement et l'immobilier.

Mais le budget de l'armée va au-delà de ces 32 milliards. Le Conseil fédéral et le Parlement ont décidé que les dépenses de l'armée devaient atteindre 1% du produit intérieur brut (PIB) d'ici 2035. En chiffres, cela signifie que l'armée devrait recevoir 93,84 milliards de francs au total entre 2024 et 2035.

Viola Amherd confirme
La cheffe du département fédéral de la Défense a confirmé mercredi après-midi que l'armée allait bien débourser plus de 31 milliards de francs d'ici à 2028. Elle a demandé 4,9 milliards immédiatement et un plafond des dépenses pour 2025 à 2028 s'élèvant à 25,8 milliards.

Sur quelle analyse se base l'approche d'Amherd?

Le nouveau message sur l'armée découle d'une analyse de la société Deloitte, commandée par la ministre de la Défense Viola Amherd. Les résultats, publiés en 2020, montrent que les processus d'acquisition d'armement ont un grand potentiel d'amélioration, notamment en termes de temps, de qualité et de coûts.

L'une des recommandations clés de l'analyse de Deloitte est de renforcer le rôle du Parlement dans l'orientation fondamentale de l'armée et de ses capacités:

  • A l'avenir, les Chambres fédérales devraient s'occuper de l'orientation stratégique de l'armée dans le cadre d'un «dialogue sur les capacités».
  • De son côté, le Conseil fédéral devrait être responsable de la mise en œuvre des différentes acquisitions, tout en restant dans la direction du développement de l'armée définie par le Parlement.

Le Conseil fédéral a décidé de cette nouvelle procédure il y a trois ans déjà, lors de sa séance du 4 juin 2021. Il avait alors décidé que le Parlement recevrait ce type de message sur l'armée une fois par législature à partir de 2024.

Avec le message sur l'armée 2024, le Département de la défense présente également au Conseil fédéral un programme d'armement 2024, bien que l'armée ait dû reporter des paiements d'un montant de 800 millions de francs sur les années 2025 à 2027. Le message contiendrait un crédit d'engagement de 490 millions de francs. Le département veut ainsi s'assurer que ses projets entrent à temps dans les lignes de production des groupes d'armement.

Résistance prévue au sein du Conseil fédéral

Les crédits d'engagement et les plafonds de dépenses sur plusieurs années ne sont pas inhabituels en soi. Le Parlement définit également ces aspects stratégiques dans le cadre de l'encouragement de la formation, de la recherche et de l'innovation, de la culture ou de la coopération internationale, mais seulement pour quatre ans. Le nouveau message sur l'armée est plus complet et couvre douze ans.

Les nouvelles ambitions de l'armée suscitent toutefois des craintes dans les autres départements qui ont peur d'être pénalisés par les convoitises de l'armée. C'est pourquoi des experts partent du principe que seul le nouveau programme d'armement de 490 millions franchira l'obstacle du Conseil fédéral. Le crédit d'engagement sur douze ans risque quant à lui de devoir être dissocié du programme d'armement et d'être rediscuté lors d'une deuxième séance du Conseil fédéral.

Traduit et adapté de l'allemand par Léa Krejci

Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Les gens du voyage ont quitté Yverdon (VD) pour une autre commune
La Ville et Police Nord Vaudois avaient tout mis en œuvre afin de faire face au passage des gens du voyage à Yverdon, annoncé depuis des mois, dans les meilleures conditions possibles. Ils sont désormais installés à Morrens (VD).

Menacés par une procédure d’expulsion par la Municipalité d'Yverdon-les-bains (VD), les gens du voyage ont finalement quitté jeudi le terrain d'Y-Parc qu'ils occupaient depuis début mars. Cette communauté n'avait pas respecté le délai de départ fixé à vendredi dernier et une soixantaine de caravanes stationnaient encore sur les lieux.

L’article