DE | FR

Voici les décisions que pourrait prendre le Conseil fédéral ce vendredi

Le gouvernement a mis, mardi, en consultation un paquet de mesures. C'est aujourd'hui, après consultation des cantons, qu'il va décider des règles qui vont s'appliquer jusqu'au 24 janvier. Voilà ce que l'on sait.
03.12.2021, 07:0505.12.2021, 18:31
Jason Huther
Jason Huther
Suivez-moi

C'est l'apparition du variant Omicron – dont on sait peu de choses, mais qui pourrait être très contagieux – couplé à la hausse des cas due à Delta qui a poussé le Conseil fédéral à resserrer les mesures sanitaires pour lutter contre la pandémie. Le gouvernement indique dans sa documentation:

«Dans l’état actuel des connaissances sur le variant Omicron, il n’est pas encore possible de prédire quelles répercussions celui-ci pourrait avoir sur la situation épidémiologique en Suisse. Il n’est cependant pas exclu que la propagation de ce nouveau variant dans le pays alourdisse la charge pesant sur les hôpitaux».
source: admin.ch

C'est pourquoi les autorités ont donc décidé, mardi, d'envoyer un paquet de nouvelles mesures en consultation jusqu'à mercredi soir. Et, c'est aujourd'hui qu'il va rendre ses décisions. Qui a été consulté au fait? Les cantons pour l'essentiel, car le gouvernement est obligé de le faire. On peut, en jetant un œil aux résultats de leurs délibérations, mettre en lumière les éléments suivants.

Certificat Covid à l'intérieur

Le Conseil fédéral veut que le certificat Covid soit exigé lors de toutes les manifestations, activités sportives et culturelles se déroulant en intérieur. Il en va de même pour les rencontres familiales ou entre amis, dès onze personnes. La limite actuelle de 30 participants est en revanche levée.

Cette idée d'imposer le certificat Covid dans le cercle privé ne suscite pas du tout l'enthousiasme chez les cantons. Ils sont nombreux à rejeter cette proposition, si l'on en croit l'agence Keystone-ATS qui a fait le tour des popotes jeudi. Et ceci pour deux raisons:

  • Il serait impossible pour les autorités de contrôler le respect de cette mesure lors de rencontres privées en famille et entre amis. Notons qu'Alain Berset avait précisé, mardi, que c'était une question de bon sens: «Il ne s'agit pas d'aller contrôler chez les gens. Si vous faites une fête de famille avec 20 ou 30 personnes, essayez de faire en sorte que les personnes non vaccinées fassent un test».
  • Le second argument qui motive la réticence des cantons est leur crainte que cette mesure n'accentue les divisions dans les familles à l'approche des fêtes de fin d'année.

>>> Les dernières informations sur le Covid en Suisse et dans le monde

Certificat Covid pour les lieux publics extérieurs et intérieurs

  • Pour le Conseil fédéral, le sésame sanitaire devrait être exigé à partir 300 personnes en extérieur désormais. Pour l'heure, la barre est placée à 1000 participants.
  • Parallèlement à cette extension, le certificat serait plus difficile à obtenir. En effet, les tests PCR ne seraient valables que pendant 48 heures et la durée des tests rapides antigéniques serait divisée par deux: ils ne seraient valides que 24 heures.

Dans leur grande majorité, les cantons sont favorables à ces deux propositions du Conseil fédéral.

Extension du port du masque dans les lieux publics

Le Conseil fédéral aimerait le retour du masque obligatoire dans tous les lieux fermés et accessibles au public où le certificat Covid est exigé. En outre, il ne sera, désormais, plus possible, pour les institutions médico-sociales, de prévoir des exceptions à l’obligation du port du masque pour leurs résidents dans les espaces accessibles au public.

Concernant les restaurants, bars ou discothèques, le Conseil fédéral aimerait que l'obligation de consommer assis soit réintroduite. Dans ce contexte, le port du masque sera obligatoire dès que les gens circulent dans les établissements. Cette proposition est largement approuvée par les cantons. Les Grisons sont déjà allés un poil plus loin dans les restrictions aux lieux publics: ils n'autorisent l'accès aux boîtes de nuit qu'aux vaccinés et guéris.

A noter que le Conseil fédéral veut imposer une autre mesure aux exploitants: aérer leurs établissements régulièrement. Pourquoi? Afin d'éviter la transmission par aérosols. Et, c'est utile, en plus, pour toutes sortes de raisons 👇.

Cette extension du port du masque aux espaces intérieurs, aux manifestations ou aux lieux clos accessibles au public est, de manière générale, approuvée par les cantons.

Un autre aspect des restrictions touche les manifestations sportives et culturelles. Si le masque ne peut pas être porté lors de ces activités, alors les coordonnées des participants devraient être relevées. Cette méthode est déjà appliquée pour les discothèques. Cette proposition ne fait l'objet d'aucune résistance de la part des cantons qui l'acceptent.

Changement dans la réglementation au travail

Le Conseil fédéral n'a pas proposé une, mais plusieurs options. Toutes visent, à des degrés divers, à réintroduire des mesures sanitaires dans le monde du travail. Il a proposé ces scénarios:

  1. Une obligation générale de porter le masque dans les bureaux occupés par plusieurs employés. Des exceptions sont prévues pour les situations dans lesquelles il est impossible de le porter, par exemple, pour des raisons de sécurité.
  2. Les travailleurs non-vaccinés ou n'ayant pas encore contracté la maladie devraient être contraints au télétravail. Dans ce scénario, au bureau, ils devraient être masqués. A noter que les gens vaccinés et guéris pourraient être exemptés de masque, a précisé un expert de la Confédération.
  3. Réintroduction du télétravail pour tous. Les employés ne pouvant le faire, devraient porter le masque s'ils sont plusieurs par pièce. Des tests répétitifs devraient également être proposés aux collaborateurs.

La plupart des cantons rejettent l'obligation du télétravail même pour le personnel qui ne serait ni vacciné ni guéri. Ils estiment néanmoins que recommander le télétravail est une bonne solution. Finalement, l'option qui trouve grâce à leurs yeux est la première des trois proposée par la Confédération.

En parlant des règles au travail 👇

Vidéo: watson

Obligation de tester les jeunes dans les écoles

Le Conseil fédéral aimerait que «les cantons veillent à ce que des tests répétés soient effectués à l’école obligatoire et au niveau secondaire II». Une demande qui n'a pas trouvé grâce aux yeux des cantons. Ils estiment que cela n'apporte pas de bénéfices. En revanche, certains préconisent plutôt le dépistage massif en cas de flambée.

Les cantons de Suisse orientale ont été plus radicaux, précise l'ATS. Ils rejettent «catégoriquement» cette proposition, car elle entraînerait une surcharge en matière logistique et pour les laboratoires. Le canton d'Argovie juge «impossible à mettre en œuvre» cette obligation. Seul Soleure est favorable à ces tests réguliers.

Quand est-ce que ces mesures entreront en vigueur?

Ce n'est pas très clair. Si l'on en croit la documentation fournie aux cantons et disponible sur le site de la Confédération, on voit que les autorités ont laissé des petits points là où devrait se trouver la date:

Il y a bien un jour qui est indiqué: le 14 décembre pour l'article 10. Mais, que recèle cet article? En substance, il s'agit des mesures liées à l'aération dans les bars et discothèques, la collecte de données lors des événements et le port du masque dans les restaurants et bistrots (lors des déplacements).

Toutes les mesures mises en consultation seraient limitées jusqu'au 24 janvier. (avec ats et mndl)

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo

Plus d'articles sur le Covid-19

5e vague et nouvelles mesures Covid: tous coupables?

Link zum Artikel

Faut-il attendre un vaccin efficace contre Omicron avant de faire la 3e dose?

Link zum Artikel

En cas de surcharges des soins intensifs en Suisse, qui a la priorité?

Link zum Artikel

Faut-il exclure les non-vaccinés? «Ils vivent aux crochets des vaccinés»

Link zum Artikel
4 choses à savoir sur le procès de Pierin Vincenz, l'ex-patron de Raiffeisen
Le procès de Pierin Vincenz, l'ancien boss de la banque Raiffeisen, s'ouvre mardi devant le tribunal de district de Zurich. Voici les enjeux de ce jugement très attendu.

Qualifié déjà comme le «procès de la décennie», le procès de l'un des banquiers les plus célèbres de Suisse, Pierin Vincenz, suscite toutes les passions. Mais pourquoi fait-il donc autant jaser?

L’article