stratus fréquent
DE | FR
Suisse
Certificat Covid

Ruben Ramchurn (UDC) visé pour trafic de certificat Covid

Ruben Ramchurn president de l'UDC Yverdon arrive pour son proces devant la justice pour non-respect des mesures Covid ce lundi 8 novembre 2021 au Tribunal d'arrondissement de la Broye et du Nord vaudo ...
L'élu UDC yverdonnois Ruben Ramchurn est accusé d'être à la tête d'un trafic de faux certificats Covid français.Image: KEYSTONE

L'UDC Ruben Ramchurn sous enquête pour trafic de certif' Covid et de drogue

L'élu yverdonnois est accusé d'être le cerveau d'un trafic de faux certificats sanitaires français. L'UDC est aussi soupçonné d’avoir organisé des fêtes chez lui pendant la pandémie, avec distribution de drogues, qu'il vendrait aussi dans un établissement érotique. Perquisitionné cet été, Ruben Ramchurn nie tout en bloc, accusant un policier de «vouloir sa tête».
29.11.2022, 06:1429.11.2022, 23:20
Margaux Habert
Suivez-moi

«Ils n'ont rien contre moi, ils veulent juste me faire porter le chapeau. "Cerveau d'un trafic de faux passes sanitaires français", comme si je n'avais que ça à faire!» Ruben Ramchurn, vice-président de la section yverdonnoise de l'UDC, est en colère. Le trublion est notamment connu pour son sens de la provocation. Il a, par exemple, interrompu il y a quelques semaines une séance des militants de Renovate Switzerland, musique à fond et menaçant de se coller la main sur place.

C'est, selon lui, à cause de sa «grande gueule» qu'on aurait envie de le faire taire, quitte à le «mêler injustement à une histoire de faux certificats Covid», notamment.

L'appartement de l'élu a été perquisitionné

Le 8 juillet dernier, son appartement est fouillé par des policiers. «S'il y avait quelque chose à trouver, ils l'auraient trouvé! Ils sont venus à huit.»

«Une perquisition, c'est d'une violence... Je dors très mal depuis»
Ruben Ramchurn

Il le dit volontiers lui-même. Chez lui, la police a découvert un pass sanitaire français à son nom: «Un ami en avait commandé quelques-uns en France, il en a déposé un dans ma boîte aux lettres. Je ne l'ai jamais utilisé, puisque j'en avais un vrai. Cet ami a avoué... Mais la police a décidé que j'étais coupable».

L'ami en question, Christophe Loperetti, lui aussi encarté à l'UDC après un passage chez les Vert'libéraux et le Parti socialiste, nous le confirme:

«C'est moi qui suis à l'origine du passe au nom de Ruben. J'en ai acheté et revendu plusieurs, entre la France et la Suisse. Pas par appât du gain, mais pour rendre service. C'était une démarche éthique, pour moi, contre ces mesures liberticides»
Christophe Loperetti

Un «service» qui, selon ses dires, pourrait le mener jusqu'à une peine de prison ferme. «Le jugement n'a pas encore été rendu, mais c'est ce qu'on m'a dit: six mois de prison ferme», soupire Christophe Loperetti.

Contactée au sujet de Ruben Ramchurn, la Police cantonale vaudoise nous renvoie au Ministère public, qui confirme qu’une instruction pénale est en cours, «raison pour laquelle il ne s'exprimera pas sur ce sujet».

Selon le principal intéressé, cette affaire est «une cabale, menée par un policier qui veut ma tête.» Son ami abonde: «il y a un policier qui en a fait une affaire personnelle», assure Christophe Loperetti. Ruben Ramchurn a déposé une plainte contre X pour dénonciations calomnieuses et réfléchit à en déposer une autre pour le même motif, directement contre le policier.

«Il a monté tout un dossier en mélangeant des histoires. En plus de ce trafic, je serais un gros consommateur de drogue, j'en aurais vendu dans un bar de prostituées à Yverdon et organisé des soirées chez moi pendant la pandémie, avec de la drogue... Alors que je n'ai même pas de salon, je n'invite personne chez moi. On m'accuse d'avoir fait des fêtes et des passes Covid, mais sans savoir à quelles dates. Et l'une des histoires retenues par ce policier concerne un autre Ruben.»
Ruben Ramchurn

Selon des documents que nous avons pu consulter, la mention d'un Ruben figure bien dans le dossier, mais sans nom de famille.

Pour l'avocat de Ruben Ramchurn, le conseiller national UDC Jean-Luc Addor, les autorités veulent «se faire Ramchurn», puisqu'il était déjà dans leur collimateur. «On le persécute pour en faire un exemple». Et d'expliquer que les autorités veulent ainsi s'assurer que personne ne contestera à l'avenir d'éventuelles décisions. «Si un jour, pour un autre virus, on nous remet des mesures liberticides, personne ne doit oser résister. Il faut que les opposants aient peur, d'où ces moyens disproportionnés contre Ruben Ramchurn». Selon le magistrat, il s'agit d'un procès avant tout politique:

«Autant de policiers pour une perquisition, c’est un délire total. Ce n'est pas un terroriste! Imaginez, il y a des affaires où il n’y a pas assez de monde pour gérer de vrais criminels. Dans un cas comme celui-ci, il y a la volonté d'humilier»
Jean-Luc Addor, avocat de Ruben Ramchurn

La police a interrogé plusieurs personnes au sujet du trafic de passes Covid supposé de Ruben Ramchurn. «La plupart d'entre eux, je ne les connais même pas», se défend-il. L'Yverdonnois nous indique par ailleurs que durant la période où ces faux passes auraient été délivrés, il ne se trouvait pas en Suisse.

Les affaires de l'Yverdonnois placées sous scellé

Lors de la perquisition chez l'élu, qui reconnaît ne pas avoir été «très tendre avec eux», les policiers auraient embarqué, entre autres, un ordinateur potable, de vieux téléphones, quelques clés USB. Des appareils dans lesquels, selon l'Yverdonnois, les autorités espèrent trouver aussi des éléments attestant de la tenue de fêtes durant la pandémie et du trafic de drogue dont on l'accuse. Pour l'avocat, il n'y a «pas l'ombre d'une preuve» que son client soit impliqué dans un trafic de stupéfiants.

«Ce ne sont pas les plus doués en informatique, puisqu'ils ont aussi embarqué... l'embout USB d'une souris sans fil, le prenant pour une clé USB!»
Ruben Ramchurn

Des perquisitions qui représenteraient «des dizaines de milliers de francs de frais» selon l'Yverdonnois, qui a demandé à ce que ses affaires soient placées sous scellé. Il refuse également que le policier qu'il accuse de «vouloir sa tête» se charge de perquisitionner son ordinateur, dans lequel se trouvent des affaires privées, mais aussi des documents liés à son travail d'élu et à son ancien emploi de directeur d'EMS.

Ruben Ramchurn, droite, president de l'UDC Yverdon arrive avec son avocat et conseiller national Jean-Luc Addor, gauche, arrivent pour son proces devant la justice pour non-respect des mesures Covid c ...
L'élu UDC yverdonnois Ruben Ramchurn (à droite), accompagné de son avocat Jean-Luc Addor, lors d'une autre affaire en 2021.Image: KEYSTONE

Pour Ruben Ramchurn, il y a par ailleurs une violation de procédure. «Dans le PV, ils ont écrit qu'ils n'avaient rien trouvé dans mon journal d'appels, or mes affaires étaient censées être sous scellé.» L'avocat de poursuivre, sans confirmer ou infirmer la violation de procédure à ce stade: «On n'est pas sûr que tout ait été fait avec le professionnalisme voulu. Une chose semble sûre, avant la mise sous scellé, le policier a examiné le téléphone. Et c’est vrai que ce n’est pas très correct», explique Jean-Luc Addor.

Suite à un entretien au Tribunal des mesures de contrainte et d'application des peines, le 8 novembre dernier, l'Yverdonnois et son avocat ont autorisé la levée des scellés... sur les embouts USB uniquement.

«De toute façon, ils ne trouveront rien, mais je vais me battre pour qu'ils cessent de s'immiscer dans ma vie privée et de gaspiller ainsi l'argent du contribuable.»
Ruben Ramchurn

Une autre affaire, jugée au Tribunal fédéral

Le Vaudois est au cœur d'un autre feuilleton lié à la crise sanitaire. En juin 2021, Ruben Ramchurn avait été condamné à une amende de 3000 francs pour non-respect des mesures sanitaires, en l'occurrence une quarantaine ordonnée en février de la même année. «Ça fait mal au cœur de se dire qu’il y a des procédures qui n’avancent pas, et que de l’autre côté, il y a des affaires comme celle-là qui vont vite "pour l’exemple"», soupire l'avocat.

Une condamnation confirmée par le Tribunal d'arrondissement du Nord vaudois en novembre 2021 après un recours de l'élu, bien que son amende ait été réduite à 1000 francs. Mais le Ministère public, lui, avait décidé de faire appel, et l'élu de contre-attaquer cet appel. L'affaire est maintenant portée devant le Tribunal fédéral. Pour l'heure, aucune date n'a été fixée.

Un correspondant de la RTS arrêté en plein live à Shanghai

Vidéo: srf
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Suisses et français créent une formation pour gérer les frontaliers
Projet de master franco-suisse a été lancé par les universités de Neuchâtel et Besançon, en France voisine.

L’Université de Franche-Comté (UFC), à Besançon, et l’Université de Neuchâtel (Unine) envisagent d'introduire à la rentrée 2024 un master pour former des spécialistes en relations frontalières. Cette formation a pour objectif de répondre aux nouveaux enjeux territoriaux qui sont apparus ces dernières années entre les collectivités territoriales franco-suisses de l’Arc jurassien.

L’article