faible pluie
DE | FR
Suisse
Certificat Covid

Et si des criminels dépouillaient nos aînés au nom de l'OFSP?

Image
keystone

Et si des criminels dépouillaient nos aînés au nom de l'OFSP?

La proposition d'Alain Berset d’envoyer des «conseillers» de l’Office fédéral de la santé publique faire du porte-à-porte effraie déjà. Encore une mesure pour booster la vaccination qui fait face à une levée de boucliers.
06.10.2021, 12:0906.10.2021, 17:39

Imaginez la scène: un conseiller de l’Office fédéral de la santé publique sonne chez vos grands-parents avec pour objectif de les convaincre à se faire vacciner. L’agent décline son identité avec un badge (d’ailleurs, à quoi ressemble un badge de l’OFSP?) et entre dans leur foyer. Ils échangent quelque mots sur les bienfaits de la vaccination puis le conseiller repart.

Sauf que le conseiller en question n’en est pas un. C’est un criminel qui ressort du logis non pas avec deux nouveaux convaincus de la vaccination, mais avec une bonne idée de ce qui se trouve dans la maison de vos grands-parents (au cas où). Ou avec les poches remplies de divers objets de valeurs. Vos grands-parents, eux, n’y voient que du feu avant de découvrir la supercherie. Trop tard.

Cette scène, c’est la hantise de plusieurs associations de défense des intérêts des personnes âgées ou des consommateurs. Dans le Tages-Anzeiger de ce mercredi, l’association Avenir 50 tire la sonnette d’alarme avant même que l’idée du Conseil fédéral de déployer 1700 «conseillers» soit effective. Elle écrit dans une lettre ouverte au Conseil fédéral:

«L'annonce des visites à domicile se lit comme une invitation aux malfaiteurs à se faire passer pour un conseiller de l'Office fédéral de la santé publique»
Avenir 50

Dans le même quotidien, la directrice de la Fondation pour la protection des consommateurs, Sara Stalder, souligne en effet que les visites à domicile sont très délicates et s’apparentent à de véritables passerelles pour toutes sortes d’escroqueries. «Nous conseillons toujours de ne pas s’engager dans des achats et des offres proposées depuis le seuil de sa porte d’entrée», affirme-t-elle. Sans parler de la question sensible de la protection des données…

La police déconseille

Aussi, un rapide tour sur les sites internet des polices montre qu’elles aussi conseillent de se méfier des «démarcheurs» de toutes sortes. Sur la plateforme Votrepolice.ch du canton de Vaud, il est notamment indiqué de ne pas laisser entrer des inconnus chez soi et de refuser toute proposition. La police bernoise dit qu’il ne faut pas hésiter à appeler le numéro d’urgence en cas de crainte. Ce serait quand même bête que la police doive aller jusqu’à contrôler des «conseillers» de l’OFSP…

Après les réticences sur les bons de 50 francs pour booster la vaccination, voilà une nouvelle critique à peine voilée d’une partie de l’offensive pour la vaccination de l’OFSP, annoncée la semaine dernière.

D’ailleurs, qu’en pense la Confédération? Rien, pour le moment. Au Tages-Anzeiger, l’office répond simplement que l’offensive pour la vaccination (dont font partie les visites à domicile) n’est qu’une suggestion parmi d’autres, mises en consultation. Cette dernière se termine ce mercredi, et le Conseil fédéral tranchera le 13 octobre. (gch)

Que pense James Bond de tout ça?

Vidéo: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les cantons ne devront pas payer pour réduire les primes maladie
Les cantons ne devront pas davantage participer aux réductions des primes maladie. Le Conseil des Etats a refusé mercredi le contre-projet indirect du gouvernement à l'initiative du PS «maximum 10% du revenu pour les primes d'assurance-maladie».

L'initiative du PS demande qu'aucun assuré ne doive payer plus de 10% de son revenu disponible pour les primes d'assurance maladie. Pour y parvenir, elle prévoit que la Confédération et les cantons contribuent davantage aux réductions de primes. La Confédération prendrait en charge deux tiers des dépenses, les cantons assumant le reste des dépenses.

L’article