DE | FR
Commentaire

Variant «plus mortel»: vous non plus vous n'aviez pas lu cette phrase?

Alors que les milieux économiques suisses veulent se débarrasser de toutes les mesures, l'OFSP refuse de céder à ce qu'il a considéré mardi comme de l'«euphorie». Et si une petite (mais terrible) phrase de l'OMS, passée (un peu) inaperçue, départageait tout le monde?
25.01.2022, 18:5826.01.2022, 06:45
Suivez-moi

On refuse de l'entendre. «Na, na, na, naaaaaaaa», paumes sur les oreilles, moral dans les chaussettes et tête dans le sable. De quoi? Mmmh? Oh, pas grand-chose. Une petite phrase prononcée par le patron de l'OMS en début de semaine. Une petite bombe qui pourrait bien casser l’ambiance en cette période propice aux annonces (plus ou moins aventureuses) de fin de pandémie.

La phrase?👇

«Le potentiel d'un nouveau variant plus contagieux et plus mortel est très réel»
l'OMS

En clair: plus le virus circule, meilleur est le terreau pour qu'un nouveau variant sorte de terre. Sauf que: vous non plus vous n'avez pas lu ou entendu cette phrase. Et c'est normal, puisqu'elle a été noyée dans une déclaration de l'OMS, qui annonçait avec des trompettes que «la fin de la pandémie est plausible». Choisis ton camp, citoyen.

Sauf que tout le monde a fait comme si de rien. Niet. Pas de nouveau variant méchant. Pas question. Pas ça. Pas maintenant.

  • Pas au moment où les milieux économiques suisses s'impatientent au point d'exiger du Conseil fédéral qu'il jette aux ordures toutes les mesures, du certificat Covid aux quarantaines, et renvoie «la task force à la maison».
  • Pas au moment où Alain Berset tente lui aussi une bravade optimiste en annonçant que la «période du certificat semble toucher à sa fin».
  • Pas au moment où le Covid long commence à voler sérieusement la vedette au Covid (tout) court.
  • Pas au moment où l'Espagne (entre autres) envisage carrément de passer de la pandémie à l'endémie.
  • Pas au moment où tout le monde se fiche du nombre de nouveaux cas positifs quotidiens.
  • Pas au moment où les soins intensifs ne semblent pas vouloir crouler sous les malades.

C'est trop tôt

Un nouveau variant plus «mortel» avant que le Covid ne ferme définitivement boutique? Peut-être. Peut-être pas. Mais les paris épidémiologiques restent ouverts. Et c'est pour cette raison (et cette petite phrase de l'OMS) que tout le monde a tort et que personne n'a raison. Surtout quand on semble entrevoir la fin de quelque chose qui n'en finit pas de continuer. L'OFSP n'a pas le droit de parler d'«euphorie» quand le monde entier s'épuise depuis deux ans dans un marathon sanitaire. Les milieux économiques n'ont pas le droit de réclamer un freedom day alors que le virus envoie encore des gens à l'hôpital. Et nous n'avons pas le droit d'ignorer une potentielle (et énième) lettre grecque sous prétexte qu'on est au bout du rouleau.

Oui, ça va mieux. Oui, Omicron est moins agressif. Oui, on en a tous ras le masque de devoir dégainer un smartphone pour ronger une entrecôte en public. Et, oui, il va bien falloir un jour se coordonner pour sonner la fin de la crise.

C'est pour bientôt. Mais c'est trop tôt.

Comme disait l'autre, «une petite impatience ruine un grand projet».

Courage.💪

Copin comme cochon: les séances

L'impact psychologique du Covid et des mesures

Après le choc du 1er confinement, «le stress n’est pas redescendu»

Link zum Artikel

Covid: «les cas de troubles dépressifs majeurs ont bondi de 28%»

Link zum Artikel

Un Suisse sur quatre n'a pas la forme depuis la pandémie

Link zum Artikel

On jure davantage depuis le Covid – la faute à ce connard de virus

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Le risque d'abus existe»: l'UDC ne veut accueillir que les Ukrainiens de l'Est
Près de 50 000 réfugiés ukrainiens auraient déjà été accueillis en Suisse. Un nombre qui inquiète l'UDC et le PLR, les deux partis proposent des mesures pour limiter l'afflux.

Depuis le début de l'invasion russe, en Ukraine, de nombreux habitants de ce pays d'Europe de l'Est ont pris la fuite. Selon l'ONU, plus de douze millions de personnes auraient déjà quitté leur pays, notamment en direction de la Suisse. Ainsi, près de 50 000 Ukrainiens se trouveraient actuellement dans le pays.

L’article