en partie ensoleillé
DE | FR
1
Suisse
Commentaire

Baume-Schneider s'est-elle sabotée avec ces 6 phrases?

SVP Fraktionssekretaer Raphael Vogel, hinten, verabschiedet Bundesratskandidatin Elisabeth Baume-Schneider, Staenderaetin SP-JU, nach einem Hearing bei der Fraktion der SVP, am Dienstag, 29. November  ...
Elisabeth Baume-Schneider quitte, mardi, la salle du groupe parlementaire de l'UDC.Bild: keystone
Commentaire

Baume-Schneider s'est-elle sabotée avec ces 6 phrases?

Lors des premières auditions, la candidate socialiste au Conseil fédéral Elisabeth Baume-Schneider semblait avoir marqué des points auprès des paysans et de l'UDC. Jusqu'à ce que sorte une interview publiée dans la NZZ.
02.12.2022, 06:0802.12.2022, 11:57
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi
Team watson
Team watson
Suivez-moi

La situation de départ au Parti socialiste semblait claire: la conseillère aux Etats bâloise Eva Herzog (60 ans) partait favorite dans la course à la succession de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

Son homologue jurassienne Elisabeth Baume-Schneider faisait figure d'outsider pour deux raisons:

  • Romande, elle vise un siège suisse alémanique au conseil fédéral.
  • Son ancrage politique à l'aile gauche PS.

Un écho positif

Mais, après les premières auditions, mardi, les choses ont commencé à bouger un brin. Baume-Schneider, 58 ans, a surtout marqué des points auprès des parlementaires paysans, un groupe petit, mais influent. En tant que fille d'agriculteur (qui vit dans une ferme avec des moutons à nez noir), elle a été bien accueillie.

Sa chaleur a été mise en opposition avec la relative «froideur» de son adversaire Eva Herzog. Un sentiment similaire s'est présenté, l'après-midi, avec le groupe UDC. Baume-Schneider a commencé avec du retard, «mais elle rattrape Eva Herzog», avait déclaré un «conseiller national bourgeois influent», mardi.

Et, pourtant il y a un problème

Les éloges proviennent, pour la plupart, de voix souhaitant demeurer dans l'anonymat, ce qui incite à la prudence. Par ailleurs, lors de l'élection au Conseil fédéral, la question de savoir avec qui l'on souhaite passer une soirée sympa ne devrait pas être au centre des préoccupations. Et cela parle plutôt en faveur d'Eva Herzog. Selon Tamedia, elle peut espérer obtenir deux tiers des voix de l'UDC.

Il est certes possible qu'Elisabeth Baume-Schneider ait pu réduire quelque peu l'écart côté alémanique lors des premières auditions. Toutefois, cet effet pourrait s'estomper. En effet, la NZZ a publié une interview de la Jurassienne:

Baume-Schneider sur les activistes du climat qui se collent aux routes:

«Aujourd'hui, à mon âge, de toute façon, non. Mais avant, à 20 ans, j'aurais pu envisager de participer»

Sur l'âge de la retraite des femmes:

«Je me battrais de toutes mes forces et avec tous les arguments contre une augmentation»

Baume-Schneider sur l'immigration

«Je ne vois pas de lien entre la croissance démographique et la pénurie d'électricité»
«Nous ne pouvons pas accueillir de réfugiés économiques, mais les personnes qui sont menacées doivent être accueillies par la Suisse, y compris les réfugiés climatiques»

Sur la dette

«Ce n'est pas un drame si le frein à l'endettement n'est temporairement pas respecté et si la Suisse est déficitaire pendant une courte période»

Baume-Schneider sur la Suisse et l'UE

«L'adhésion n'est pas possible pour le moment, mais plus tard, oui, pourquoi pas»

Autant de propos ancrés bien à gauche et qui n'ont pas dû plaire dans les rangs UDC, libéraux-radicaux et des centristes les plus conservateurs. On peut objecter que les réponses sans détours d'Elisabeth Baume-Schneider sont aussi rafraîchissantes que sa prestation dans son ensemble. Et bien sûr, elle a souligné qu'elle s'en tiendrait au principe de collégialité.

L'interview de la NZZ confirme néanmoins ce que de nombreux observateurs alémaniques - parmi lesquels nos collègues zurichois – s'inquiétaient d'un de ses désavantages: il lui manquerait la capacité à adapter son discours plutôt labellisé à gauche aux couches «bourgeoises de la population en dehors de la Suisse romande». Après trois ans au Conseil des Etats, la Franc-Montagnarde Baume-Schneider est demeurée elle-même.

Et les autres candidats qu'ont-ils fait?

Pour être élu au Conseil fédéral, il faut faire preuve de tactique, de flexibilité et d'un certain «lissage» dans ses positions (quitte à être un peu terne). Côté UDC, un Albert Rösti le sait bien par exemple. Une Eva Herzog également, elle qui, pour parler à la gauche, se réfère à son engagement en faveur des affaires sociales et de l'égalité et qui, chez les bourgeois, se réfère à sa politique favorable à l'économie en tant que patronne des Finances de Bâle.

Même quelqu'un qui a quitté la politique fédérale, comme Hans-Ueli Vogt a été prudent. Il s'est distancié de «son» initiative pour l'autodétermination, rejetée en 2018, et qui le rendait inéligible aux yeux des progressistes, dans une interview accordée à Tamedia. Aujourd'hui, l'avocat et candidat UDC la qualifie de «trop schématique, trop dure. Elle était une mauvaise réponse à une question importante».

Avec cette interview, Elisabeth Baume-Schneider s'est mise en difficulté dans sa course au rattrapage. Mais tout n'est pas encore perdu pour la Jurassienne. Lors des auditions de mardi prochain chez le PLR, les Verts'libéraux et le Centre, elle pourra encore convaincre et s'attendre à des questions difficiles. (traduit et édité par jah)

Quand Maurer dansait avec des «Teletubbies»

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La ministre, la syndicaliste et les «fillettes voilées»: clash à Genève
Révélée par watson, l'affaire du visuel scolaire aux «fillettes voilées» a fait réagir la cheffe de l'Instruction publique genevoise, Anne-Emery Torracinta, sollicitée par un réseau laïque suite à des propos tenus par une syndicaliste enseignante.

Tout est parti de la distribution d’un «visuel pédagogique» illustrant un manuel d’apprentissage de la lecture. C’était en octobre, dans une école primaire genevoise, en cours de français. Il y avait sur cette image des fillettes voilées. Des petites musulmanes, caractérisées par un signe religieux.

L’article