DE | FR

Etendre le certificat Covid aux restos en Suisse? GastroSuisse dit non!

Chantal von dem Restaurant daizy deckt die Tische fuer den Mittagstisch ein, aufgenommen am Montag, 31. Mai 2021 in Zuerich. Ab heute duerfen die Restaurants auch die Tische im Innenbereich wieder besetzen.  (KEYSTONE/Ennio Leanza)

Le certificat sanitaire devrait-il être étendu aux restaurants, comme en France ou en Italie? Image: sda

En France et en Italie, pour aller manger ou prendre un verre dans un bar, il faut présenter votre pass sanitaire. En Suisse, les pros de la restauration y sont formellement opposés.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story

nina fargahi / ch media



La Suisse va-t-elle également imposer le pass sanitaire pour accéder aux bars et aux restaurants, à l'instar de ses voisins?

Le Conseil fédéral se réunit ce mercredi pour la première fois après ses vacances. Les probabilités semblent faibles pour qu'un consensus se dégage autour de cette question.

D'ailleurs, les points de vue sont partagés dans les milieux de la restauration.

Le président d’EconomieSuisse en a choqué plus d’un. Dans un entretien au SonntagsBlick, Christoph Mäder parle du certificat obligatoire pour les événements, les restaurants et les fitness. Il estime aussi que les autotests ne devraient plus être disponibles gratuitement.

Dans certains milieux professionnels, comme par exemple les EMS, poursuit-il, l’employeur devrait pouvoir rendre la vaccination obligatoire.

Les propos de Christoph Mäder ne font pas l'unanimité à l'intérieur de l'organisation faîtière des patrons suisses. L’association HotellerieSuisse, qui fait partie d’EconomieSuisse, voit les choses différemment:

«Nous rejetons l’obligation d’imposer le certificat Covid», souligne le responsable de la communication Patric Schönberg.

Casimir Platzer, président de GastroSuisse, juge également ce genre de discours incompréhensible:

«Je trouve dommage que l’organisation faîtière de l’économie suisse ne consulte pas les associations des branches concernées avant d’émettre de telles exigences»

Casimir Platzer, président de GastroSuisse

Le président de GastroSusise Casimir Platzer alerte sur les conséquences d'un non à la loi Covid-19 (Archives).

Le président de GastroSuisse estime que chaque hôtel devrait décider si recourir au certificat Covid. Image: sda

«Imposer indirectement la vaccination»

Le recours au certificat Covid a du sens et il est approprié dans certains lieux, estime Platzer, mais chaque hôtel décide comment il veut s’en servir. Le président de GastroSuisse est convaincu qu’une grande partie de la population ne doit pas être exclue de la vie sociale:

«Si on exige un certificat Covid à l’entrée des restaurants, on impose de manière indirecte la vaccination, et ça, à mon avis, c’est un grand problème»

Casimir Platzer, président de GastroSuisse

En Suisse, les restaurateurs recevraient près de 2,5 millions de clients chaque jour. «Sortir pour boire un café ou un verre, pour beaucoup cela fait partie du quotidien. Si vous devez vous faire tester à chaque fois, alors les capacités de tests ne sont pas suffisamment élevées.

De plus, le certificat Covid instaure un faux sentiment de sécurité, car même les personnes vaccinées peuvent être contagieuses et propager le virus», estime Platzer.

Revenir à la phase de normalisation

«A mon avis, il est important que toutes les personnes qui souhaitent se faire vacciner puissent le faire, ce qui devrait bientôt être le cas. Puis, il faudrait revenir à la phase de normalisation. C’est ce que le Conseil fédéral a annoncé en mai dernier avec son modèle des trois phases», souligne le président de GastroSuisse.

Et de poursuivre: «Vu que la plupart des groupes à risque sont désormais protégés grâce aux vaccins, le risque de surcharger le système de santé est nettement plus faible qu’en début d’année».

«Nous devons apprendre à vivre avec le virus pour que tout le monde puisse retrouver une vie quotidienne aussi normale que possible»

Casimir Platzer, président de GastroSuisse

Imposer la vaccination ou le certificat n'est pas la bonne stratégie pour persuader les personnes qui hésitent. Gilles Chatelain, spécialiste de l’économie comportementale, en est convaincu. «Un aspect central des stratégies en économie comportementale consiste à dire que les personnes qui renoncent à quelque chose, comme la cigarette ou la vaccination, ne doivent pas être défavorisées».

La discrimination des personnes non-vaccinées va donc à l’encontre des principes de l’économie comportementale. Par ailleurs, Michael Jordi, de la Conférence des directeurs et directrices cantonaux de la santé, a récemment raconté à CH Media que les experts sont à la recherche de méthodes d’incitations pour encourager les personnes à se faire vacciner».

Article traduit de l'allemand par Kenza Vionnet

Après ce longue article, voici une partie de l'oeuvre de Christian Boltanski:

1 / 10
Christian Boltanski est décédé mercredi 14 juillet 2021
source: keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Rendez-vous vaccinaux dopés en Italie ++ Des vaccins alternatifs pour convaincre?

Link zum Artikel

La chaîne CNN met dehors trois employés qui ont refusé le vaccin

La chaîne américaine d'infos en continu applique la tolérance zéro contre ses employés refusant de se faire vacciner. Trois employés viennent d'être licenciés.

Le personnel de CNN a appris la nouvelle de ses dirigeants jeudi. Trois salariés ont été licenciés pour avoir enfreint la politique sanitaire de la chaîne, selon les médias américains. Les employés étaient venus travailler sans être vaccinés contre le Covid-19.

Un e-mail interne et envoyé par courriel au personnel a fuité dans plusieurs médias américains. On y découvre que le président de CNN, Jeff Zucker, explique que la chaîne avait été informée que trois de ses employés s'étaient …

Lire l’article
Link zum Artikel