DE | FR

Comment les non-vaccinés pourraient passer à la caisse

Pour pousser les personnes qui refusent de se faire vacciner à franchir le pas, le futur président d'une banque zurichoise a eu une idée: les faire participer aux coûts hospitaliers qu'elles génèrent, en fonction de leur revenu annuel.
14.01.2022, 05:1714.01.2022, 06:36
Pascal Michel / ch media

Andreas Utermann est actuellement membre du conseil d'administration de la banque Vontobel. Il devrait en devenir le président ce printemps. Auparavant, cet homme de 56 ans a travaillé à Londres pour Allianz Global Investors, qui appartient au groupe d'assurance Allianz. Il connaît donc le secteur de l'assurance de près, et a donc une «solution basée sur le marché pour le problème des anti-vaccins» prête à l'emploi.

Il l'a récemment exposée dans le Financial Times. Au lieu d'une vaccination obligatoire, il propose de faire participer davantage les personnes non vaccinées aux coûts qu'elles génèrent. Cela fonctionne déjà aujourd'hui avec les assurances privées: les nouveaux conducteurs paient des primes plus élevées que les automobilistes expérimentés et les assurances voyage coûtent plus cher aux personnes qui prévoient des activités à risque par exemple.

Andreas Utermann: à peine entré en fonction, il a déjà les non vaccinés dans le collimateur.
Andreas Utermann: à peine entré en fonction, il a déjà les non vaccinés dans le collimateur.image: imago

Ceux qui gagnent plus paient plus pour l'hôpital

«Une manière d'amener les personnes non vaccinées à se faire vacciner serait de les faire participer aux frais de leur propre infection due au Covid à l'hôpital», écrit Utermann. «Certains objecteront que cela toucherait fortement les personnes financièrement faibles et les minorités ethniques, tandis que les riches obtiendraient un passe-droit», affirme-t-il en anticipant une critique de son idée. Il propose donc une réglementation similaire à celle qui régit la fixation des amendes pour excès de vitesse. La participation aux propres frais d'hospitalisation devrait être calculée sur la base d'un pourcentage du revenu annuel.

Marius Brülhart, économiste de la Task force, avait lancé une idée similaire. Dans son modèle, les personnes non vaccinées pourraient souscrire une assurance complémentaire qui couvrirait les éventuels coûts supplémentaires d'un traitement dû au Covid.

Une solution limitée dans le temps

Martin Eling, directeur de l'Institut d'économie d'assurance à l'université de Saint-Gall, a beaucoup à gagner de telles démarches. Il déclare à CH Media:

«La politique suisse en matière de pandémie a toujours fortement mis l'accent sur la responsabilité individuelle. Il serait approprié de la faire jouer également dans le cadre de l'assurance maladie.»

Dans l'assurance de base, il existe en Suisse, avec la quote-part et la franchise, des mécanismes permettant de faire participer les assurés aux coûts. Et dans les assurances complémentaires, les prestataires peuvent adapter les primes en fonction des risques.

Eling en conclut qu'une solution limitée dans le temps, dans laquelle les personnes non vaccinées passeraient davantage à la caisse à l'hôpital, ne serait pas une intervention si révolutionnaire dans le système suisse. «Ce qui serait nouveau, c'est que le statut vaccinal pendant la pandémie jouerait un rôle dans l'assurance de base». Mais selon lui, si cette «franchise Covid» était adaptée à la situation financière, cela pourrait inciter certains à se faire vacciner malgré tout.

Selon l'expert, le plus grand défi réside dans la mise en œuvre concrète: la Confédération ou les assureurs devraient définir quelles personnes ne pourraient effectivement pas se faire vacciner pour des raisons médicales, et quelles personnes pourraient en fait le faire, mais ne le veulent pas.

Singapour applique un régime de coûts strict depuis le 8 décembre de l'année dernière: les personnes qui ne se font pas vacciner et qui se retrouvent aux soins intensifs doivent depuis payer plus de 18 000 dollars américains pour couvrir les frais de traitement. «Nos hôpitaux préféreraient ne pas facturer ces frais, mais nous devons envoyer ce signal important pour sensibiliser tous ceux qui le peuvent à la vaccination», a déclaré le ministre de la Santé du pays, Ong Ye Kung. Des exceptions s'appliquent aux personnes disposant de peu de moyens: pour elles, seuls 1500 à 3000 dollars sont à payer, et il existe en outre un fond pour les cas difficiles.

L'OFSP ne croit pas à cette idée

Selon l'association de caisses maladie Santésuisse, les patients Covid occasionnent en moyenne 25 000 à 30 000 francs de frais hospitaliers dans notre pays. Aux soins intensifs, les coûts peuvent même atteindre 100 000 francs, voire plus.

Un patient Covid aux soins intensifs peut coûter jusqu'à 100 000 francs en Suisse.
Un patient Covid aux soins intensifs peut coûter jusqu'à 100 000 francs en Suisse.image: keystone

En Suisse, de telles solutions «basées sur le marché» devraient rester un simple vœu pour les experts en assurance. Un tel modèle n'est actuellement pas à l'ordre du jour, indique-t-on à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP):

«Le système de santé suisse repose sur le principe d'une assurance maladie qui est obligatoire pour tous les habitants. Toute personne résidant en Suisse paie des primes d'assurance maladie et a droit à un traitement en cas de maladie.»

Et que dit la banque du fait que le futur président du conseil d'administration s'immisce déjà publiquement dans des sujets délicats? «L'article se réfère à la situation et à une discussion intensive au Royaume-Uni et reflète l'opinion personnelle d'Andreas Utermann, qui vit à Londres depuis de nombreuses années», répond un porte-parole.

En Suisse, mon patron peut-il me forcer à me vacciner?

Plus d'articles sur le Covid-19

Des mesures... comme si personne n'avait envisagé la fin du Covid

Link zum Artikel

L'affaire Djokovic fait beaucoup rire Federer et Nadal😂

Link zum Artikel

Conseil fédéral: 6 points sur les mesures anti-Covid jusqu'à mars 2022

Link zum Artikel

Les non-vaccinés doivent-ils prendre en charge leur hospitalisation?

Link zum Artikel
Ce que les chiffres de l'OFSP ne nous disent pas
Les données publiées par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) soulèvent souvent des incompréhensions: voici comment interpréter ces données (parfois) obscures.

Chaque jour ouvrable, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) publie un grand ensemble de données sur la pandémie en Suisse. Voici l’explication de six chiffres qui ne sont pas toujours évidents à calculer, ni à comprendre.

L’article