DE | FR

Ce que l'on sait sur ce mystérieux «variant suisse»

shutterstock
Samedi soir, le Piémont a annoncé la découverte d'un premier cas de variant «suisse» du Covid en Italie. Mais que sait-on concrètement sur cette mystérieuse souche, qui n'inquiète pas plus que ça l'OFSP? Eléments de réponse en quatre points.
26.04.2021, 16:4027.04.2021, 18:19

Chez qui a-t-il été détecté pour la 1ère fois?

Le variant suisse a été détecté sur un homme de 57 ans originaire de Turin, qui avait déjà contracté le Covid en novembre dernier et qui avait été testé positif. Il s'est réinfecté, mais se porte actuellement bien et ne présente pas de symptômes significatifs.

Il s'agit de la quatrième mutation virale Covid trouvée à ce jour dans le Piémont, après le variant anglais – qui reste le plus répandu, avec un taux de diffusion de plus de 90% –, et les variantes brésilienne et sud-africaine.

Où a-t-il été détecté?

Le variant «suisse» a été identifié par le laboratoire de l'Institut biomédical IRCCS de Candiolo, près de Turin, avec la collaboration de l'Institut de recherche IIGM. Il existe depuis le début du mois d’avril 2020 et circule en petit nombre dans différents pays.

Pourquoi l'appelle-t-on ainsi?

Le variant B.1.1.39 est appelé «suisse» parce que c'est en Suisse qu'il a été détectée le plus fréquemment.

Selon la base de données «Phylogenetic Assignment of Named Global Outbreak LINeages», créée au Royaume-Uni et qui rassemble toutes les variantes connues du virus, 69% de toutes les infections par ce variant sont survenues en Suisse. Le deuxième pays le plus touché est l'Allemagne, avec 14%.

Que dit l'OFSP?

Lundi, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) s'est montrée rassurante. Le variant «suisse» du Covid n'a pas de quoi inquiéter. En effet, la proportion du variant B.1.1.39 est en baisse par rapport à la souche britannique. On peut ainsi supposer qu'il n'est pas aussi contagieux. Par conséquent, il n'y a pas lieu d’agir contre ce variant pour le moment, estime l'OFSP. (ats/hkr)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
J'ai attendu deux ans pour une place en crèche et voilà ce que j'ai appris
Près de 4000 enfants vaudois attendent encore une place en crèche publique, selon l'enquête du quotidien 24 heures. Entre galère, sens de la débrouille et aide familiale, récit personnel d'une maman qui travaille.

«Comme tu es la seule maman dans cette rédaction, tu ne voudrais pas nous faire un commentaire à ce sujet?», me lance un collègue. «Alors ça, il n'y aucun souci, j'ai des choses à dire.» Il faut dire que j'attendais cet article depuis quelques jours. Après avoir lancé des appels à témoignages sur les réseaux sociaux, le quotidien 24 heures livre une enquête étayée sur le manque flagrant de places dans les crèches vaudoises. Le titre est on ne peut plus clair: au moins 4000 enfants attendent une place en crèche. Eh bien, vous savez quoi? Il y a encore une année, mon fils en faisait partie. Récit d'un parcours semé d'embûches.

L’article