DE | FR

Voici le nouveau visage de la Task Force et les changements prévus

Nouvelle composition, réduction des effectifs, nouvelle directrice: l'organisation de la task force scientifique connaît un tas de changements. Petit résumé.
10.06.2021, 17:4511.06.2021, 16:51

L'organisation de la task force de la Confédération est chamboulée. Elle verra sa taille réduite d'ici l'été et changera de responsable. Martin Ackermann, 50 ans, son directeur actuel, transmettra ainsi le flambeau à la professeure Tanja Stadler, 40 ans.

La raison invoquée pour justifier ces changements? L’amélioration de la situation épidémiologique qui requière des adaptations. Et pour cause. Le programme de vaccination suisse progresse rapidement et la situation épidémiologique évolue dans le bon sens.

Pour en savoir plus: 3 questions pour comprendre le retrait de la task force de l'OFSP

Ce qui change pour la task force

Le nombre de membres sera réduit avec le début de la nouvelle phase. La composition de la Task Force scientifique, à partir de l’été 2021, est en cours de discussion. Elle demeurera, toutefois, interdisciplinaire, et continuera à fournir des résultats scientifiques et à conseiller les autorités.

Le professeur Martin Ackermann en transmettra la direction à la professeure Tanja Stadler. Le passage de témoin aura lieu dès lors que le Conseil fédéral annoncera la «phase de normalisation», qui entrera en vigueur lorsque tous les adultes qui souhaitent le faire auront été entièrement vaccinés.

Qui est Tanja Stadler?

Tanja Stadler est professeure au département de sciences et d’ingénierie des biosystèmes de l’EPF Zurich sur son site de Bâle. Membre de la Task Force depuis sa création, elle est membre, puis cheffe du groupe d’experts sur les données et la modélisation. Avec ses collègues, elle a aussi fourni des idées novatrices pour lutter contre le Covid.

«La Suisse est en bonne voie pour surmonter la pandémie. Mais nous devons toutes et tous rester vigilants. Nous ne savons pas par exemple comment les nouvelles mutations du virus affecteront l’efficacité de la vaccination. Tanja Stadler connaît le coronavirus et ses variantes comme personne d’autre et est donc la personne idéale pour guider la Task Force dans la prochaine phase.»
Conseil fédéral

Ses solides relations avec les groupes de recherche en Suisse et à l’étranger, avec la politique suisse et avec l’administration fédérale seront un atout majeur dans la phase à venir de la pandémie. Elle prendra les rênes de la Task Force scientifique jusqu’à la fin de l’année.

Quelle suite pour Martin Akermann?

Martin Ackermann
Martin AckermannImage: KEYSTONE

Le professeur Martin Ackermann continuera à soutenir le comité, mais dans une moindre mesure, afin de se consacrer à nouveau pleinement à son travail à l’EPF Zurich et à l’Institut fédéral des sciences et technologies de l'eau, ainsi qu’à son groupe de recherche, après une année intense. (ats/hkr)

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Scarifié par des néonazis? Ce jeune romand a inventé son agression
En janvier dernier, le récit de son attaque par des néonazis à Neuchâtel avait ému la toile. En fait, ce jeune homme a tout inventé... au point de se scarifier la joue lui-même avec une croix gammée.

Il y a quelques mois, l'affaire avait ému le canton de Neuchâtel, comme le rappellent, vendredi, nos confrères d'Arcinfo. Un jeune homme de 28 ans racontait s'être fait taillader une croix gammée sur le visage. Il aurait été la cible d'une bande de jeunes néonazis parlant allemand, pour des motifs, selon lui, «racistes». D'importants moyens avaient alors été déployés par la police pour découvrir le fin mot de cette histoire.

L’article