assez ensoleillé11°
DE | FR
Suisse
Economie

Que seraient nos journées avec un revenu de base versé par l'Etat?

Si on recevait tous chaque mois 2500 francs de l'Etat sans rien faire, comment est-qu'on remplirait nos journées?
Si on recevait tous chaque mois 2500 francs de l'Etat sans rien faire, comment est-qu'on remplirait nos journées?Image: shutterstock

A quoi ressembleraient nos vies avec un revenu de base inconditionnel?

L'idée d'un revenu de 2500.- francs par mois, versé par l'Etat à tous sans condition, rejaillit en Suisse ces jours-ci. Imaginons ensemble à quoi ressembleraient nos journées dans un monde avec un tel système.
26.04.2021, 07:1626.04.2021, 16:22
Jonas Follonier
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

De quoi on cause?

Faut-il que l'Etat verse à tous les habitants de la Suisse, sans distinction, 2500 francs par mois pour leur assurer un revenu de base? Cette idée est celle du revenu de base universel, ou revenu de base inconditionnel (RBI), défendu dans des milieux aussi bien alternatifs de gauche que libéraux-libertaires.
En juin 2016, le peuple suisse avait refusé à 77% d'en introduire un. Voilà que le projet est relancé en Suisse allemande par la cinéaste Rebecca Panian et l'ancien porte-parole du Conseil fédéral Oswald Sigg, nous apprend la Basler Zeitung. Le texte serait en cours de vérification à la Chancellerie fédérale et des signatures devraient être récoltées dès juin. Il est donc possible qu'on revote dessus bientôt.

Un peu de politique-fiction: imaginons que, demain, un système de revenu de base inconditionnel (RBI) soit mis en place en Suisse, comme le proposent actuellement certaines personnalités alémaniques (voir encadré). A quoi ressembleraient nos journées? On se pose la question en quatre points.

Travail ou club med?

«Tout travail mérite salaire», dit le dicton. Avec le RBI, voilà que le non-travail apporte aussi un revenu. Je n'ai rien besoin de faire pour toucher 2'500 francs à la fin du mois. Et ce montant, ce n'est pas rien. Si je vis seul, ça me paie une partie significative de mes frais fixes.

Du coup, si j'ai besoin gagner encore un peu d'argent en travaillant pour subvenir à mes besoins, ce job n'est sûrement pas un 100%. Mais alors, la bonne partie de ma semaine, je l'occupe comment? En m'amusant? Pas sûr. Peut-être que le frisson de l'effort et de la récompense m'est trop cher.

Et vous?

Création ou panne d'inspiration?

L'un des grands arguments des défenseurs du RBI est qu'il n'y a plus besoin de s'occuper soi-même de subvenir à ses besoins. Le temps laissé par la fin du «travail à contre-cœur» peut ainsi être utilisé pour s'adonner à des activités créatives. Un grand progrès pour l'humanité, selon les partisans.

En même temps, tout le monde est-il vraiment un créateur au fond de lui? Là encore, difficile de savoir dans la mesure où beaucoup de personnes n'ont jamais eu l'occasion de tenter d'écrire ou de peindre. Imaginons que ça ennuie beaucoup de gens. Ne se sentiront-ils pas «inutiles» par rapport aux autres?

Ce que j'en pense...

Confinement ou découverte du monde?

Le Covid-19 nous a placé dans des situations plus ou moins anormales et plus ou moins difficiles. Selon la réalisatrice Rebecca Panian, l'une des porteuses du nouveau projet de RBI en Suisse, cette période nous rend plus ouverts à des changements fondamentaux. Mais, plus prosaïquement, rappelons qu'elle a aussi placé le salon au centre de nos vies.

Avec un RBI, sans doute que certaines personnes partiront à l'aventure (en Appenzell Rhodes intérieures, par exemple) et d'autres laisseront cours à leurs envies de nature casanière. Genre, acheter de beaux rideaux, tester toutes les options de son nouveau home cinéma, faire le ménage plus souvent que dans le «monde d'avant»... Tout un programme.

Etes-vous un casanier?

Moins de stress ou plus d'angoisse?

Moins de labeur, moins de stress. La diminution des devoirs envers autrui, à commencer par son employeur, est certainement synonyme de plus de champ libre. Mais qui dit liberté dit aussi responsabilité. Pas sûr qu'il soit toujours facile de faire face à soi-même. D'être satisfait de ses journées.

Alors, on veut un revenu de base inconditionnel ou pas?

Ce que montrent toutes ces expériences de pensée, c'est qu'il est difficile de se projeter dans un monde que l'on ne connaît pas (vraiment). Le RBI n'est pas seulement une question de système social ou un débat politique et économique. Il représente un changement complet de paradigme au niveau de l'activité humaine. Affaire à suivre.

3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Ces ex-conseillers fédéraux n'auraient jamais dû parler de la 13ᵉ rente AVS
Plusieurs anciens conseillers fédéraux sont sortis de leur silence pour militer contre la 13ᵉ rente AVS. Une position qui a énervé une partie de la population, surtout que les retraites des ex-Sages ne cessent d'augmenter.

Les rentes versées aux anciens conseillers fédéraux font à nouveau parler d'elles, dans le sillage de la campagne sur la 13e rente AVS. Le 3 mars prochain, le peuple s'exprimera sur cette initiative du Parti socialiste qui vise à rajouter une rente supplémentaire à l'année, sur le modèle du treizième salaire, pour augmenter le soutien aux plus pauvres via l'AVS.

L’article