DE | FR
Si cela ne tenait qu'au conseiller national Michael Töngi, à l'avenir, chaque personne devrait payer elle-même les frais de retour d'envoi.
Si cela ne tenait qu'au conseiller national Michael Töngi, à l'avenir, chaque personne devrait payer elle-même les frais de retour d'envoi.
keystone

Un Vert demande la fin du retour gratuit des colis

Le conseiller national Michael Töngi veut mettre fin au retour sans frais des produits achetés en ligne. Une proposition qui n'enthousiasme pas vraiment les détaillants.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
09.10.2021, 14:1310.10.2021, 17:59
chiara stäheli / ch media

Renvoyer un colis et devoir payer soi-même les frais de renvoi. C'est ce que réclame le conseiller national Michael Töngi (Les Verts/LU) dans une motion récemment déposée. Il veut éviter ainsi les «effets secondaires» du commerce en ligne qui nuisent à l'environnement.

«Une très forte proportion des marchandises commandées sont renvoyées. Cela provoque des émissions de CO2 qui pourraient être évitées», explique Michael Töngi. Il espère que des frais seront facturés pour les retours afin que «les gens qui achètent en ligne réfléchissent à deux fois avant de confirmer une commande». Le Lucernois n'est pas fondamentalement contre le commerce en ligne, mais aimerait une plus grande prise de conscience de son impact sur la planète.

Michael Töngi, conseiller national lucernois.
Michael Töngi, conseiller national lucernois.
keystone

Des prix plus bas grâce aux frais de retour?

En fin de compte, selon le Vert, une interdiction des retours gratuits profiterait aux clients qui ne commandent que ce qu'ils conservent ensuite:

«Pour le moment, les retours gratuits sont inclus dans le prix de vente. En conséquence, les détaillants devraient réduire le coût des produits si les retours gratuits étaient interdits»

Il n'y a pas de chiffres précis sur les retours dans le secteur suisse de la vente par correspondance. Le taux de retour est estimé à près de 25%. Cela signifie qu'environ un colis sur quatre est retourné. Cependant, le quota doit être utilisé avec prudence: il varie considérablement selon le détaillant et le produit.

Le conseiller national ne peut pas encore dire à quel point les frais de retour devraient être élevés: «Une étude allemande a montré que des frais de retour de trois euros peuvent avoir un impact important».

Une description détaillée garantit moins de retours

L'association professionnelle suisse, dont les membres gèrent plus de 370 boutiques en ligne, considère que les frais de retour légalement requis sont «inappropriés». «Chaque entreprise devrait pouvoir décider de sa propre politique de frais», indique l'association. De plus, aucun transport ne serait économisé avec une redevance correspondante, poursuit l'association:

«Au retour, les colis sont transportés et retournés par la poste lors d'une livraison normale»

Le plus grand détaillant en ligne suisse, Digitec Galaxus, a réagi calmement à la motion: «Il s'agit d'une discussion politique. Nous attendrons de voir comment cela évoluera », a déclaré le porte-parole des médias David Kübler. Dans tous les cas, le détaillant d'électronique ne serait pas sérieusement affecté. Selon l'entreprise, seuls 2% environ des produits achetés sont retournés, dont la moitié sont des réclamations au titre de la garantie ou des réparations. David Kübler voit une des raisons du faible taux de retour dans la description détaillée du produit.

Même le concurrent Brack.ch ne s'attend pas à des pertes importantes si une obligation de frais de retour était introduite: «Nous ne proposons des retours gratuits que dans des conditions très spécifiques, comme des articles ou des vêtements et chaussures endommagés», précise le détaillant en ligne. Cette dernière fourchette étant très réduite, une interdiction des retours gratuits, comme l'exige le conseiller national Töngi, n'aurait pratiquement pas d'impact sur l'activité de Brack.ch, selon l'entreprise. (aargauerzeitung.ch)

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Pourquoi le Covid-19 peut méchamment vous ronger les pieds

Dans la longue liste des désagréments liés au Covid-19, il y a une histoire de pieds et de rougeurs. Des symptômes qui peuvent durer de longs mois. Mais c'est grave ou pas?

C'est un des effets peu reluisants du Covid-19: une infection cutanée liée à la réponse du système immunitaire vient se loger sur les pieds et les mains. Le symptôme est connu sous le nom de «Covid toe». Cet effet secondaire se traduit par une inflammation semblable à une engelure et des rougeurs sur les mains et les pieds, qui peut perdurer des mois. Une étude conduite par des scientifiques français d'établissements tels que l'Institut Pasteur, l'hôpital Saint-Louis ou encore …

Lire l’article
Link zum Artikel