Suisse
élections fédérales

«Je ne suis pas entré chez les Verts pour défendre la cause LGBTIQ+»

Balthasar Glaettli, centre, president des VERT-E-S suisses, avec les delegues Verts votent le mot d'ordre sur le contre projet a l'initiative sur les glaciers, lors de l'assemblee des d ...
Assemblée des délégués des Verts. Genève, 20 janvier 2023.Image: KEYSTONE

«Je ne suis pas entré chez les Verts pour défendre la cause LGBTIQ+»

Après la défaite des Verts aux élections fédérales, des questions se posent sur les orientations du parti. Son «wokisme» supposé est décrié par d'anciens membres et critiqué par d'autres, toujours présents dans la formation écologiste.
24.10.2023, 05:5324.10.2023, 11:44
Plus de «Suisse»

Ils se sont étranglés avec leur bout de viande. Souvenons-nous. C’était en mai 2022. Les Verts genevois réunis en congrès votent un amendement interdisant à leurs élus de manger de la viande en public lors de manifestations officielles. Tollé dans les rangs parmi les opposants, qui jugent cette mesure sectaire. Son instigatrice, la députée Sophie Desbiolles, la défend en ces termes sur les réseaux sociaux:

«Les Vert-e-x-s ont choisi d’agir avec responsabilité face à l’urgence climatique et à l’effondrement de la biodiversité. Je suis très fière d’être verte et les remercie»
Sophie Desbiolles, mai 2022

Décidément: non seulement la troupe doit faire ceinture sur la bidoche, mais en plus, elle doit endurer l’écriture inclusive. Devant la fronde, l’amendement saute un mois plus tard.

L’épisode reste comme un condensé de ce que sont devenus les Verts pour beaucoup: des puritains.

Boris Calame, qui a quitté le parti peu après ce «no steak gate»:

«On n’est pas dans l’écologie du plaisir prônée par Antonio Hodgers (réd: le Vert réélu au Conseil d’Etat genevois), on est dans l’écologie de l’interdit»

Comme d’autres de ses camarades avant lui excédés par l’évolution idéologique du Parti écologiste genevois (le nom officiel des Verts du bout du lac), Boris Calame a rejoint les Vert’libéraux. Pas de chance: bien qu’en progression en pourcentage de voix par rapport à 2019, les Vert’lib du canton ont perdu dimanche le seul élu qu’ils avaient à Berne.

«C’est le retour de manivelle», commente-t-on chez les écolos genevois au lendemain des élections fédérales qui ont vu les Verts régresser de 3,8 points, passant sous la barre symbolique des 10%. A Genève, où la formation écologiste avait fait un «carton» en 2019, un quart du total des voix, la chute est rude: - 9,2 points et un député sur trois qui saute au National.

Le politologue Pascal Sciarini nuance:

«A l'échelle suisse, on ne peut pas dire que les Verts se sont pris une veste. Ils reculent, mais réalisent le deuxième meilleur score de leur histoire»
Pascal Sciarini

Lorsque cet ancien Vert, qui souhaite garder l'anonymat, adhère au parti dans les années 2000, celui-ci «n'est pas encore devenu le lieu des grandes démonstrations d’activisme woke», raconte-t-il. «La bascule, dit-il, date de 2015, lorsque Lisa Mazzone, par ailleurs très convaincante dans son registre, est mise sur orbite pour les élections fédérales de 2015, avec succès, puisqu’elle entre au National. Nous sommes alors de plus en plus alignés sur les socialistes, ça ne me convient pas, moi, je suis pour la responsabilité individuelle.» Notre homme s’en va en 2017. Il prendra lui aussi la direction des Vert’libéraux.

Le wokisme? C’est encore certains Verts qui en parlent le plus. En mal.

«La défense des LGBTIQ+ est devenue une priorité du parti. Défendre les LGBTIQ+, c’est important, mais ce n’est pas la priorité des Verts. Leur priorité, c’est l’environnement. Je ne suis pas entré chez les Verts pour défendre la cause LGBTIQ+»
Boris Calame

Graphiste de profession, Boris Calame s’est opposé à l’initiative «Genève Zéro Pub» lancée par les Verts genevois, rejetée de peu en mars dernier. Encore un «interdit». «Je suis graphiste, la pub, les images, c’est mon métier», explique-t-il. «Il était notamment question de combattre le sexisme, une nécessité, bien sûr. Mais c’est le cadre qui doit être contraignant, il ne s'agit pas d'interdire a priori la création. Le parti entendait aussi, par cette initiative, empêcher "la manipulation permanente du public". Je n’étais pas d’accord avec cette approche. Le public n’est pas naïf à ce point.»

Pareil désaccord sur le déboulonnage des statues et le retrait des plaques de rue. «Le biais rétrospectif, ça ne va pas. Il faut contextualiser, expliciter ce qu’on reproche à certains personnages du passé, leur racisme, par exemple. Il ne faut pas effacer les traces», plaide Blaise Calame.

Une femme, toujours membre des Verts genevois:

«Oui, les Verts ont couru trop de lièvres à la fois sur les questions sociétales. On est plusieurs dans le parti à le penser. Ce sont les jeunes qui axent beaucoup leurs combats sur des thèmes comme les LGBTIQ+»
Une femme membre des Verts genevois

Notre interlocutrice trouve en revanche «affligeant qu’on nous ressorte encore aujourd’hui l’histoire de la viande ou qu’on nous reproche les blocages de Renovate Switzerland, on n’y était pour rien». Le parti, qui ne voulait pas se mettre à dos la jeune garde militante, n'a pas formellement condamné ces entraves routières. Les observateurs sont d'avis qu'il l'a payé cher dimanche dans les urnes.

«Ce n’est pas le moment de se tirer dans les pattes»

La présidente des Verts genevois, Delphine Klopfenstein Broggini, réélue dimanche au Conseil national, estime que «ce n’est pas le moment de se tirer dans les pattes entre Verts et Vert’libéraux. La priorité est de faire barrage aux populismes et à l’extrême droite au deuxième tour de l’élection au Conseil des Etats.» Le ticket de gauche composé de Lisa Mazzone (les Vert.e.s) et de Carlo Sommaruga (PS) y affronte Mauro Poggia (MCG), allié à Céline Amaudruz (UDC).

«Les thématiques amplifiées par d’anciens Verts partis chez les Vert’libéraux, au demeurant un tout petit nombre, ne correspondent pas à ce que nous sommes. Ce qui nous caractérise, c’est l’inclusion, la solidarité, la recherche de solutions durables pour lutter contre le réchauffement climatique. Dans mon activité de présidente de parti, je n’ai jamais rien proposé qui s’apparente à des interdits, nous sommes un parti de solutions. La proposition sur la viande ne valait qu’en certaines circonstances, on a fini par trouver rapidement un compromis. Il y a eu une instrumentalisation à outrance, par nos adversaires, de cet épisode.»
Delphine Klopfenstein Broggini

Les Verts ont-ils un avenir? Delphine Klopfenstein Broggini:

«Et comment! Les adhésions sont nombreuses et le climat a besoin de nous»

«Le risque, c’est que les Verts s’extrême-gauchisent sous la poussée de jeunes activistes», pointe un ancien du parti passé chez les Vert’libéraux. Il semble qu’on n’y soit pas encore: contrairement à l’ensemble de l’extrême gauche après la tragédie survenue le 7 octobre dans le sud d’Israël, le président des Verts suisses, Balthasar Glättli, a «condamné fermement la terreur du groupe islamiste contre la population civile israélienne. Nos condoléances vont aux victimes de ces violences barbares.»

Réponse des Anglais face au haka
Video: youtube
5 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
5
L'Université de Fribourg éjecte les communistes révolutionnaires
S'estimant trahi, le rectorat de l'Université de Fribourg destitue la Marxist Society, une association étudiante marxiste qui servait de tremplin à la création d'un Parti communiste révolutionnaire. Une décision tardive, alors que tout était clair dès septembre dernier. L'Université de Genève, pas moins touchée par ce phénomène d'entrisme, a pris une autre décision.

Invoquant la «liberté d’expression», les autorités cantonales et universitaires avaient donné leur accord à la tenue d’une «Ecole Lénine» le 24 février dans les locaux de l’Université de Fribourg. Il apparaissait clairement que cette formation au marxisme-léninisme participait d’une campagne de recrutement menée par un groupe d'extrême gauche du nom de l’Etincelle, en vue de la création, en mai, d’un Parti communiste révolutionnaire (PCR).

L’article