Suisse
énergie

L'énergie solaire en plein essor en Suisse malgré le référendum

GIF animéJouer au GIF
C'est important de commencer n'importe quel sujet sur les panneaux solaires par un gif avec des chèvres. De rien.Image: dr

Pourquoi le boom de l'énergie solaire pourrait être freiné en Suisse

En Suisse, le passage à l'énergie solaire a longtemps été poussif. Mais en 2024, le photovoltaïque devrait fournir 10% de la consommation annuelle totale.
28.01.2024, 11:52
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Coup de frein pour la nouvelle loi sur l'électricité. Une alliance de petites associations environnementales, menée par la Fondation Franz Weber, a déposé jeudi un référendum muni de 63 184 signatures. Elles doivent être examinées par la Chancellerie fédérale, mais le peuple devrait se prononcer dans le courant de l'année.

Le «Matelerlass» - la grande réforme de l'énergie qui donne la priorité à la production d'électricité - a été adopté par le Parlement l'automne dernier et bénéficie d'un large soutien. De grandes organisations comme le WWF et Greenpeace se sont ainsi indignées contre le référendum. Il faut savoir que même la Fondation Weber admet que la loi sur l'électricité contient «quelques aspects positifs pour accélérer la transition énergétique».

Les chances du nouveau texte auprès des électeurs sont intactes. Mais s'il tarde à entrer en vigueur, c'est bien tout le passage au renouvelable qui risque de traîner. Car le projet de loi contient entre autres des moyens d'incitation et des procédures simplifiées. Bonne nouvelle malgré tout: l'électricité solaire progresse, et à un rythme considérable.

Solarpaneele bedecken Beerenkulturen waehrend einem Rundgang durch die Anlage von Beerenland AG auf Medienveranstaltung zum Thema: "Beeren und Energie: so funktioniert Agri-PV", am 2. Mai 20 ...
L'agri-photovoltaïque a un grand potentiel, ici dans une culture de fruits à Walperswil (BE).Image: keystone

40% de hausseen une année

L'énergie solaire doit lutter contre bon nombre de clichés. Elle ne fournirait ainsi pas de courant fiable et sa part dans la consommation totale resterait minime. Sur ce deuxième point au moins, la donne a changé:

En 2023, la construction d'installations photovoltaïques a augmenté de près de 40% par rapport à l'année précédente pour atteindre 1,5 gigawatt,
Swisssolar
Evolution du marché photovoltaïque suisse de 2012 à 2023
Evolution du marché photovoltaïque suisse de 2012 à 2023

Ces chiffres sont provisoires. Et la forte augmentation est surprenante compte tenu de la pénurie de main-d'œuvre qualifiée dont se plaint souvent le secteur et des difficultés d'approvisionnement. Pour 2024, Swissolar mise sur une production photovoltaïque d'environ six térawattheures. Cela correspond à environ 10% de la consommation annuelle en Suisse.

On peut mieux faire

Cet objectif ne devrait être atteint qu'en 2025. Il a été formulé à une époque où le solaire avait du mal à convaincre. Quoi qu'il en soit, la Suisse est loin d'être exemplaire en la matière. En 2022, elle se trouvait encore en queue de peloton pour la production solaire et éolienne en Europe. Le leader des «nouvelles énergies renouvelables» reste le Danemark avec 63% de sa consommation couverte.

En Allemagne, le seuil de 50% a été «franchi» l'année dernière, a déclaré Klaus Müller, président de l'Agence fédérale des réseaux. Avec ses 10% d'électricité solaire, la Suisse a du retard à rattraper. L'énergie hydraulique fournit cependant une part considérable de la production d'électricité.

Il en faut beaucoup plus à la Suisse pour espérer décarboner sa production. La loi fédérale sur la sécurité de l'approvisionnement en électricité grâce aux énergies renouvelables, le fameux Mantelerlass, prévoit 35 térawattheures d'énergie solaire et éolienne. Avec les six térawattheures de cette année, il y a encore du pain sur la planche; notamment parce que la Suisse ne deviendra guère un «pays éolien».

Petit intermède

Rien sans la Chine

Toutefois, les choses progressent dans la bonne direction, même au niveau mondial. Le recours à l'énergie solaire et éolienne a augmenté de 50% en 2023, a annoncé l'Agence internationale de l'énergie (AIE) la semaine dernière. La Chine en est le principal moteur. Selon l'AIE, le nombre d'installations photovoltaïques mises en service l'année dernière dans ce seul pays est équivalent à celui de l'année précédente dans le monde entier.

Malgré des chiffres impressionnants, le rythme actuel ne suffit pas à atteindre les objectifs fixés lors de la conférence mondiale sur le climat à Dubaï. De nombreux pays émergents et en développement sont à la traîne, a déclaré le directeur de l'AIE, Fatih Birol. Malgré cela, les énergies renouvelables devraient remplacer le charbon comme principale source d'électricité dès 2025.

Revers pour Alpinsolar

Le «Solarexpress» passe la deuxième. C'est sous cette appellation que le Parlement avait adopté, fin 2022, un projet visant à accélérer massivement la production d'électricité hivernale à partir d'installations solaires alpines. Mais plusieurs projets solaires ambitieux ont échoué face à la réticence des communes d'implantation.

Le directeur de Swissolar, Matthias Egli ne veut, toutefois, pas parler d'un revers. Les installations solaires alpines sont «quelque chose de nouveau et d'innovant», estime-t-il:

«On s'attendait à ce que seule une partie des projets prévus puisse effectivement se concrétiser»

Il est persuadé que ces projets seront partiellement raccordés au réseau d'ici fin 2025, comme le demande le «Solarexpress».

Deux térawattheures de courant d'hiver

«L'électricité solaire alpine est importante», déclare le directeur de Swissolar. Mais les installations existantes sur les infrastructures permettraient déjà de produire près de deux térawattheures d'électricité hivernale, soit l'objectif décrit dans le «Solarexpress». Cela est possible grâce à la construction accrue d'installations verticales sur les façades.

L'association sectorielle fonde de grands espoirs sur la nouvelle loi sur l'électricité, qui prévoit des incitations supplémentaires. Matthias Egli parie néanmoins davantage sur les simplifications réglementaires. Elles facilitent, par exemple, la création de communautés d'autoconsommation, tant pour la consommation propre que pour l'injection dans le réseau électrique général.

«Pas d'alternative» pour Albert Rösti

Le référendum n'est pas dirigé contre les installations solaires sur les toits des maisons, les façades ou les parkings, soulignent les opposants au projet de loi. Mais à leurs yeux, la protection de la nature et du paysage serait menacée par les éoliennes ou les installations en montagne. L'avenir dira si l'électorat comprendra ces craintes.

Bundesrat Albert Roesti spricht am Stromkongress des Verband Schweizerischer Elektrizitaetsunternehmen, VSE, am Donnerstag, 18. Januar 2024 in Bern. (KEYSTONE/Anthony Anex)
Le conseiller fédéral Albert Rösti a fait la promotion du Mantelerlass lors du Congrès national de l'électricité jeudi dernier.Image: keystone

Le ministre de l'Énergie Albert Rösti s'est montré confiant lors du dernier Congrès sur l'électricité à Berne. Le «Mantelerlass» est «sans alternative», selon lui. Et d'ajouter qu'il est tout simplement faux de dire que tout le territoire sera recouvert d'installations.

«Je ne suis moi-même pas connu pour être un "fan de l'éolien". Mais c'est un fait, nous avons besoin de plus de courant indigène»

Traduit et adapté par Valentine Zenker

Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
1 / 10
Voici à quoi pourrait ressembler la Suisse en 2085
partager sur Facebookpartager sur X
Immersion dans le plus grand bunker d'or privé de Suisse
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une star de la RTS quitte l'antenne
Après 35 ans d’antenne, la Genevoise Maria Mettral présentera pour la dernière fois la météo ce dimanche.

C'est un pan de l'histoire de la RTS qui se tourne ce dimanche. Après 35 ans comme présentatrice météo, la comédienne genevoise Maria Mettral fera ses adieux aux téléspectateurs à 20h sur la RTS 1.

L’article