DE | FR

Greenpeace s'attaque à Nestlé sur le site de La Tour-de-Peilz

Image: sda
Des militants de Greenpeace ont projeté, mercredi soir, des messages sur le bâtiment de Nestlé Suisse à La Tour-de-Peilz dans le canton de Vaud.
15.04.2021, 01:4415.04.2021, 06:09

Des activistes de Greenpeace ont fait mercredi soir un coup d'éclat contre le bâtiment abritant Nestlé à La Tour-de-Peilz (VD). Ils entendaient dénoncer le manque d'investissements de la multinationale dans le réutilisable, à la veille de son assemblée générale.

Les messages «Stop Single Use, go Reuse» (Arrêtez l'usage unique, passez au réutilisable) ou «Nestlé, stop feeding the world with plastic» (Nestlé, arrête de nourrir le monde avec du plastique) ont été projetés contre la façade.

1 300 000 tonnes d'emballages plastiques

Elle rappelle que le bilan de Nestlé sur sa gestion du plastique reste désastreux et qu'en 2020, le groupe a utilisé 1 300 000 tonnes d'emballages plastiques à usage unique.

Moins de 1% des emballages de la multinationale sont réutilisables

Greenpeace souligne également que, malgré les communications de Nestlé sur le réutilisable, «l'entreprise ne progresse pas».

Selon un classement du mouvement Break Free From Plastic publié en décembre dernier, Nestlé est dans le trio de tête des plus gros pollueurs de plastiques au monde. (ats/ga)

D'autres sujets de lutte climatique

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

Link zum Artikel

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Le lobby de l'argent freine la lutte contre la mafia en Suisse»
La lutte contre le crime organisé a toujours été difficile en Suisse, déplorent deux spécialistes. Si peu de progrès ont été faits depuis 50 ans, les choses pourraient commencer à bouger.

La journaliste d’investigation Madeleine Rossi était en train de boire un café dans la vieille ville de Lucerne. Un rédacteur en chef d'un média romand s'est alors manifesté. Il lui a demandé son avis sur l’affaire Nespresso, où 500 kilos de cocaïne ont été découverts dans une usine à Romont. En quête d’explications, il était logique que les médias se tournent vers une des grandes spécialistes de la mafia italienne en Suisse.

L’article