DE | FR
Exclusif

16 000 dénonciations et amendes Covid distribuées en Suisse romande

16 000 amendes et dénonciations ont été distribuées rien que par les cantons romands lors des deux vagues de pandémie de Covid. Spoiler: le canton de Vaud est le plus sévère.
28.06.2021, 05:5012.07.2021, 10:07

Tenez-vous bien: les polices romandes ont distribué depuis mars 2020 plus de 10 000 amendes pour violation des mesures de lutte contre le coronavirus. En y ajoutant les différentes dénonciations aux Ministères publics ou pour des infractions aux règlements communaux, ce chiffre se monte à près de 16 000.

Amende versus dénonciations

Une amende d'ordre est une sanction pécuniaire dans le cadre d'une procédure simplifiée. C’est une forme de jugement par anticipation qui s'appuie sur la loi fédérale sur les amendes d'ordre et les ordonnances fédérale et cantonale d'application. Quand la police ne donne pas elle-même une amende d’ordre, elle peut dénoncer le cas au Ministère public et c’est une procédure ordinaire qui s’engage. Si la culpabilité est établie, il prononce alors une sanction.

Pour établir une comparaison entre les cantons, watson a d'abord récolté les données auprès des polices cantonales en chiffres absolus (à découvrir sur la carte ci-dessous en passant votre doigt/souris sur les cantons), avant de les ramener à 100 000 habitants, afin d'établir une comparaison.

La carte 👇👇👇

Qui est le plus sévère en Suisse romande?

Voici le classement, selon le nombre d’amendes et dénonciations rapportées pour 100 000 habitants:

  1. Vaud : 834
  2. Jura: 791
  3. Valais: 759
  4. Neuchâtel: 721
  5. Genève: 641
  6. Fribourg: 437

Pourquoi ces amendes?

Les raisons de ces amendes, selon les polices cantonales?

  • Non-port du masque ou respect des distances
  • Non-respect de l’obligation de quarantaine
  • Dépassement de la limite de personnes pouvant se réunir (fête privée, rassemblement, etc.)

Lors de la récolte des données, le canton de Vaud nous a aussi informés avoir rappelé à 2500 reprises la loi à des contrevenants, sans pour autant distribuer d’amendes.

Et ça rapporte gros?

Impossible de répondre d'une manière définitive à cette question. Les prescriptions ont évolué au fil de la pandémie et des mesures de lutte contre le virus. Les amendes allaient de 50, 100, 200 à 500 francs. A la louche, les amendes Covid ont rapporté entre 800 000 francs et 8 millions de francs aux caisses publiques.

Les anecdotes croustillantes

Voici une petite compilation d'anecdotes puisées dans la presse romande:

  • La bise de trop
    Elle n’avait pas froid aux yeux, quand elle a claqué la bise à ses amies sous le regard de la police. Résultat: 400 francs d’amende, indiquait «Arcinfo» en octobre 2020. La jeune femme a fait opposition. Au tribunal, le juge s’est montré clément et a réduit l’amende à 100 francs.
  • Le match de trop
    Octobre 2020, à Vernier (GE). Descente de police en plein match car des joueurs avaient été placés en quarantaine. On ne connait pas le montant des amendes distribuées. Mais dans le «20 minutes», un des joueurs incriminés disait avoir reçu le SMS de mise en quarantaine deux minutes après le coup d’envoi du match.
  • Le coït de trop
    Des coquins, ces Neuchâtelois. En novembre 2020, la police est intervenue à deux reprises pour mettre fin à des tripots clandestins. Selon «20 minutes», les participants à ces petites fêtes ont reçu une amende de 100 francs. Quant aux organisateurs, ils ont été dénoncés au Ministère public.
  • La teuf de trop
    Des fêtes aussi, ces Neuchâtelois. Bière, rhum, et grosse sono pour une fête sauvage organisée dans une forêt de Boudry en juillet 2020. Il y avait du gel hydroalcoolique (pas assez) mais il manquait un dispositif de traçage. Toujours selon 20 minutes, les deux organisateurs ont écopé d’une amende de 500 francs.
  • La quarantaine de trop
    On ne sait pas si c’est un record, mais les 280 personnes placées en quarantaine à cause d’une maligne ayant participé à une fête tout en sachant qu’elle est positive au coronavirus, c’est un bon score. Selon «Blick», en juillet 2020, elle risquait 10 000 francs d’amende.
  • Le cluster de trop
    Trois contrôles auprès d’un centre de vétérinaire, où les employés montraient des symptômes aigus du coronavirus, ont poussé la médecin cantonale genevoise a fermer l’établissement, selon le «20 minutes» d’octobre 2020. C’est chien, pour les animaux.

Intempéries dans le canton de Neuchâtel

1 / 10
Intempéries dans le canton de Neuchâtel
source: sda / laurent gillieron
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Pénurie: comment survit-on aux coupures de courant? «On devient débrouillard»
Des coupures de courant (contrôlées), c'est le scénario «catastrophe» évoqué par Simonetta Sommaruga en cas de crise énergétique, face aux pénuries de gaz. Au Liban, où les restrictions et les pannes sont régulières, on a appris à vivre avec. Megan Ferrando, qui travaille dans une ONG sur place, nous en dit plus.

La thématique de l'approvisionnement énergétique est sur toutes les lèvres en Europe. En Suisse, le Conseil fédéral a évoqué une ligne rouge psychologique, celle de possibles rationnements de gaz et d'électricité en cas de pénurie, prévus dans le plan «Ostral».

L’article