Suisse
Extrême droite

Pourquoi l'UDC ne veut pas interdire les signes nazis en Suisse

Pourquoi l'UDC ne veut pas interdire les signes nazis en Suisse
L'UDC est opposée à l'interdiction des signes nazis.

Pourquoi l'UDC refuse d'interdire les signes nazis en Suisse

Seule l'UDC est opposée à l'interdiction des signes nazis dans l'espace public. Pour éviter tout blocage, le rapporteur romand du texte qui sera voté mercredi propose de découper la matière législative en deux. Explications.
15.04.2024, 18:4816.04.2024, 13:44
Plus de «Suisse»

Les parlementaires savent-ils de quoi ils parlent? Pas vraiment et ils en sont bien conscients. Le sujet est grave: il s’agit d’interdire les signes nazis. Mais pas que. La motion sur laquelle le Conseil national est appelé à se prononcer mercredi a beaucoup du filet dérivant: un attrape-tout peu regardant sur la marchandise. Déjà adopté par le Conseil des Etats, le texte de la motion entend prohiber non seulement les signes du IIIe Reich (la croix-gammée, les lettres SS et la tête de mort associée à l’organisation nazie), mais aussi des «moyens de propagande» visant à dénigrer les membres d’une ethnie ou d’une religion. Vaste programme. Trop vaste?

D'abord les signes nazis, on verra après pour le reste

«C’est pourquoi nous proposons au Conseil fédéral de traiter dans un premier temps et dans les meilleurs délais la demande relative à l’interdiction des symboles nazis et dans un second temps de se pencher sur l’interdiction de tout signe haineux», explique le co-rapporteur de la motion, l’écologiste vaudois Raphaël Mahaim, membre de la commission des affaires juridiques du Conseil national.

Mercredi, la Chambre basse votera également sur une initiative parlementaire ne proposant d’interdire que les seuls signes nazis.

«La commission recommande au Conseil national d’adopter la motion et l’initiative parlementaire, tout en invitant le Conseil fédéral à agir en deux temps»
Raphaël Mahaim, conseiller national Verts/VD

Le sous-entendu, s’il y en a un, est limpide et peut se résumer avec un dicton: un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. En effet, le bannissement des symboles nazis de l’espace public ne devrait pas soulever de grosses oppositions. Le travail législatif n’en ira que plus vite. En cas de référendum, on imagine mal le peuple s’opposer à cette interdiction.

Il en irait différemment, suppose-t-on, s’il fallait élaborer un texte prohibant tout signe ou moyen de propagande pouvant être interprété comme une manifestation de haine raciale, ethnique ou religieuse. Pas sûr que les «minarets» de 2009 ou les «moutons noirs» de 2010, des affiches chocs illstrant des campagnes victorieuses de l’UDC, échapperaient au couperet d’une telle loi. A l’époque, ces représentations n’étaient pas tombées sous le coup de la norme pénale antiraciste.

Aujourd’hui, l’UDC, aux prises avec un phénomène d'entrisme de l'ultra-droite, est le seul parti s’exprimant majoritairement à Berne contre l’interdiction des signes nazis. Pour le conseiller national UDC vaudois Yvan Pahud:

«Il y a le risque d’une inflation législative. Et puis, il y a comme une hypocrisie à désigner toujours l’extrême droite comme responsable de la manifestation de la haine antisémite, alors qu'elle est aujourd’hui principalement le fait de milieux musulmans ou d’extrême gauche.»
Yvan Pahud, conseiller national UDC/VD

Lors du vote du groupe national-conservateur, Yvan Pahud s’est toutefois abstenu. Il s'en explique:

«Pour les personnes touchées par la haine antisémite, c’est important de faire passer le message que les signes nazis ne sont pas tolérables en Suisse»
Yvan Pahud, conseiller national UDC/VD

Pour le président de l’UDC Vaud, Kevin Grangier, «il est clair que les signes nazis n’ont pas leur place en Suisse, mais le texte de la motion fait peser une insécurité juridique sur le futur texte de loi qui pourrait en découler».

«Et le marteau et la faucille?»

«Le problème est qu’on ne sait pas ce qui serait interdit et ce qui serait toléré. Le marteau et la faucille du communisme, par exemple, au nom duquel des dizaines de millions d’individus ont été tués et qui n'a rien à envier au fascisme ou au nazisme, seraient-ils interdits?»
Kevin Grangier, président de l'UDC Vaud

L’écologiste Raphaël Mahaim n’élude pas la question, au moment où ces symboles communistes font de l’entrisme dans certaines universités suisses. C’est bien pourquoi, encore une fois, il plaide pour un traitement séparé du dossier par le Conseil fédéral: les signes nazis en priorité. Dans son esprit, ce ne sont pas, en l’état, les provocations de l’UDC qui seraient visées par cette loi, mais des idéologies prônant la destruction et la mort. Outre le nazisme, il pense à Daech et son drapeau, au Hamas aussi, dont on sait que les Verts sont pour l’inscription sur la liste des organisations terroristes.

Mais pourquoi donc serait-il nécessaire de voter une loi spécifique ou un ajout au code pénal pour interdire les symboles nazis? Ne sont-ils pas déjà bannis? Réponse du juriste Raphaël Mahaim:

«Actuellement, ces symboles, même affichés dans l’espace public, peuvent ne pas toujours tomber sous le coup de la norme pénale antiraciste de 1994, dès lors qu’ils ne sont pas associés à un discours de haine. En gros, une croix gammée collée sur la vitre arrière d’une voiture n’est pas nécessairement condamnable aux yeux de la loi et c'est précisément ce que nous voulons changer.»
Raphaël Mahaim, conseiller national Verts/VD

Depuis plusieurs années en suspens, le débat parlementaire sur l’interdiction des signes nazis, potentiellement élargie à d’autres symboles de haine, a pris un coup d'accélérateur l'an dernier au Conseil des Etats, peu après l'attaque du Hamas le 7 octobre dans le Sud d’Israël, déclencheur d'une poussée d'antisémitisme à travers le monde.

Ces bébés manchots sautent d'une falaise
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
Vaud se résout à poursuivre Alain Soral pour antisémitisme
Le ministère public vaudois a ordonné l'interpellation et la perquisition du domicile lausannois d'Alain Soral, déjà condamné pour homophobie. Extraits de propos qui avaient valu au polémiste une précédente dénonciation pour antisémitisme auprès de la juridiction vaudoise, qui n'avait à l'époque pas poursuivi.

Déjà condamné à quarante jours de prison ferme pour des propos homophobes, Alain Soral «a été interpellé le mercredi 29 mai 2024 et son domicile perquisitionné. Il a ensuite été auditionné par la police en qualité de prévenu, puis libéré. Il est rappelé que M. Soral bénéficie à ce stade de la présomption d’innocence», communique ce jeudi Vincent Derouand, responsable de la communication au ministère public vaudois.

L’article