DE | FR

Comment valoriser mon profil «parent au foyer» sur Linkedin

Image: Shutterstock
Vous êtes à la maison pour élever vos enfants? Désormais, vous pouvez l'inscrire comme statut professionnel sur Linkedin. Et en tirer profit. Nos explications et (surtout) nos conseils.
02.05.2021, 19:23
Suivez-moi

Profession: maman ou papa. Depuis quelques semaines, on peut inscrire officiellement le statut de «parent au foyer» sur son CV en ligne sur Linkedin. Comme une activité à temps plein.

Cette petite révolution, surtout symbolique, a été saluée par la presse et devrait donner le sourire aux mamans (elles sont majoritaires) et aux papas qui restent à la maison quelques mois ou années pour élever leurs mômes.

D'où ça vient?

Le réseau social professionnel n'a pas décidé tout seul d'ajouter cette fonctionnalité. L'histoire démarre le 8 mars dernier. Heather Bolen, une journaliste américaine indépendante, publie sur Medium un article au titre très clair: «Comment un simple correctif apporté à une plateforme peut aider des millions de femmes à réintégrer le monde du travail?»

Effet boule de neige. L'écho médiatique est large dans les pays anglophones. La journaliste, qui a elle-même été maman au foyer durant 10 ans, qualifie Linkedin de sexiste et de vieux jeu. Heather Bolen s'insurge aussi:

«Être mère au foyer est un travail à temps plein, mais bien sûr, Linkedin entend décrire uniquement le travail rémunéré»

Elle estime le réseau «peu enclin à proposer des solutions pour les femmes ou les hommes dont les CV peuvent parfois comprendre plusieurs lignes blanches», résume Libération. Bref, Linkedin finit par accéder à la requête et ajoute la possibilité d'inscrire la catégorie «parent au foyer».

Qu'est-ce que ça change?

Si une case «parent au foyer» dans un CV en ligne peut vous paraître insignifiant, c'est pourtant le symbole d'une reconnaissance.

Stéphane Haefliger, membre de direction du cabinet Vicario Consulting et ancien DRH, y voit le signe d'un changement social important. Il note: «Le fait que Linkedin impose cette catégorie dans l'architecture même de son site est le signe que ce statut privé est enfin reconnu par l’écosystème professionnel et que cette notion devient dicible en dehors du champ personnel.»

Comment valoriser au max vos «années-bébés»?

Stéphane Haefliger rappelle aussi que l'inscription de ces «pauses familiales» (ou celle des «breaks exotiques», type année sabbatique d'ailleurs) sur le CV est totalement légitime, voire nécessaire pour construire la cohérence chronologique du parcours.

Ces périodes spécifiques peuvent et doivent alors être valorisées en termes de compétences et de connaissances, lors d’un retour sur le marché du travail:

«Les parents qui ont élevé des enfants, des proches aidant qui ont soutenu des parents, disent souvent qu’il s’agit de l'expérience la plus apprenante de leur vie. Ils ont donc expérimenté et intégré des faisceaux de compétences qu’il convient de communiquer clairement au futur employeur.»
Stéphane Haefliger, membre du cabinet Vicario Consulting et ancien DRH

Grâce à votre vie de famille, vous pouvez alors notamment mettre en avant:

  • la gestion administrative d’une communauté d’individus
  • la gestion du stress, des imprévus et des émotions
  • la connaissance de soi et sa capacité de négociation et de motivation
  • les compétences d’organisation

Mais cela ne suffit pas. Reste encore à les mettre en valeur et à les relier aux exigences du poste dont vous rêvez. «Il faut savoir se décentrer et traduire ce qui a été vécu dans le privé dans la langue professionnelle». Conseil de pro.

Et Kate, elle peut aussi changer son statut Linkedin?

1 / 21
Kate et William: dix ans de mariage et de perte de cheveux
source: epa / hugo burnand/clarence house / ha
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cette UDC veut limiter le statut S, mais que disent cantons et communes?
D'ici l'automne, la Confédération s'attend à accueillir 120 000 réfugiés ukrainiens. Actuellement, il y a encore environ 60 000 places libres. L'UDC met en garde contre les coûts à venir. Et voici ce qu'en pensent les cantons et les communes.

La conseillère nationale UDC argovienne, Martina Bircher, suggère de restreindre le statut de protection S. Selon elle, il faudrait réfléchir à ne l'accorder qu'aux Ukrainiens originaires de régions où se déroulent des combats. Actuellement, l'essentiel des affrontements s'est déplacé vers l'Est. Bircher ne remet pas en cause l'aide aux réfugiés, mais les conséquences financières «énormes» pour la Suisse, que ce soit pour la Confédération, les cantons ou les communes.

L’article