DE | FR
Image: KEYSTONE

Face au Covid, les Girons veulent sauver la fête et éviter les dettes

Annulation, maintien ou report (encore!), les Girons de jeunesse adoptent différentes stratégies pour limiter la casse face à la pandémie. Après s'être investis plusieurs années dans leur projet, difficile pour les organisateurs de trouver la moins mauvaise solution.
12.04.2021, 12:13
Suivez-moi

Ces derniers jours, les annonces se sont succédé. Dans le canton de Vaud, les Girons de Monnaz, Rances et Chavannes-le-Chêne, déjà repoussés d'une année, ont décidé de maintenir leur événement pour cet été. Celui de Puidoux, lui, a choisi d'arrêter les frais. Du côté de Fribourg, le Giron de Cheiry rend également les armes, tandis que celui de la Glâne opte pour un deuxième report sous le nom de «Lussy 2020+2».

Autant le dire tout de suite, il n'y a pas de bonne solution et chacun fait au mieux pour limiter les dégâts, face à une pandémie qui a mis à mal les traditionnels bastringues géants des jeunesses campagnardes. Réunissant habituellement plus de 20 000 personnes sur quelques jours, les Girons sont de toute évidence incompatibles avec les mesures sanitaires actuelles.

«Il y a de la frustration, mais on comprend bien que les restrictions ne sont pas là pour rien. On fera avec ce qu'on nous donne. Si on a le droit à 1000 personnes tant mieux, mais on reste réalistes, on espère plutôt 300», pointe Raphaël Cornut, coprésident du Giron de Monnaz, qui a décidé de maintenir la fête, notamment parce que la construction des bâtiments temporaires est déjà bien avancée.

Une expérience enrichissante mais attention aux dettes

Depuis quatre ans, lui et une quarantaine d'autres personnes s'investissent plusieurs jours par semaine pour leur événement. «On a aussi envie d'aller au bout, parce que c'est une forme d'aboutissement pour nous», confie-t-il.

Si le Vaudois reconnaît qu'il manquera le bouquet final à leur aventure, il rappelle que l'organisation d'un Giron, même tronquée, reste une expérience très enrichissante. «Et on a encore beaucoup de bons moments à vivre avec le démontage. Au final, on est obligés de le prendre avec philosophie.»

Raphaël Cornut souligne que l'aspect financier a aussi motivé le maintien de la motivation. «On sait que l'objectif ne sera pas de faire des bénéfices, mais on aimerait au moins essayer de mettre le budget à flots», détaille-t-il tout en regrettant que leur demande d'aide auprès de la Confédération ait été refusée.

«On est tous bénévoles, on s'investit sur notre temps libre. Ce serait dommage qu'on se retrouve avec des dettes parce qu'on a voulu animer la région»
Raphaël Cornut, Giron de Monnaz (VD)

Les dettes, les organisateurs du Giron de Puidoux, désormais officiellement annulé, n'y échapperont sans doute pas. «On a déjà investi plus de 40 000 francs. Grâce à nos sponsors, il y a une bonne partie qui est couverte, mais on va être obligés d'organiser une soirée ou un événement une fois que les choses seront rentrées dans l'ordre pour rembourser le reste», explique Corentin Grand, coprésident du Giron.

C'est d'ailleurs l'un des motifs pour lesquels les Vaudois ont préféré rendre les armes avant de devoir engager 50 000 francs supplémentaires pour louer les terrains ou construire des bâtiments. «Après quatre ans de travail, c'est vrai que c'était une décision triste et difficile à prendre, mais c'était le plus raisonnable», assure le jeune homme.

«On est jeunes, il ne faut pas se laisser abattre et aller de l'avant»
Corentin Grand, Giron de Puidoux (VD)

Du côté de Lussy (FR), le comité d'organisation s'était résigné et était, lui aussi, prêt à annuler le Giron de la Glâne qu'il avait déjà repoussé d'une année l'été passé. «Un tel événement, cela demande deux mois de préparation sur le terrain. Si on commence à tout installer et qu'on ne peut pas faire la fête, ce serait une catastrophe», justifie Dominique Kaech, président du comité. Mais la Jeunesse du village ne l'a pas entendu de cette oreille.

Les jeunes ne voulaient surtout pas avoir le sentiment d'avoir fait tout ce travail pour rien donc ils se sont organisés entre eux pour savoir qui était prêt à repartir l'année prochaine, pour demander au Giron prévu en 2022 s'ils étaient prêts à nous laisser leur place et pour rediscuter de l'utilisation des terrains avec les agriculteurs. C'était une vraie motivation pour eux.»
Dominique Kaech, Giron de Lussy (FR)

Finalement, l'équipe a décidé d'opter pour un nouveau report sous le nom de «Lussy 2020+2». «Notre espoir, c'est de pouvoir enfin faire une fête populaire et villageoise ressemblant à ce qui était prévu. Les gens seront contents de ressortir et, pour nous, ce sera le meilleur moyen d'oublier ce qu'on a traversé.»

Une année de confinement en images

1 / 15
Une année de confinement, en images
source: keystone / ennio leanza
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse estime qu'elle a fait (presque) tout juste avec les réfugiés
L'accueil des réfugiés ukrainiens en Suisse, quoiqu'imparfait, a été efficace. C'est, en substance, ce qu'affirme le Département de justice et police (DFJP) dans un premier bilan de la gestion de cette crise historique.

La guerre en Ukraine a provoqué l'exil de plus de six millions de personnes. C'est le plus grand mouvement de fuite en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, souligne vendredi le Département de justice et police (DFJP). De plus, il est extrêmement rapide. Près de 50 000 réfugiés sont arrivés en Suisse en moins de trois mois. C'est davantage que durant toute la crise du Kosovo en 1999.

L’article