DE | FR

Dominique Giroud condamné à une peine de prison avec sursis

L'encaveur valaisan Dominique Giroud quitte le palais de justice lors d'une pause au premier jour de son proces devant le Tribunal de police, ce lundi 19 avril 2021 a Geneve. L'encaveur valaisan Dominique Giroud comparait devant le Tribunal de police accuse d'avoir voulu pirater des ordinateurs de deux journalistes de la Radio Television Suisse (RTS) et du journal Le Temps. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Dominique Giroud quitte le palais de justice, lors d'une pause au premier jour de son procès, devant le Tribunal de police. Image: KEYSTONE

L'encaveur valaisan a été reconnu coupable pour piratage d'ordinateurs. Pendant le procès, la présidente du tribunal de police a attiré l'attention sur le sentiment de toute puissance qui a habité le vigneron pendant l'affaire.



Dominique Giroud a été condamné, vendredi, à une peine de prison de six mois avec sursis par le Tribunal de police de Genève. Il a été reconnu coupable pour avoir piraté les ordinateurs de journalistes qui enquêtaient sur lui.

La présidente du Tribunal de police, Sabina Mascotto, a souligné le sentiment de toute-puissance qui a animé Dominique Giroud dans cette affaire. Elle a ajouté:

«Sa faute est importante et sa prise de conscience est inexistante»

Dominique Giroud devait répondre d'instigation à tentatives de soustraction de données.

Opération de hacking

Le vigneron a toujours nié avoir donné l'ordre de pirater les ordinateurs de deux journalistes au Temps et à la RTS. Le premier procureur, Stéphane Grodecki, avait requis contre le vigneron une peine de 10 mois de prison, dont six mois ferme.

Le représentant du Ministère public reprochait à l'encaveur valaisan d'avoir voulu identifier les sources qui informaient les journalistes sur ses déboires avec l'administration fiscale, en mettant sur pied une opération de hacking de leur ordinateur, en 2014.

L'équipe de Dominique Giroud

Une infraction que le procureur avait qualifiée de grave. Pour conduire ce piratage informatique, Dominique Giroud s'était entouré d'une équipe dédiée.

Cette dernière était composée comme suit:

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Plus d'articles sur le thème «Suisse»

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel

Après l'euphorie, Moutier appelle sa population à se faire dépister

Link zum Artikel

Maudet out. Fischer in. Les leçons de l'élection à Genève

Link zum Artikel

«Ces alertes à la bombe dans les écoles expriment un ras-le-bol»

Link zum Artikel

Ni flics, ni complices, les psys se défendent face à #MeToo

Link zum Artikel

En cas d'élection, Maudet pourra-t-il travailler avec ses collègues?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Philippe Guignard n'aurait jamais voulu gruger personne

Le célèbre pâtissier avait été condamné l'an dernier pour escroquerie. Jeudi, il s'est empressé de faire ses excuses et a donné sa version des faits.

Condamné l'été dernier pour escroquerie à trois ans de prison, dont 18 mois ferme, Philippe Guignard s'est défendu jeudi matin à Lausanne, devant la Cour d'appel du canton de Vaud.

L'affaire remonte à la période 2011-2013, lorsque l'ancien roi des fourneaux, épaulé par trois comparses, a démarché 16 victimes pour encaisser plus de 3,2 millions de francs. Cet argent était censé financer un projet immobilier à Orbe, mais a servi en réalité à éponger les dettes personnelles et celles de …

Lire l’article
Link zum Artikel