DE | FR

Comment la Suisse va empoigner les crimes de la mafia

Nicoletta della Valle, Direktorin Bundesamt für Polizei (fedpol), spricht waehrend einer Medienkonferenz zum Bundesgesetz ueber polizeiliche Massnahmen zur Bekaempfung von Terrorismus (PMT), am Dienstag, 13. April 2021, in Bern. (KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Nicoletta della Valle, la directrice de la Fedpol Image: sda

L'Université de la Suisse italienne (USI) a créé un observatoire du crime organisé. Relié à la Télévision suisse italienne (RSI), il devra tisser des liens entre le domaine juridique et la société.



«Nous ne pouvons combattre la mafia qu'avec une coopération nationale et internationale accrue»

Nicoletta della Valle, directrice de l'Office fédéral de la police (Fedpol)

La directrice de l'Office fédéral de la police (Fedpol), Nicoletta della Valle, a annoncé la création d'un observatoire du crime organisé, basé à Lugano. La boss de la police fédérale juge fondamental qu'un maximum de services cantonaux et nationaux puisse échanger des informations pour lutter contre le crime organisé.

La N'drangheta en ligne de mire

Le nouveau centre abritera des archives sur les cas importants de criminalité impliquant la mafia en Suisse. «Sensibiliser, c'est informer», a déclaré Nicoletta della Valle. Car la mafia menace les valeurs de notre société. La N'drangheta calabraise est en particulier très présente en Suisse, a-t-elle ajouté.

Elle avait déjà joué un rôle important dans les années 1980 et 1990 dans le trafic de drogue en Suisse. A l'époque, on a cependant nié cette réalité. Les enquêtes se sont trop focalisées sur les cas individuels sans tirer les liens qu'il y avait entre eux, a expliqué la directrice de fedpol. Aujourd'hui, les cantons ont renforcé leur collaboration.

Parler de la mafia dans les médias

La prévention dite «douce», à savoir parler de la mafia, est aussi importante. Les maxi-procès en Italie l'ont montré. C'est une manière de montrer au crime organisé que l'on n'a pas peur d'eux, selon la directrice de la Fedpol.

Les médias suisses sont, toutefois, rarement autorisés à publier des détails sur des affaires impliquant la mafia. L'observatoire de l'Université de Lugnao jouera ainsi un rôle important dans le travail de sensibilisation.

L'allemand, deuxième langue de la mafia en Suisse?

Sergio Mastroianni, procureur de la Confédération, a brossé un sombre tableau pour la Suisse. Si l'on devait mettre un point rouge sur une carte pour signaler la présence des organisations mafieuses, la Suisse serait presque toute rouge.

Elle est surtout implantée en Suisse alémanique, un terreau jugé fertile, a-t-il ajouté. On dit d'ailleurs que la deuxième langue de la N'drangheta est l'allemand. Il faut combattre ensemble ce sentiment d'omnipotence, a-t-il lancé.

Le conseiller d'Etat Norman Gobi, en charge du département de justice et police, a souligné le rôle du Tessin dans la lutte anti-mafia. Sa proximité avec l'Italie, la langue commune et la frontière partagée en font un partenaire important dans les enquêtes de police. Mais tous les cantons doivent mener ce combat, a-t-il conclu. (ats)

Cela n'a rien à voir, mais parfois faut se détendre avec la cérémonie des Brit Awards

1 / 9
La cérémonie des Brit Awards
source: sda / ian west
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Dans l'actualité on a aussi le viol en Suisse: le projet de loi qui fâche

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Journaliste néerlandais abattu, on fait le point sur l'enquête

Peter R. de Vries a pris mardi une balle dans la tête et est toujours entre la vie et la mort. La justice a ordonné de prolonger la détention de deux suspects.

Les deux hommes soupçonnés d'avoir tiré, mardi soir, à Amsterdam sur le journaliste d'investigation Peter R. de Vries ont brièvement comparu, vendredi, devant la justice néerlandaise. Le reporter se trouve toujours dans un état critique.

Le juge d'instruction a prolongé de deux semaines la détention provisoire des deux suspects:

Ces deux hommes ont été identifiés par les médias nationaux et le tribunal du district d'Amsterdam comme étant Kamil E., un ressortissant polonais de 35 ans résidant …

Lire l’article
Link zum Artikel