Suisse
Omicron

Omicron sera bientôt dominant en Suisse, mais il y a une lueur d'espoir

Des skieurs portant des masques chirurgicaux contre le Coronavirus (Covid-19) descendent une piste de ski le dimanche 26 decembre 2021 a Verbier dans le Val de Bagnes. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)
A Verbier, la normalité a presque régné sur les pistes pendant les fêtes de fin d'année. Seul le masque rappelle la pandémie.Bild: keystone

Omicron sera bientôt dominant en Suisse (mais il y a une lueur d'espoir)

La Suisse pourrait compter jusqu'à 25 000 infections par jour en janvier, ce qui va aggraver la situation dans les hôpitaux. Qu'est-ce que cela signifie pour les prochaines semaines en Suisse?
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
27.12.2021, 11:46
Doris Kleck / ch media
Plus de «Suisse»

Pendant les fêtes, l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) n'a pas publié de nouveaux chiffres sur la situation épidémiologique. Ceux-ci vont tomber sous peu. Pourtant, les déclarations de plusieurs experts sont claires: Omicron va bientôt devenir dominant en Suisse.

Quelle est la situation actuelle?

Le canton du Tessin a annoncé que le nouveau variant est déjà devenu dominant. Pour Tanja Stadler, présidente de la taskforce scientifique, cela sera bientôt le cas dans le reste du pays également. Ce n'est pas anodin, car Omicron est beaucoup plus contagieux que Delta et la protection vaccinale est moins bonne. La taskforce avait calculé que la Suisse risquait d'être touchée par 25 000 contaminations par jour en janvier.

Le personnel hospitalier sera-t-il suffisant?

Un tel nombre de nouvelles contaminations poserait problème à différents niveaux: si la situation dans les hôpitaux devait encore s'aggraver, l'absence d'un grand nombre de travailleurs pourrait mettre en péril leur fonctionnement. «Il faut s'attendre à ce que du personnel supplémentaire soit absent pour cause de maladie ou de quarantaine», a mis en garde l'Office fédéral de la protection de la population dans le Sonntags-Blick.

Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux suisses, suggère de reconsidérer les règles de quarantaine et d'isolement en vigueur s'il s'avère qu'Omicron entraîne effectivement des évolutions moins graves:

«En dernier recours, on pourrait réduire l'isolement des personnes asymptomatiques testées positives à cinq ou six jours, éventuellement accompagnés de mesures de protection. Car les personnes infectées sans symptômes semblent en général moins infectieuses par la suite.»
Rudolf Hauri, président de l'Association des médecins cantonaux suisses.

Cela permettrait d'éviter que trop de travailleurs soient absents malgré la propagation massive du variant Omicron.

Faut-il de nouvelles mesures?

Selon la NZZ am Sonntag, plusieurs membres de la taskforce demandent des mesures en vue du soir du Nouvel An. Ils proposent par exemple la fermeture de clubs ou l'annulation des célébrations.

Le Conseil fédéral ne se réunira officiellement que le 12 janvier, mais il pourrait à tout moment tenir une séance extraordinaire. Les mesures de fermeture de certaines zones étaient déjà en consultation. Certes, 21 cantons ont refusé des fermetures partielles, mais le «non» n'est rarement absolu. Le canton de Berne, par exemple, a écrit: «Si la situation devait se dégrader fortement, les fermetures seraient soutenues».

De son côté, Rudolf Hauri fait remarquer qu'il est trop tard pour empêcher complètement une augmentation rapide du nombre de cas. La question est de savoir dans quelle mesure les infections se répercutent sur les hospitalisations: «Si la charge des hôpitaux devient trop importante, la politique doit tirer le frein d'urgence», déclare-t-il.

Omicron sonne-t-il la fin de la pandémie?

Même avec un confinement, Omicron ne disparaîtra pas. Nous devrons apprendre à vivre avec le virus, prévient Hauri. Mais le médecin cantonal zougois est également optimiste:

«Je pars du principe que nous aurons surmonté le gros de la pandémie au printemps, car l'immunité de base sera suffisamment élevée»
Rudolf Hauri

Le virologue allemand Christian Drosten pense lui aussi qu'Omicron nous accompagnera dans la phase endémique, c'est-à-dire qu'il sera un compagnon normal de l'humanité, comme il le dit dans une interview accordée à la Sonntags-Zeitung. Mais d'ici là, ce sera «encore une fois dur». Drosten s'attend à ce qu'il y ait encore deux vagues: au printemps et en automne.

Et si on devait porter le masque à vie? Décryptage en vidéo.
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Nemo va parler de troisième sexe avec Beat Jans
L'artiste biennois, honoré par sa ville lundi soir, va rencontrer le conseiller fédéral Beat Jans mardi et abordera la question du troisième genre.

«Les dernières semaines ont été complètement folles, tout est allé très vite», a expliqué Nemo lors d'une rencontre lundi avec les médias. L'artiste de Bienne a dû faire face d'un jour à l'autre à une nouvelle notoriété.

L’article