Suisse
Politique

Plus de la moitié des Suisses sont opposés au troisième sexe

Plus de la moitié des Suisses sont opposés au troisième sexe

Six Suisses sur dix sont contre l'inscription d'un troisième sexe dans les documents officiels - une opinion qui n'a quasiment pas évolué en un an. Le rejet est plus marqué chez les hommes que chez les femmes.
17.06.2024, 06:0017.06.2024, 06:15
Plus de «Suisse»

Selon un sondage publié lundi, 43% des femmes pourraient s'accommoder d'une mention «divers» comme l'a déjà fait l'Allemagne. Chez les hommes, ce chiffre tombe à 35%, indique l'enquête réalisée par l'institut Leewas à la demande de 20 Minuten et de Tamedia. Dans l'ensemble de la population, le taux de rejet est de 57% contre 62%, il y a un an.

Chez les partis, l'UDC apprécie le moins l'inscription d'un troisième sexe (16%). Le PS (67%), les Verts (64%) et le PVL (58%) se montrent plus ouverts. Avec 39 et 37% d'approbation, le PLR et le Centre se situent plus ou moins dans la moyenne nationale.

Les différences entre les villes et les campagnes ne sont guère marquées, selon l'enquête Leewas. Le taux d'approbation dans les villes est de 36%, soit un point de moins que dans les autres régions.

Nemo performt den Siegersong des Eurovision Songcontests anlaesslich des Pride Festival auf der Landiwiese am Freitag, den 14. Juni 2024, in Zuerich. (KEYSTONE/Christian Merz)
Avec la victoire de l'artiste Nemo au concours de l'Eurovision, le débat sur le troisième genre est de retour sur le devant de la scène politique suisse.Keystone

Un rejet plus prononcé chez les jeunes

Le rejet du troisième genre est le plus prononcé chez les 35-49 ans (59%), suivis par les jeunes de 18-34 ans (58%). Avec 56% de refus, les 50-64 ans se montrent légèrement plus ouverts. Les universitaires sont aussi ceux qui accueillent l'idée le plus favorablement avec 52% d'opinions favorables. En revanche, 61% des personnes ayant suivi une formation obligatoire, une école professionnelle ou une école de commerce rejettent la mention «divers» sur les pièces d'identité.

12 444 personnes dans toute la Suisse ont participé du 6 au 9 juin à ce sondage en ligne. La marge d'erreur est de 2,2 points de pourcentage. (mbr/ats)

La «Bubble Skirt» en 2024
1 / 6
La «Bubble Skirt» en 2024
Nina Sandbech porte une mini robe bouffante noire et un top beige à une manche de Di Stavnitser lors de la Fashion Week de Copenhague printemps/été 2024 le 10 août 2023 à Copenhague, au Danemark.
source: getty images europe / raimonda kulikauskiene
partager sur Facebookpartager sur X
VOILA POURQUOI TOUT LE MONDE AIME NEMO
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Près de 400 manifestants à Lausanne contre les violences policières
Ils se sont réunis samedi en réponse à l'acquittement en appel des policiers impliqués dans l'affaire Mike Ben Peter.

Environ 400 personnes, selon les forces de l'ordre, ont défilé samedi après-midi à Lausanne pour dénoncer les violences policières. Les manifestants s'étaient réunis, dès 13h30, devant la gare de la capitale vaudoise, en réponse à l'acquittement en appel, lundi, de six policiers impliqués dans l'affaire Mike Ben Peter, un Nigérian de 39 ans décédé lors d'une interpellation musclée, en 2018.

L’article