Suisse
Politique

Guy Parmelin: «Je condamne les menaces de mort avec fermeté»

Guy Parmelin: «Je condamne les menaces de mort avec fermeté»

Pour watson, le président de la Confédération sort du bois et pour la première fois condamne fermement les menaces de mort proférées dans le cadre de la campagne du 13 juin. Guy Parmelin en appelle au respect entre adversaires politiques.
20.05.2021, 06:2720.05.2021, 15:08
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Débattre oui, même avec fougue. Cela fait partie du jeu démocratique. Mais il y a des limites à ne pas franchir. Sollicité par watson sur le climat délétère qui est en train de pourrir la campagne du 13 juin, le président de la Confédération, Guy Parmelin, prend clairement position.

«Des menaces de mort proférées contre un adversaire politique sont inacceptables et je les condamne fermement. La démocratie n’est pas seulement une question de majorités, mais aussi une question de respect.»
Guy Parmelin

Char brûlé, affiches déchirées, échanges haineux sur les réseaux sociaux, la campagne en faveur des initiatives contre l'usage de pesticides et pour une eau propre vire à l'aigre. Les camps s'affrontent avec une rare virulence et de méchants dérapages, tous bords confondus.

Céline Vara, l'élue sous protection policière

Dans la débauche de rage, une nouvelle étape a été franchie cette semaine avec des menaces de morts proférées contre deux écologistes. Céline Vara est l'une d'entre elles. La conseillère aux Etats neuchâteloise est aujourd'hui sous protection policière, suite à sa participation à l'émission de débat Infrarouge. La déferlante de messages haineux sur les réseaux ou par courrier ainsi que des menaces verbales explicites l'ont également poussée à déposer plainte.

«Cela fait 17 ans que je fais de la politique. C'est la première fois que je sens le besoin d'être protégée. Je sens que je ne suis plus en sécurité»
Céline Vara, conseillère aux Etats (Les Verts/NE)

En Suisse alémanique, Franziska Herren, la mère du texte «Pour une eau potable propre», vient d'annoncer qu'elle allait se retirer de la campagne suite aux menaces de mort proférées contre elle et sa famille.

Pour mieux comprendre:

Appel au calme

Du côté des comités officiels des deux bords, on essaye de calmer le jeu. A coup de communiqué, on appelle à bannir les comportements irrespectueux et les actes de violences de la campagne du 13 juin.

  • Le comité contre les pesticides par la voix de sa chargée de communication Natalie Favre «demande un comportement respectueux de tous les protagonistes, y compris de nos partisans. On est en Suisse, on devrait pouvoir s'exprimer sans peur».
  • Le comité 2xNON déplore la tournure de cette campagne. «Depuis un certain temps, la campagne de votation est devenue si passionnée que certains ont dépassé les bornes. Nous condamnons avec fermeté les menaces et les actes de vandalisme actuels, et nous exigeons leur sanction.»

Guy Parmelin sera-t-il entendu?

Je constate que de plus en plus de gens semblent tirer de leurs convictions un droit de censure de l’adversaire. La démocratie n’est pas seulement une question de majorités, mais aussi une question de respect. Respect des adversaires, respect des minorités et respect du droit.
Guy Parmelin, Président de la Confédération, pour watson.

Un président qui sort du bois en pleine campagne pour rappeler les règles du jeu démocratique, c'est plutôt rare. Sera-t-il seulement entendu? C'est tout ce qu'espère la Neuchâteloise Céline Vara: «qu'il soit entendu et par les deux parties!».

Pour rappel, le net n'est pas une zone de non-droit:

Et vous, comprenez-vous la prise de position de Guy Parmelin?

Le 65ème Concours de l'Eurovision a lieu en ce moment.
1 / 13
L'Eurovision 2022 en images
source: keystone
partager sur Facebookpartager sur X
Interview Traductrice Covid
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Cette élection est une farce»: la tension monte à la SSR
Les 41 délégués de la SSR doivent confirmer samedi prochain le choix du nouveau directeur général. Ils n'auront toutefois pas le temps d'examiner le pedigree du candidat retenu.

La nomination d'un directeur est une opportunité à saisir pour toute organisation. La nouvelle direction peut s'attaquer à des problèmes qui ont été négligés jusque là. Samedi prochain, la SSR élira ainsi un nouveau directeur général, mais le conseil d'administration fait face à de nombreux reproches.

L’article