DE | FR

Bientôt tous au bistrot? Pression sur le Conseil fédéral

Souvenirs de mai 2020, lorsqu'on pouvait aller boire l'apéro...
Souvenirs de mai 2020, lorsqu'on pouvait aller boire l'apéro...Image: KEYSTONE
Les élus du Conseil national mettent la pression sur le gouvernement, pour un assouplissement rapide des mesures contre le coronavirus.
03.03.2021, 10:0104.03.2021, 17:22

Mercredi matin, le Conseil national a demandé au Conseil fédéral de rouvrir les restaurants, ainsi que les lieux culturels, de divertissement, de sport et de loisirs, dès le 22 mars.

Par 97 voix contre 90 et 6 abstentions, les députés ont adressé une déclaration invitant les sept sages à presser sur l'accélérateur et à changer de stratégie pour plus d'ouverture et moins d'interdictions.

La déclaration du parlement:

Le Conseil fédéral doit immédiatement opérer un changement de stratégie: intensification des tests et des vaccinations, incitations à la vaccination; plus d’ouvertures et moins d’interdictions.
Les entreprises de restauration ainsi que les établissements des domaines de la culture, du divertissement, des loisirs et du sport doivent pouvoir rouvrir le 22 mars 2021. Le Conseil fédéral définit les plans de protection nécessaires afin de lutter contre la pandémie – limitation du nombre de visiteurs, limitation du nombre de places disponibles par table, fixation des heures de fermeture après 22 heures.
Il convient d’élaborer immédiatement une stratégie de réouverture et d’apporter une certaine sécurité en matière de planification pour les manifestations culturelles et sportives de grande ampleur.

Les deux chambres doivent se prononcer sur l’inscription dans la loi Covid de l’ouverture des restaurants le 22 mars, entre autres discussions autour de la crise sanitaire. Justement, la majorité obtenue ce matin pourrait donner une indication sur les votes à venir. (ats/jch/gch)

2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
«Le lobby de l'argent freine la lutte contre la mafia en Suisse»
La lutte contre le crime organisé a toujours été difficile en Suisse, déplorent deux spécialistes. Si peu de progrès ont été faits depuis 50 ans, les choses pourraient commencer à bouger.

La journaliste d’investigation Madeleine Rossi était en train de boire un café dans la vieille ville de Lucerne. Un rédacteur en chef d'un média romand s'est alors manifesté. Il lui a demandé son avis sur l’affaire Nespresso, où 500 kilos de cocaïne ont été découverts dans une usine à Romont. En quête d’explications, il était logique que les médias se tournent vers une des grandes spécialistes de la mafia italienne en Suisse.

L’article