Suisse
Russie

Russie et Ukraine «pas prêtes à entamer des négociations de paix»

Russian President Vladimir Putin (R) receives a letter of credence from Swiss ambassador to Russia Yves Rossier (L) during a credentials presenting ceremony at the Alexander Hall of the Grand Kremlin  ...
L'ambassadeur suisse en Russie, Yves Rossier, et Vladimir Poutine au palais du Grand Kremlin à Moscou, le 16 mars 2017. Image: EPA POOL

L'ex-ambassadeur de Suisse à Moscou dit en quoi le Bürgenstock est un succès

La Suisse est un élève modèle en ce qui concerne les conférences internationales, affirme Yves Rossier, ambassadeur de Suisse à Moscou de 2017 à 2020. Mais il fait de sombres pronostics pour les années à venir. Interview.
19.06.2024, 06:0419.06.2024, 08:24
Othmar von Matt / ch media
Plus de «Suisse»

Le sommet sur la paix en Ukraine organisée au Bürgenstock (NW) a-t-elle été un succès pour la Suisse?
Yves Rossier:
En ce qui concerne l'organisation, ce fut un succès absolu. Rappelons qu'organiser une conférence à court terme avec des invités de si haut rang et des exigences de sécurité aussi élevées est un casse-tête.

«Nous, les Suisses, sommes les meilleurs dans ce domaine»

Comment jugez-vous le contenu de la conférence?
La conférence était intelligemment organisée, comme le montre également le communiqué conjoint. Il y avait trois points principaux: la sécurité alimentaire, la sécurité nucléaire et le droit international humanitaire concernant les prisonniers de guerre et les enfants. Cette approche est appelée en anglais «strategic disengagement». Cela signifie que toute l'énergie était délibérément concentrée sur trois sujets auxquels les deux parties belligérantes pouvaient participer sans remettre en question leurs objectifs stratégiques de guerre.

Trois thèmes qui concernaient d'ailleurs directement de nombreux pays.
Cela concerne même tous les Etats. En fait, la plupart des Etats du Sud voient cette guerre comme un conflit local qui ne les concerne pas.

«Cependant, la sécurité alimentaire est cruciale pour tous»

Par exemple, l'Egypte ne peut pas nourrir sa population à des prix normaux sur le marché mondial. En revanche, l'Inde et la Chine profitent actuellement de pétrole bon marché et de gaz à un prix amical grâce à la Russie. La sécurité nucléaire concerne également l'ensemble du monde.

La Suisse a-t-elle choisi ces trois sujets?
Je suppose. Bien que la Suisse ait organisé la conférence avec l'Ukraine, elle était tout de même le pays hôte qui a envoyé les invitations.

Qu'est-ce que la conférence a apporté à l'Ukraine?
Pour l'Ukraine, cette conférence était cruciale. Le pays traverse une période difficile, et tout soutien est précieux.

«La conférence devrait jouer un rôle important dans la résilience de la société ukrainienne. Il ne faut pas oublier cela»

Comment ça?
La Russie mobilise des mercenaires par contrat, tandis que l'Ukraine compte sur des citoyens qui deviennent soldats.

«Cela renforce la résilience en Russie, car ce sont des volontaires qui vont au combat et périssent»
Yves Rossier, ancien ambassadeur de Suisse à Moscou

C'est pourquoi jusqu'à présent, il n'y a pas eu de mouvement de mères dans les rues comme lors de la guerre en Afghanistan, lorsque les soldats russes revenaient dans des cercueils. L'historien Hérodote a écrit à propos de la guerre gréco-persane que les soldats perses combattaient pour de l'argent, tandis que les soldats grecs défendaient leur patrie. Les soldats ukrainiens font également cela. Cependant, la résilience pose un problème plus grand pour l'Ukraine que pour la Russie, en raison des attaques constantes sur l'approvisionnement en énergie et des soldats tués.

La Russie a tenté de perturber la conférence du Bürgenstock et a voulu empêcher les pays du Brics d'y participer. Pourquoi?
Il est évident que la Russie ne s'est pas réjouie de la conférence du Bürgenstock. Mais je ne pense pas que les pays du Brics se laisseront dicter quoi que ce soit, ni par les Etats-Unis ni par la Russie. Ils sont trop grands pour cela. Ils peuvent évaluer leurs propres intérêts nationaux et agir en conséquence. Et il ne faut pas oublier une chose:

«Depuis 1945, il y a eu de nombreuses guerres dans le Sud mondial. Celles-ci n'ont absolument pas empêché les Européens de dormir. Ils ont même pris part à nombre de ces conflits. Il est compréhensible que ces pays disent maintenant: la solidarité, c'est bien et c'est juste. Mais où étiez-vous lors des guerres au Myanmar, en Syrie, au Soudan et au Congo?»

Quelle sera la suite des événements après la conférence du Bürgenstock?
Pour que la conférence ne reste pas un événement unique, les trois sujets abordés devraient être poursuivis dans des groupes de travail. Si les deux belligérants veulent mener des pourparlers de paix, ils peuvent le faire à tout moment, comme cela a déjà été le cas en 2022. Je n'ai toutefois pas l'impression qu'ils sont prêts à le faire.

«Les deux parties exigent aujourd'hui de facto la capitulation de l'autre pour pouvoir entamer des discussions»

Avec le plan en dix points de Volodymyr Zelensky, qui se base bien sûr sur le droit international, l'Ukraine veut un retrait, des compensations et des réparations.

Et Poutine a exigé, avant la conférence, que l'Ukraine renonce à Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporijjia et à la Crimée comme condition préalable aux discussions. Et que l'Ukraine ne rejoigne pas l'Otan.
Exactement. On peut entamer des négociations avec des objectifs très élevés. Mais cela n'a guère de sens de faire de ses objectifs une condition pour entamer des discussions. Il n'y a alors rien à négocier.

«C'est pourquoi j'en arrive à la conclusion que les deux parties ne sont pas prêtes à entamer des négociations de paix»

Voyez-vous une issue?
Je me méfie des pronostics. En 2022, j'étais convaincu que la Russie n'attaquerait pas l'Ukraine. Et je me suis trompé.​

Vous avez été ambassadeur à Moscou et connaissez personnellement Vladimir Poutine. Comment pense-t-il?
Je ne sais pas. La Russie est un pays complexe avec de nombreux intérêts différents et plus de 140 millions d'habitants. Une certaine passivité est perceptible. Pourtant, on ne voit pas d'alternative à la guerre.​

Est-ce que Vladimir Poutine peut mettre fin à la guerre sans se nuire?
Il y a plusieurs lectures de cette guerre: une lecture géopolitique, une lecture impérialiste et une lecture liée à la situation en Russie. Toutes ont quelque chose en commun. Mais ce que je vois, c'est que la Russie se militarise énormément – dans la production, dans l'industrie, dans la société.

«Cela m'inquiète. Si une société prend ce chemin, il est difficile de revenir en arrière»

Que peut faire la Suisse après le Bürgenstock?
Elle peut assurer le suivi de la conférence du Bürgenstock. Et peut-être aborder la planification d'un prochain sommet.​

Traduit et adapté par Noëline Flippe

L'Ukraine reçoit des chars Abrams et la Russie en détruit un
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
La Suisse a une nouvelle manière d'avertir la population des dangers
La Confédération a présenté jeudi sa nouvelle stratégie «multicanaux» pour mieux informer la population en cas de danger, notamment lors des intempéries.

Outre les alertes traditionnelles par sirène et par radio ainsi que les services d'Alertswiss, elle prévoit l'introduction de la diffusion cellulaire («cell broadcast»). Cette technologie permet de faire parvenir des messages courts (SMS de 500 signes) à l'ensemble des téléphones mobiles présents dans une zone déterminée, a expliqué à Berne l'Office fédéral de la protection de la population (OFPP). En quelques secondes, tous les appareils concernés recevront l'information, que l'application Alertswiss soit installée ou pas.

L’article