Suisse
Commentaire

Bürgenstock : la Suisse sait organiser un sommet, pas la paix

La Suisse sait organiser un sommet, mais pas la paix.
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky avec la présidente de la Confédération Viola Amherd, au Bürgenstock: la conférence a été un succès sur le plan de l'organisation, mais moins sur celui du contenu.Image: imago/watson
Commentaire

La Suisse sait organiser un sommet, mais pas la paix

La conférence sur la paix l'Ukraine au Bürgenstock se termine sur une note décevante. Des Etats importants n'ont pas voulu signer la déclaration finale. Autre point noir: la conférence était une première étape et aucun épisode deux n'est en vue.
17.06.2024, 11:5817.06.2024, 15:24
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Peter Blunschi
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Le superlatif restera. Jamais la Suisse n’avait organisé une conférence aussi exhaustive et de si haut niveau. Sur le plan organisationnel, elle a brillamment réussi son examen. Le Bürgenstock, relativement isolé, s’est avéré être un lieu idéal, la logistique complexe nécessaire au fonctionnement d'un tel événement tourné sans accroc et la sécurité a été garantie à tout moment. Voilà pour le positif.

Mais la «Conférence sur la paix en Ukraine» apportera-t-elle autre chose que la tradionnelle (et impressionnante) photo de famille? On peut en douter. Il manque la signature de plusieurs Etats de premier plan à la déclaration finale, et on ne sait ni quand ni où une nouvelle conférence est prévue. La paix en l’Ukraine n'est pas encore pour demain.

Participants pose for the group photo at the Summit on Peace in Ukraine, in Obb�rgen, Switzerland, Saturday June 15, 2024. Switzerland is hosting scores of world leaders this weekend to try to map out ...
Une photo de groupe impressionnante ne dit rien du fond d’une conférence.Image: keystone

Cela tient à la difficulté de l’exercice. En janvier, lors de sa visite à Berne, Volodymyr Zelensky avait espéré que la Suisse rassemblerait une alliance diplomatique contre la Russie. Il avait bien compris qu’il devait sortir de l’«impasse occidentale» et recruter des soutiens dans les pays dits «du Sud».

L'absence de la Russie

Depuis le début, Zelensky n’a jamais voulu de la présence russe. Face aux réactions parfois étonnées à la déclaration du ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis, qui a rappelé cette info lundi dernier, on se demande: où étaient ces gens le 15 janvier? N’avaient-ils pas écouté Zelensky? Que ce soit une erreur tactique de ne pas inviter la Russie est une autre question.

Le fait est que la présidente de la Confédération, Viola Amherd, s’était sentie obligée envers l’Ukraine. Elle avait ressenti le mécontentement face à la position ambigüe de la Suisse vis-à-vis du pays attaqué et s’était engagée dans l'aventure de ce sommet. Elle a réalisé rapidement que la Suisse avait peut-être surestimé son poids sur la scène internationale.

Le rejet de la Chine est révélateur

Le terme de «sommet de paix de haut niveau» a rapidement disparu. Même sur le fond, il y a eu des concessions. Du plan de paix en 10 points de Zelensky, seuls trois aspects ont survécus:

  • Les exportations de céréales via la mer Noire doivent être garanties.
  • La sécurité des installations nucléaires doit être assurée.
  • Les questions humanitaires telles que l'échange de prisonniers de guerre et d'enfants.

Il est vite apparu que des poids lourds mondiaux, souvent alliés à la Russie au sein des BRICS, ne seraient pas présents ou seulement représentés par des délégations secondaires. Le refus de la Chine est particulièrement révélateur: Pékin ne peut plus prétendre être neutre dans ce conflit.

Un événement unilatéral

A ce jeu, le Brésil et l’Afrique du Sud ont été plus habiles et ont envoyé des observateurs, et l’Inde un secrétaire d’Etat. Pourtant, Lula da Silva, président du Brésil et Narendra Modi, premier ministre indien, étaient au sommet du G7 dans les Pouilles – la veille de la conférence de Bürgenstock. Les deux hommes n’ont pas jugé bon de venir en Suisse, jugeant l’événement trop unilatéral.

Ils ont donc refusé, avec d’autres pays importants du Sud comme l’Indonésie, le Mexique et l’Arabie saoudite, de signer la déclaration finale. Ils se sont probablement opposés à ce que, outre les trois points mentionnés, le droit international, la Charte de l’ONU et la souveraineté territoriale de l’Ukraine y soient mentionnés.

Le minimum pour l'Ukraine

Sans ces points, Zelensky n’aurait pas, de son côté, accepté la déclaration. C'était pour lui le minimum, après avoir déjà dû faire de nombreux compromis. Il est probable que ce soit aussi à cause de l’Ukraine qu’aucune date ni lieu pour une nouvelle conférence n’a été fixée. L'Arabie saoudite est considérée comme la favorite et, dans ce contexte, la Russie y participerait certainement également.

Volodymyr Zelensky s'est montré ouvert à cette idée à l'occasion de la conférence de presse finale avec Viola Amherd. Mais il a aussitôt relativisé ses propos en posant comme condition le retrait de la Russie des territoires ukrainiens occupés. L’exact contraire de ce que Vladimir Poutine a annoncé la semaine dernière: il veut conquérir encore plus de terrain.

La Suisse

Les exigences maximales font partie de ces processus, surtout en temps de guerre. En réalité, le chemin vers la paix est long et semé d’embûches. Les divergences sont trop grandes, et les réserves des pays qui pèsent sur la scène internationale aussi. Les Canadiens envisagent d’organiser une conférence avec les ministres des Affaires étrangères.

Cette approche est sans doute plus raisonnable que les attentes excessives que Zelensky avait envers la Suisse. En outre, la nervosité en Russie, y compris le dénigrement de Viola Amherd à la télévision et les cyberattaques contre l'administration fédérale, montre que Poutine pourrait être «attrapé» diplomatiquement. Après tout, c’est lui l’agresseur dans ce conflit.

La Suisse n'a pas eu tort d'organiser la conférence du Bürgenstock. Mais elle a été perçue comme unilatérale et pro-ukrainienne. On peut douter du fait que cette conférence entre dans l'histoire, comme l'a affirmé Zelensky. Mais peut-être amènera-t-elle la Suisse à réfléchir enfin à sa place dans le nouveau désordre mondial.

La Mecque se dote de taxis volants
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment j'ai piégé un pseudo conseiller en assurances
Lors d'un énième appel d'un call center, je n'ai exceptionnellement pas répondu «ALLEZ CREVER», mais accepté de rencontrer un conseiller en assurances. La promesse? Payer moins cher et «être couverte si j'attrape le diabète», notamment. Je vous raconte ce rendez-vous aussi lunaire que mensonger.

Normalement, je réponds aux appels des call centers en leur chantant un chapelet d'injures. Oui je sais, c'est méchant, blablabla, je m'en fous. Mais cette fois-ci, j'ai décidé de jouer le jeu.

L’article