DE | FR
Travailler au lit est dangereux, préviennent des experts.
Travailler au lit est dangereux, préviennent des experts.Image: Shutterstock/Unsplash

Télétravailler dans son lit, pas une bonne idée

Certains pourraient être tentés de le faire, beaucoup le font sans doute déjà. Pourtant, télétravailler dans son lit peut provoquer des dégâts physiques et psychologiques, même permanents.
18.02.2021, 20:3926.02.2021, 10:54

Plus de sept américains sur dix ont travaillé dans leur lit pendant la pandémie, estime une étude citée par la BBC. 10% des personnes interrogées ont même déclaré y avoir passé «la plus grande partie ou la totalité de leur semaine de travail».

Il s'agirait donc d'une pratique assez populaire en ces temps de confinement. Le hashtag #workfrombed a même été créé sur Instagram.

Bien qu'il n'y ait pas des chiffres concernant la Suisse, on se doute que la situation soit très différente sous nos latitudes. Pourtant, travailler au lit est dangereux, préviennent des experts. Cette mauvaise habitude peut provoquer des dégâts physiques et psychologiques durables.

Arthrite et douleurs cervicales

L'article de la BBC cite une large palette de conséquences sur la santé, et la liste est longue: mal de tête, mal de dos, arthrite et douleurs cervicales. De plus, ces dégâts peuvent être permanents.

Le travail au lit peu aussi avoir des conséquences sur le plan psychologique, car il peut affecter la productivité et les habitudes de sommeil.

Le Figaro Santé recommande d'éviter de travailler au lit, «encore plus s’il s’agit de faire partager votre lit à votre ordinateur». Pour les spécialistes, la solution est claire: le lit ne devrait être associé qu'à des activités relaxantes. (asi)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A l'Uni de Genève, le syndicat étudiant défie le rectorat
Suite au coup de force d'activistes le 17 mai dernier et à la décision du rectorat d'entamer des poursuites pénales, l'association faîtière des étudiants de l'Université de Genève contre-attaque.

L’épreuve de force est montée d’un cran. Lundi 23 mai, la CUAE, l’association faîtière des étudiants de l’Université de Genève (UNIGE) a déployé une banderole géante dans le hall d’Uni Mail: «ÉTUDIANT-E-X-S RÉPRIMÉ-E-X-S: LE MALAISE», est-il écrit en lettres majuscules. Cette action est une réponse à la décision du rectorat de déposer une plainte pénale contre les personnes qui, le 17 de ce mois, dans les locaux de l’UNIGE, ont interrompu avec violence une conférence du professeur français Eric Marty, auteur du livre «Le sexe des modernes», jugé transphobe par les perturbateurs, des transactivistes.

L’article