Suisse
Santé

En Suisse, les Romands ont plus de chances d'avoir le cancer

En Suisse, les Romands ont plus de chances d'avoir le cancer
Plus de 8% des Romandes et des Tessinoises ont déclaré un cancer du sein entre 2015 et 2019, contre 7% des Alémaniques.Image: Shutterstock

Pourquoi les Romands ont plus de cancers que les Alémaniques

Les chiffres sur le cancer le confirment: les Romands et les Tessinois ont un risque accru de développer une maladie. Et il existe des pistes d'explications à cela.
06.02.2023, 06:0706.02.2023, 07:01
Plus de «Suisse»

Même le cancer est marqué par le Roestigraben. C'est en tout cas ce que révèlent les chiffres mis en avant par le journal 24heures vendredi 3 février.

Selon la définition de l'OFS, le terme général de «cancer» s’applique à un grand groupe de maladies qui peuvent toucher n’importe quelle partie du corps. L’un des traits caractéristiques du cancer est la prolifération de cellules anormales qui envahissent les tissus ou les organes au-delà de leur délimitation habituelle ou s’implantent dans un autre organe, parfois éloigné (dissémination métastatique).

Selon les chiffres fournis par l'Office fédéral de la statistique, en Suisse romande et au Tessin, 26% des hommes risquent d’avoir un cancer avant 70 ans, contre 24% en Suisse alémanique. Et cela concerne presque tous les types de cancers. «Pour le foie, les risques passent du simple au double dans les deux parties du pays», mentionne encore le 24 heures.

Les hommes latins ont plus de chance de souffrir d'un cancer du poumon, et les femmes romandes ont un risque accru de développer un cancer du sein.

«Plus de 8% des Romandes et des Tessinoises ont déclaré un cancer du sein entre 2015 et 2019, contre 7% des Alémaniques»
24 heures

Et pas seulement! Les cancers du côlon, du pancréas, du larynx, du pharynx, de l’œsophage, du rein ou de la thyroïde sont plus prégnants chez les femmes latines.

Un exemple avec le cancer de l'oesophage

Image
source: OFS, rapport 2021

A l'occasion de la journée internationale contre le cancer, qui se tient le 4 janvier, il est important de rappeler quelques chiffres. Selon l'Office fédéral de la statistique, plus de 40 000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués en moyenne chaque année en Suisse. Le cancer est la deuxième cause de décès la plus fréquente.

Alcool, tabac et prévention

L'une des causes reviendrait au mode de vie. Les Romands et les Tessinois sont, en effet, plus adeptes du verre d'alcool et de cigarettes que leurs collègues d'outre-Sarine. La sédentarité et l'exposition au soleil pèsent également dans la balance pour certains types de cancers.

Comme l'explique Jean-Luc Bulliard, chef du secteur épidémiologie à Unisanté et relayé par la Tribune de Genève, «les Romands et les Tessinois ont bu et fumé plus que les Alémaniques, ce qui a causé plus de cancers». Cela est conforté par l'OFS dans son rapport 2021, lequel s'appuie sur des données couvrant 52% de la population suisse pour la période 1988–1992 et 88% pour la période 2013–2017:

«D’une manière générale, les cas de cancer sont plus fréquents en Suisse romande et au Tessin qu’en Suisse alémanique. Ces différences sont particulièrement marquées pour les tumeurs associées à la consommation d’alcool et de tabac. »
OFS, rapport 2021

Seule exception, le cancer de la plèvre, bien plus fréquent chez nos voisins suisse-alémaniques en raison d'un plus grand recours à l'amiante dans l'industrie jusqu'à son interdiction, dans les années 1990.

Cependant, comme le déplore l’Office fédéral de la santé publique, le budget helvétique consacré à la prévention reste faible en comparaison internationale. La Suisse a, en effet, opté pour une approche concentrée sur les soins, plutôt que sur des mesures préventives individuelles.

Quelques facteurs de risque

Voici quelques facteurs de risque liés à différents types de cancers, cités au sein du rapport 2021 de l'OFS:

  • Le tabagisme est susceptible de provoquer des cancers de la gorge et de la vessie, car les produits toxiques qu’elle contient sont au contact direct des muqueuses. Le fait de fumer est la première cause de cancer du poumon dans le monde; il est responsable de 90% des cas de cancer du poumon chez les hommes et de 80% des cas chez les femmes.
  • En ce qui concerne le cancer colorectal, une consommation fréquente de viande rouge et de viande transformée, le surpoids et l’obésité, le manque d’activité physique et une taille corporelle supérieure à la moyenne sont associés à un risque accru.
  • Le tabagisme et la consommation d’alcool sont les principaux facteurs de risque de cancer du larynx. Une plus grande consommation d’alcool et de tabac dans la population masculine pourrait expliquer l’incidence plus élevée chez les hommes.
  • En ce qui concerne le cancer du col de l’utérus, l’infection par certains virus du papillome humain, transmis par voie sexuelle, est un facteur de risque important. Le tabagisme, la prise de contraceptifs oraux et les infections des organes sexuels par des agents pathogènes sexuellement transmissibles (comme la chlamydia) sont d’autres facteurs de risque.

(jod)

Le roi du football Pelé est décédé
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
71% des Suisse disent «oui» à la caisse unique, mais à une condition
Une large majorité des Suisses soutiendraient une caisse unique pour l'assurance de base, mais pas à tout prix, selon un sondage de Comparis, à quelques semaines de la votation sur les primes maladie.

Jusqu'à présent, en Suisse, toutes les votations concernant l'introduction d'une caisse unique ont été rejetées. Cependant, face à la montée en flèche des primes d'assurance maladie et à l'inflation grandissante, la situation a évolué. Aujourd'hui, 71% des adultes en Suisse se disent favorables à une caisse unique, selon une enquête représentative de Comparis. Et ils le vivraient plutôt bien.

L’article