Suisse
Santé

Pénurie de vaccins: voici l'impact sur les Suisses

Pénurie de vaccins et de médicaments: voici l'impact sur les Suisses

Variole du singe: Berne réfléchit à l'achat centralisé de vaccins
Keystone
La Suisse fait face à des pénuries de vaccins (Priorix, Boostrix) et de médicaments essentiels (Temesta, Fentanyl, antibiotiques), selon l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays.
23.11.2023, 15:3023.11.2023, 15:31
Plus de «Suisse»

Les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole ou la poliomyélite font défaut en Suisse. Et selon l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays (OFAE), plusieurs autres pénuries de médicaments n'ont pas encore pu être surmontées.

Le vaccin Priorix contre la rougeole, les oreillons et la rubéole est actuellement en rupture de stock, a indiqué jeudi l'OFAE à Keystone-ATS. Des clarifications sont en cours afin de pouvoir prendre des mesures. D'éventuels fournisseurs alternatifs sont également sondés.

Comme le triple vaccin Boostrix contre la diphtérie, la coqueluche et la poliomyélite n'est actuellement disponible que de manière limitée, les réserves obligatoires ont dû être entamées. Cependant, la quantité disponible ne suffit pas à approvisionner entièrement le marché. Certaines vaccinations doivent être reportées.

Puiser dans les réserves

Le médicament Temesta contre l'anxiété ou les troubles du sommeil n'est lui aussi disponible que de manière limitée, ajoute l'OFAE. L'approvisionnement en patch antidouleur Fentanyl, un opioïde, s'effectue actuellement également en partie en puisant dans les réserves obligatoires. Et la pénurie d'antibiotiques n'est toujours pas résolue, même après bientôt un an.

Début février déjà, la Confédération estimait que la situation était «problématique». Contrairement aux années précédentes, où les pénuries affectaient surtout les hôpitaux, les médicaments manquaient alos par exemple dans les pharmacies et les cabinets médicaux ou pour les traitements à domicile, avait indiqué le Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Selon le Conseil fédéral, la situation de l'approvisionnement en médicaments s'est détériorée depuis plusieurs années. Mais la pénurie mondiale d'antibiotiques, par exemple, a encore été aggravée par la pandémie du Covid-19 et le confinement en Chine, précisait le gouvernement le 1er février dernier.

Une conséquence de la mondialisation

Une task force Pénurie de médicaments a alors été mise en place sous la direction du délégué à l'approvisionnement économique du pays, Kurt Rohrbach. Sa tâche était de trouver des mesures permettant d'atténuer rapidement les pénuries. Cette task force a toutefois été dissoute dès avril et les questions touchant à la situation en matière d’approvisionnement ont été transférées aux structures en place.

Les experts considèrent que les pénuries de médicaments sont une conséquence de la mondialisation. Ainsi, pour des raisons de coûts, la plupart des fabricants de médicaments ne produisent plus en Europe, mais presque uniquement en Asie, surtout en Chine et en Inde. Il arrive souvent qu'un principe actif ne soit plus produit que sur un ou deux sites dans le monde. (chl/ats)

Le 4ème mondial de fondue à Tartegnin
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Monsieur Prix va surveiller de près la nouvelle UBS
Le Surveillant des prix Stefan Meierhans se prépare: dès que l'évaluation de la Commission de la concurrence concernant la fusion UBS-Credit Suisse sera disponible, il compte surveiller de près les affaires de la nouvelle banque.

Le sauvetage de Credit Suisse devait aller vite. Si vite que la Finma, l'autorité de surveillance des marchés financiers, a approuvé la fusion entre les deux grandes banques UBS et Credit Suisse en mars 2023 – et a freiné la Commission de la concurrence (Comco). Celle-ci examine normalement chaque fusion de manière approfondie. Si elle constate une «position dominante» qui nuit à la concurrence, les autorités peuvent interdire la fusion ou imposer des conditions.

L’article