DE | FR

En Valais, de ces six hommes, il n'en restera que cinq

Six candidats pour cinq sièges: les visages du deuxième tour des élections au Conseil d'Etat sont connus. Christophe Darbellay, Franz Ruppen, Roberto Schmidt, Frédéric Favre, Serge Gaudin et Mathias Reynard. 2021.

Le scrutin du deuxième tour aura lieu le 28 mars prochain. Image: Keystone/watson

Il y aura six candidats au deuxième tour des élections au Conseil d'Etat valaisan. Les deux Vertes - et seules femmes - se retirent de la course. Darbellay est déjà élu, constitution oblige.



Six hommes dans l'arène pour cinq places au pouvoir. Les «joueurs» du deuxième tour des élections au Conseil d'Etat valaisan du 28 mars seront:

Eviter un éxecutif 100% masculin, c'est loupé

Les Verts ont retiré leurs deux candidates - et seules femmes en course - Brigitte Wolf et Magali Di Marco. Lundi soir, le président de la section cantonale du parti, Jean-Pascal Fournier, a indiqué à Keystone-ATS:

«La discussion a été difficile mais il nous semblait compliqué de justifier une présence verte au deuxième tour.»

Jean-Pascal Fournier, président des Verts valaisans

Difficile, car en lançant deux candidates, les Verts voulaient aussi éviter un exécutif 100% masculin. Mais la «sauce n'a pas pris lors du premier tour, elle aurait sans doute encore moins pris lors du deuxième.»

Par ailleurs, les socialistes ont émis le souhait que Mathias Reynard soit seul sur la liste, ajoute Jean-Pascal Fournier.

Piqûre de rappel: les résultats du premier tour, ce 7 mars 2021

Conseil Etat, premier tour 2021, Valais

Image: Canal 9

Et tout à coup, Darbellay est déjà élu

Avec le retrait de Magali Di Marco, le PDC Christophe Darbellay est de facto élu. Pourquoi donc? Car il est le seul candidat domicilié dans la région constitutionnelle Bas-Valais. Et puisque la constitution cantonale impose la présence au gouvernement d'au moins un représentant par région constitutionnelle, c'est déjà gagné pour Darbellay.

De son côté, le Conseil du PDC a voté à l'unanimité la reconduction de sa liste au deuxième tour avec Schmidt, Gaudin et Darbellay, a indiqué le parti sur les réseaux.

«Rien n'est encore joué»

A l'issue du scrutin ce 7 mars, les candidats se sont dits «confiants» mais sur leurs gardes. «Rien n'est encore joué», ont-ils avoué.

Le 28 mars, les regards seront notamment tournés vers le Haut-Valais, connu pour savoir se mobiliser lorsqu'il s'agit de défendre sa représentation au gouvernement. (ATS/AS)

Nos articles sur le dimanche politique

Les résultats des votations et des élections en un coup d’oeil

Link zum Artikel

Scrutins fédéraux définitifs ++ poussée des Verts sur Vaud et Fribourg

Link zum Artikel

Refus de l’e-ID: la Suisse a un problème avec le numérique

Link zum Artikel

Les 5 raisons de l'excellent score de Pierre Maudet

Link zum Artikel

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Pierre Maudet face au dimanche de sa vie

Condamné le 22 février (il entend faire appel), Pierre Maudet, 43 ans, la politique aux tripes, part ce 7 mars à la reconquête de son siège au Conseil d'Etat genevois. Des proches et une psy se penchent sur son cas et imaginent la suite. Des fois que...

Pierre Maudet s’approche de ce moment de vérité qui lui aura si souvent souri: le suffrage universel. Mais, qui cette fois-ci, l’enverra peut-être au purgatoire. Son seul échec, en politique, fut sa non-élection au Conseil fédéral, en 2017, devant les Chambres, mais en l’absence du peuple. Maudet, l'ami du peuple. Notre radical genevois, démissionnaire du Conseil d’Etat en octobre dernier, entend jouer l’onction populaire contre la décision judiciaire. Condamné le 22 février …

Lire l’article
Link zum Artikel