larges éclaircies
DE | FR
Suisse
Valais

«Le prochain séisme en Valais peut avoir lieu à tout moment»

«Le prochain séisme en Valais peut avoir lieu à tout moment»
Anne Sauron est sismologue — et Valaisanne.keystone / dr (montage watson)

«Le prochain séisme important en Valais peut avoir lieu à tout moment»

Le terrible tremblement de terre qui a fait des milliers de victimes en Turquie et en Syrie réveille des craintes dans d'autres pays, y compris en Suisse. Si le risque de tremblement de terre est «modéré» parmi nos contrées, les régions de Bâle et particulièrement du Valais sont sensibles. Une sismologue valaisanne nous éclaire.
09.02.2023, 06:1716.02.2023, 13:31
Plus de «Suisse»

Plus de 10 000 morts en deux jours, et le compteur qui continue de monter: le tremblement de terre qui a touché la Turquie et la Syrie a marqué le monde. Des vidéos terribles montrent des bâtiments entiers s'y effondrant dans un nuage de poussière.

Et le danger sismique en Suisse, alors? Les régions de Bâle, mais aussi du Valais, sont historiquement connues comme étant à risque. Selon le Service sismologique suisse, sur les dix tremblements de terre les plus puissants ayant frappé la Suisse, cinq ont eu lieu en Valais.

Anne Sauron est sismologue et professeure à la Haute école spécialisée (HES-SO) Valais. Elle répond à nos questions pour tenter d'y voir plus clair.

Quel est le risque sismique en Suisse actuellement?
Il est assez modéré. Il est plus fort dans certains endroits, particulièrement en Valais. La région de Bâle est aussi concernée, mais selon le Service sismologique suisse, l'aléa sismique, soit la durée moyenne théorique entre deux tremblements de terre, est beaucoup plus court en Valais. Tous les 70 à 100 ans, un tremblement de terre important a lieu dans le canton, et le dernier a eu lieu en 1946, il y a 77 ans.

«Le prochain séisme peut avoir lieu à tout moment»

Quelle serait la puissance de ce tremblement de terre?
Au maximum, entre 6 et 6,5 sur l'échelle de Richter. C'est beaucoup moins qu'en Turquie et en Syrie (7,8), mais il s'agit tout de même d'un tremblement de terre destructif. En théorie, on pourrait comparer un tel séisme avec celui qui a touché la commune d'Amatrice, en Italie, en 2016, et qui a tout de même fait près de 300 morts.

En Turquie, plusieurs failles sismiques importantes expliquent la présence de séismes à répétitions. Qu'en est-il du Valais?
Dans les Alpes, les plaques tectoniques sont plus petites. De nombreuses failles traversent le canton mais sont beaucoup moins importantes que les failles présentes en Turquie.

«Comme la magnitude d’un séisme est relié à la taille des failles, un séisme en Valais serait bien moins fort»

Pour la plupart, ces failles ne sont pas visibles en surface et sont difficiles à surveiller. A titre de comparaison, la faille de San Andreas, en Californie, est à flanc de surface et on peut la surveiller en permanence.

Quel rôle jouent les infrastructures du canton?
Elles sont essentielles. Prenez la Turquie et le Japon, deux des endroits au monde qui présentent un aléa sismique particulièrement élevé. Le Japon, à la pointe de la technologie en ce qui concerne les normes de constructions parasismiques, construit des immeubles et infrastructures capables d'encaisser des séismes pour des magnitudes supérieures à 8. Ce n'est pas du tout le cas en Turquie et comme on l'a vu, une grande partie des constructions présentent une grande fragilité face aux mouvements du sol.

«La situation des constructions en Valais est quelque part entre ces deux cas»

Par rapport au reste du pays, le canton est bon élève: les nouveaux bâtiments doivent être aux normes parasismiques, très strictes, depuis 2004 et ceux qui sont rénovés doivent aussi s'y adapter. Le canton fait en sorte que le parc immobilier doive s'adapter. Mais une partie des bâtiments actuels ne soutiendraient pas une secousse de forte ampleur.

«Le temps de tout rénover, un autre tremblement de terre d'importance peut déjà avoir eu lieu entre-deux»

Comment le canton peut-il se préparer?
Tout d'abord, il faut faire évaluer les bâtiments et s'assurer que tous soient dans les normes parasismiques, et ceci au plus vite. Il est primordial de maintenir cet effort sur le long terme.

«En parallèle, il est fondamental de préparer et d’informer la population des risques encourus»

Dans cette vision, la HES-SO Valais a créé, avec l'aide de l'Etat, le Centre pédagogique de prévention des séismes (CPPS), ainsi qu'un simulateur de séismes. Tout écolier valaisan y passe au moins une fois durant sa scolarité.

«J'encourage tous les habitants du canton à venir l'essayer»

C'est la deuxième partie de trois modules de prévention, qui expliquent comment se préparer au séisme, comment réagir lorsque celui-ci a lieu et que faire en priorité lorsqu'il est terminé.

Depuis 1946, de nombreux barrages ont été construits en Valais. Y a-t-il le risque que l'un d'eux cède ou soit fissuré?
Je ne pense pas.

«Les infrastructures sont sous surveillance permanente et les barrages de tout le pays ont été consolidés et renforcés afin de pouvoir résister à des séismes»

Un scénario catastrophe existe toutefois: si le barrage est plein et qu'un bout de montagne se détache et tombe dans le réservoir, provoquant une vague géante plus bas. C'est ce qui est arrivé lors de la catastrophe du barrage de Vajont, en Italie, en 1963, qui a fait 1900 morts.

Un séisme fait plus de 500 morts en Turquie et en Syrie
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Les employés d'une usine romande de Migros sont en grève
Le géant orange a récemment annoncé une restructuration de ses usines à viande et prévoit la suppression de 84 postes sur son site vaudois.

Les employés de Micarna à Ecublens (VD) ont entamé une grève pour protester contre la fermeture du site, annoncée pour le printemps 2025. Le syndicat Unia exige que la direction s'assoie à la table des négociations.

L’article