DE | FR

Ras-le-bol des policitiens vaudois face aux mesures de précaution

Philippe Leuba est conseiller d'État vaudois du Département de l'économie et du sport.
Philippe Leuba est conseiller d'État vaudois du Département de l'économie et du sport. Keystone
Une large majorité des députés vaudois souhaitent un allégement des mesures de précaution. Malgré la résolution votée en ce sens, Philippe Leuba leur a rappelé que c'était Berne qui commandait.
16.02.2021, 17:1116.02.2021, 19:42

Le Grand Conseil vaudois souhaite une planification publique qui permettrait aux cafés-restaurants, aux commerces non essentiels et aux lieux culturels et sportifs d'anticiper leur réouverture, après la levée des restrictions fédérales. Acceptée mardi à une large majorité, une résolution en ce sens a été transmise au Conseil d'Etat.

Les différents indicateurs liés à la situation sanitaire (taux d'infection, taux de reproduction, taux d'hospitalisation notamment) permettent d'envisager l'allègement des contraintes fédérales. Notamment l'interdiction d'exploiter les cafés-restaurants, les commerces non essentiels et les lieux culturels, a relevé en substance le président de groupe UDC Philippe Jobin, auteur de la résolution.

La planification claire, transparente et publique demandée par ce texte, doit permettre de préserver au mieux les emplois, ainsi que de rétablir la liberté de chacun, a-t-il ajouté.

Différents scénarios

Le conseiller d'Etat Philippe Leuba en charge de l'économie a relevé l'inutilité de cette démarche. «Le gouvernement n'a pas attendu et n'attendra pas cette résolution pour travailler sur différents scénarios. Pour l'instant seul le Conseil fédéral a la main. Il dicte nos conditions de vie», a-t-il dit.

Il est vrai que son dispositif peut aisément susciter la critique. La pression des normes étatiques est très forte, comme jamais depuis la dernière Guerre mondiale. Mais ces décisions ne sont pas prises à la légère, a souligné le ministre.

Des députés, en majorité de droite, ont cependant soutenu cette résolution, arguant que les membres de la société civile attendent aussi d'être entendus par le biais du Parlement. La semaine dernière, ils avaient déjà soutenu une résolution du PLR demandant «un retour à une normalité encadrée».

Manger chaud à midi

Dans la foulée, le plénum a accepté une autre résolution de l'UDC Yvan Pahud. Afin d'autoriser la transformation temporaire des bistrots, cafés et restaurants en «cantines» pour que les travailleurs mangent chaud à midi, le texte demande au Conseil d'Etat d'intervenir à Berne afin de modifier l'ordonnance Covid. (ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Le lobby de l'argent freine la lutte contre la mafia en Suisse»
La lutte contre le crime organisé a toujours été difficile en Suisse, déplorent deux spécialistes. Si peu de progrès ont été faits depuis 50 ans, les choses pourraient commencer à bouger.

La journaliste d’investigation Madeleine Rossi était en train de boire un café dans la vieille ville de Lucerne. Un rédacteur en chef d'un média romand s'est alors manifesté. Il lui a demandé son avis sur l’affaire Nespresso, où 500 kilos de cocaïne ont été découverts dans une usine à Romont. En quête d’explications, il était logique que les médias se tournent vers une des grandes spécialistes de la mafia italienne en Suisse.

L’article