ciel couvert
DE | FR
Suisse
Vaud

La ZAD du Mormont cherche de l'argent pour payer les frais de justice

La ZAD du Mormont cherche de l'argent pour payer les frais de justice

La police en action, pendant l'évacuation de la ZAD le 30 mars.
La police en action, pendant l'évacuation de la ZAD le 30 mars.Image: sda
L'occupation (et l'évacuation) de la colline du Mormont ont eu un prix pour les militants: entre amendes et frais de justice, ils doivent payer pas moins de 150 000 francs. Du coup, ils demandent de l'aide sur Facebook.
27.10.2021, 16:5827.10.2021, 17:21

«Plus on proteste et plus ça nous coûte», se désolent les Zadistes de la colline du Mormont. Et pour cause: 150 000 CHF d’amendes et de frais de justice pèsent sur leurs épaules, écrivent-ils sur leur page Facebook.

Face à ces «coûts totalement disproportionnés» qui «menacent de les étouffer», les militants ont demandé de l'aide. Chaque personne peut contribuer, selon ses disponibilités. «Et pas grave si ce n'est pas possible: nous restons touxtes ensemble dans ce combat contre l'écocide en cours», assurent-ils.

Evacuation et pétition

La «Zone à défendre» du Mormont, à Eclépens, est née en octobre 2020, lors de l'occupation de la colline qui porte le même nom par des militants climatiques. Ceux-ci dénoncent la destruction de la colline par le cimentier Holcim, qui souhaite agrandir sa carrière à proximité.

Le 30 mars, la ZAD a été évacuée par la police. Mais cette opération n'a pas marqué la fin du combat. Dans les mois qui ont suivi, les Zadistes ont multiplié les actions, en remettant entre autres une pétition au Grand conseil vaudois. (ats)

L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images

1 / 19
L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Neuchâteloise brûlée est sortie du coma et ses agresseurs sont en fuite
Alors que la quarantenaire ayant été aspergée d'un produit inflammable le 20 octobre à Neuchâtel est sortie du coma un peu plus d'un mois plus tard, l'un des auteurs présumés du crime réfute, quant à lui, toute implication.

La femme de 48 ans grièvement brûlée après avoir été aspergée d'un produit inflammable le 20 octobre à Areuse (NE) est sortie du coma dans lequel elle avait été plongée en hôpital. Selon les informations du ministère public relayées mercredi 30 novembre par Arc info, la police n’a toujours pas pu identifier le ou les auteurs du crime.

L’article