ciel couvert11°
DE | FR
Suisse
Vaud

La police vaudoise a joué l’hypercommunication à la ZAD du Mormont

Pourquoi la police vaudoise a tweeté comme jamais depuis la ZAD

ZAD police twitter intervention vaud mormont
Image: Keystone/shutterstock
La police vaudoise a diffusé des dizaines de vidéos durant l’évacuation de la ZAD du Mormont mardi. Du jamais vu. Décryptage.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
31.03.2021, 06:1101.04.2021, 16:15
Suivez-moi
Plus de «Suisse»

Des images de l’évacuation de la ZAD du Mormont (VD), il en a plu des cargaisons ce mardi. Sur les lives des nombreux médias, watson compris, qui avaient envoyé leurs journalistes sur place, sur les canaux des activistes… et sur les réseaux sociaux de la police cantonale vaudoise.

Ultra connectée, la police a tweeté et partagé des photos et vidéos pendant l’opération, comme jamais ou presque. Du moins, c’était notre impression. Et André Duvillard, calé en matière de police en tant qu’ancien commandant et délégué au Réseau national de sécurité (RNS) l’a validée:

«Je n’ai pas souvenir d’avoir vu, en Suisse, une telle gestion de la communication de la part d’une force de police»

Pour la transparence

Mais quelle mouche a piqué la police pour qu’elle documente l’événement à ce point? Jean-Christophe Sauterel, directeur de la communication de la police cantonale vaudoise, nous a répondu depuis la colline du Mormont:

«C’est une question de transparence. Les gens ont le droit de voir et de savoir ce qui se passe et comment la police intervient. Et nous avons aussi tout mis en œuvre pour que les médias puissent faire leur travail»

Pour la désescalade

Passer par les mêmes réseaux que les activistes pour toucher les citoyens directement: pour André Duvillard, la démarche est intelligente. «Cela permet aux gens de se faire une opinion à partir de plusieurs angles d’une même situation».

Et si la présence d’une police sur Twitter est habituelle en 2021, une grosse activité en ligne peut, selon le spécialiste, jouer en faveur d’une désescalade dans une opération à haut risque. Comme l’évacuation de la ZAD mardi.

Les images diffusées sur les réseaux de la police cantonale vaudoise ce mardi ont été prises par l’équipe de communication de l’institution. D’autres policiers, équipés de «bodycams», ont aussi pris des vidéos durant l’intervention. Ces mini-caméras, ou caméras-piétons, sont utilisées depuis 2019 dans le cadre d’une phase-test. Leurs images ne sont pas publiques, mais destinées aux magistrats, à des fins judiciaires.

policier ZAD caméra mormont vaud
Ici, un policier à la ZAD filme vraisemblablement des images à des fins judiciaires. Image: watson
Un policier de la police lausannoise porte une camera video sur son gilet par balle, lors d'une manifestation des militants d'Extinction Rebellion qui bloquent le pont Charles Bessieres, ce  ...
Une «bodycam», ici utilisée par la police lausannoise.Image: KEYSTONE

Pour la confiance

A l’heure des débats bouillants sur les violences policières dans le monde, on peut imaginer que la police vaudoise a joué la proximité et l’ultra-communication pour (re)gagner la confiance des citoyens. «Bien sûr qu’il y a une volonté de gagner l’opinion publique», admet de l’extérieur l’ancien commandant.

L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images

1 / 19
L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Carine*, la femme qui «obsédait» le preneur d'otages d'Yverdon
De récentes révélations du Pôle Enquête RTS permettent de mieux saisir les liens entre le requérant d'asile et la femme qu'il demandait à voir durant sa prise d'otage dans un train reliant Baulmes à Yverdon-les-Bains (VD).

Le 8 février dernier, le requérant d'asile kurde iranien Qader B. prenait en otage 13 personnes dans un train à Essert-sous-Champvent (VD). Une prise d'otage lors de laquelle il insiste pour parler à une femme «qui l'obsède depuis environ un an et demi», révèle le Pôle Enquête de la RTS.

L’article