DE | FR
Une image des deux personnes encore dans leur hamac, perché dans un arbre de la ZAD de la colline du Mormont. Cette photo anonyme date de la nuit de jeudi à vendredi.

Une image des deux zadistes, encore dans leur hamac, perchés dans un arbre. La photo, prise par une personne anonyme, date de la nuit de jeudi à vendredi. Image: ZAD de la colline

La situation des deux zadistes perchés dans leur arbre préoccupe

Deux personnes restent perchées dans un arbre de la «zone à défendre» de la colline du Mormont, depuis mardi matin. Les négociations avec la police se prolongent. L'état de santé des deux zadistes préoccupe beaucoup leurs soutiens.

Jacqueline Pirszel, Jason Huther


Officiellement, la police vaudoise a mis un terme, jeudi, à son opération visant l'évacuation de la «zone à défendre» (ZAD) de la colline du Mormont, occupée par des militants écologistes. Alors que 93 personnes ont été interpellées, deux zadistes, perchés dans un arbre, résistent depuis trois jours. Leur lutte? Dénoncer la dépendance de notre société envers le béton et protester contre l’extension de la carrière du cimentier Holcim.

Animiertes GIF GIF abspielen

Lors de l'évacuation du mardi 30 mars 2021, des zadistes trouvaient déjà refuge dans les arbres. Image: Watson

Ce vendredi, soit 72 heures après la gigantesque opération des forces de l'ordre, qui a mobilisé 600 policiers, les négociations se poursuivent. La police vaudoise invite les militants, qui sont perchés dans un arbre depuis mardi matin, à descendre. Selon une source anonyme, il s'agirait d'une femme et d'un homme, âgés entre 20 et 30 ans. La situation est délicate et la police, contactée par téléphone, «espère la résoudre au plus vite».

«Nous avons tout mis en oeuvre pour que tout se déroule bien, sans blessé, donc les négociations sont en cours.»

Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la Police cantonale vaudoise

Affolement sur les réseaux sociaux

L'ambiance n'est pas aussi sereine pour le reste de la «résistance». A défaut de manifester sur place – le site est interdit d'accès – les militants et sympathisants s'inquiètent de l'état de santé des deux derniers zadistes, encore présents sur les lieux. Ont-ils de quoi s'hydrater et se nourrir? Ne risquent-ils pas l'hypothermie? La stratégie de la négociation respecte-t-elle les droits humains fondamentaux? Voici quelques-unes des interrogations posées, par exemple, dans la communauté de soutien sur Telegram.

Anonyme 1/572

A la tombée de la nuit, la police en a profité pour leur prendre leurs affaires : sac de couchage, frontale, nourriture et eau, leurs cordes et matériel de grimpe. Depuis 22 heures, le soutien a essayé de leur faire parvenir des sacs de couchages et autres objets, pour que les activistes puissent survivre la nuit, mais les tentatives ont échoué, car la police a fermé l'accès à la colline depuis le cimetière. Il est également impossible de communiquer avec les personnes dans les arbres.

Anonyme 2/572

Il y a urgence. Deux zadistes sont en hypothermie et n'ont pas accès à des soins.

Anonyme 3/572

Bonjour, je suis docteur. J'ai discuté avec un responsable de la police cantonale, qui m'a assuré que la sécurité médicale des 2 Zadistes était assurée par leurs soins et qu'elles recevaient à boire et à manger. Ils ne peuvent pas se permettre que quelque chose de grave arrive aux Zadistes de par leur faute, mais évidemment ça n'exclut pas totalement la possibilité d'un accident imprévu.
...
De qui viennent et quelles sont exactement les informations qui indiquent qu'elles n'auraient reçu ni à boire ni à manger?

Les échanges fusent depuis ce vendredi matin, nous avons donc recontacté, par téléphone, le porte-parole de la Police cantonale vaudoise.

«Les deux zadistes ont tout leur matériel et à boire. Nous continuons de tout mettre en oeuvre pour que la situation se déroule bien et sans blessé. Les négociations sont en cours et un médecin est sur place»

Jean-Christophe Sauterel, porte-parole de la Police cantonale vaudoise

Quelques minutes après la fin de la discussion téléphonique, des précisions supplémentaires de la police nous parviennent par SMS:

Jean-Christophe Sauterel

Pour votre information, le médecin n'est plus sur place

13:38

watson

Merci pour l'information. Cela veut-il dire que les négociations sont terminées? Ou qu'elles continuent sans médecin? Ou avec un autre médecin?

13:39

Jean-Christophe Sauterel

Elles se poursuivent.

13:40

Watson

La présence ou non d'un médecin sur place interroge. Un médecin revient-il sur les lieux ou non?

13:51

Jean-Christophe Sauterel

Pas pour l'instant.

13:51

Nos échanges avec la police cantonale ont été très réguliers durant l'après-midi de ce vendredi. Aux alentours de 16 heures, Jean-Christophe Sauterel nous recontacte par téléphone et indique que les deux zadistes sont descendus un petit moment de l'arbre pour discuter avec une dizaine de militants, venus finalement sur place pour les soutenir. «Il ne faut pas craindre l'état de santé des deux zadistes, ils vont bien. Ils peuvent descendre de l'arbre quand ils le souhaitent et nous leur fournissons à boire. Ils ne sont ni en hypothermie, ni en danger de mort», assure le porte-parole.

Des militants étaient finalement sur place pour soutenir les deux zadistes

L'affaire reste à suivre. Dans son communiqué du jour, la Police cantonale vaudoise précise: «Depuis jeudi soir 1er avril 2021, les négociateurs et les gendarmes sont en contact avec les deux dernières personnes, qui se trouvent encore dans un arbre, refusant d’en descendre depuis le 30 mars dernier. Ils ont passé la nuit dans leur hamac. Lors de l’intervention la police a pu saisir leurs effets personnels, tout en s’assurant qu’ils étaient en sécurité. Les policiers n’ont à aucun moment touché ou coupé les cordes mises en place par ces personnes, ils leur ont par contre fourni de l’eau».

Il est probable que les deux zadistes restent une nuit de plus. Les négociations se poursuivent. Sur les réseau sociaux, les activistes appellent, désormais, à manifester samedi à Lausanne:

Opération officiellement terminée jeudi

«Tous les occupants ont été évacués à l’exception de deux personnes se trouvant encore dans un arbre»

Communiqué de police de jeudi soir

Le communiqué de police de jeudi faisait déjà référence aux deux activistes qui refusent de descendre de leur perchoir. «Aucun risque ne sera pris afin de préserver l’intégrité physique de ces personnes et des intervenants, c’est pourquoi aucune action n’est menée pour l’heure», explique la police. Pour rappel, l'équipe de watson était présente, mardi, pour suivre l'événement:

Combien de gens arrêtées jusqu'à maintenant?

Parmi ces gens:

Les 45 prévenus ont été condamnés à une peine privative de liberté ferme et/ou une peine pécuniaire ferme sans sursis, ainsi qu'à une amende et aux frais de justice, détaille la police. Ces ordonnances pénales immédiates peuvent faire l'objet d'oppositions auprès du Ministère public. La police a aussi découvert et saisi quelques engins pyrotechniques.

Quels ont été les principales infractions?

Pour savoir comment la journée a commencé:

Et maintenant?

Les opérations de démontage des infrastructures sont terminées et la remise en état du site se poursuit. La police a, en outre, engagé les aspirants actuellement en formation à l'Académie de police de Savatan pour procéder à une recherche dans les bois de la colline du Mormont pour sécuriser les lieux et ramasser tous les objets intéressants pour l'enquête.

Le site est maintenant placé sous la responsabilité du propriétaire, la société Holcim qui a engagé une société de sécurité privée. En raison des travaux de renaturalisation en cours, l'accès à la colline du Mormont n'est pas autorisé pour l'instant. (ats/jah)

L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images

1 / 19
L'évacuation de la ZAD du Mormont, en images
source: sda / jean-christophe bott
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

D'autres sujets de lutte climatique

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

Link zum Artikel

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel

Des ministres s’enjaillent dans des restos clandestins? La polémique enfle en France

Un document diffusé dans le journal de M6 vendredi commence à faire du bruit dans l’Hexagone. Des ministres auraient participé à des dîners dans des restaurants clandestins de la capitale, lors desquels aucune mesure barrière n’est appliquée. Twitter s'échauffe et une enquête a été ouverte.

Des journalistes de M6 sont parvenus à pénétrer dans des clubs privés, dans de grands établissements parisiens, qui organisent des dîners quotidien – matin, midi et soir – lors desquels on est prié d’oublier l’existence du Covid à l’entrée.

Interrogé sur le risque de sanctions pour mise en danger de la vie d’autrui, l’organisateur de l'évènement infiltré par les journalistes s'est défendu en déclarant avoir participé à de nombreux repas en présence de ministres.

Ce dimanche, l’information …

Lire l’article
Link zum Artikel