DE | FR
Vidéo

La Banque nationale dans le viseur des activistes du climat

Environ 200 personnes se sont réunies sur la Münsterplatz à Berne.
Environ 200 personnes se sont réunies sur la Münsterplatz à Berne.Image: Shutterstock
Journée de mobilisation ce vendredi à Berne. Après une opération coup de poing menée devant la Banque nationale suisse, les militants du climat se sont rassemblés sur la Münsterplatz. watson était sur place. Récit.
06.08.2021, 10:0606.08.2021, 18:13
Team watson
Team watson
Suivez-moi

La Münsterplatz, dans le centre de Berne, s'est remplie petit à petit de manifestants. Vers 12h30, environ 200 personnes se sont rassemblées pour dénoncer l'impact climatique de la place financière suisse et spécifiquement celui de la Banque nationale Suisse (BNS). C'était la dernière action de la semaine «Rise up for change», organisée par plusieurs collectifs militants suisses.

Vidéo: watson

Les activistes ont construit une petite scène sur la place pour tenir des discours, chanter des slogans et partager des témoignages. Des personnes de tous âges, ainsi que plusieurs familles, sont présentes.

«Nous demandons que nos revendications soient encrées dans la loi suisse et, surtout, que les bénéfices de la BNS soient utilisés pour des projets sociaux et respectueux du climat»
Une jeune activiste du mouvement
Image: watson

Quelques heures auparavant, une trentaine de militants ont mené une opération éclair sur la place qui abrite le siège de la Banque nationale suisse. Un acte de désobéissance assumé comme l'explique cet activiste romand:

«La désobéissance civile permet d'informer sur la crise climatique et de la rendre public, notamment grâce à la couverture médiatique»
Un jeune activiste romand

Après avoir occupé la place, ils ont joué un flash mob théâtral et passé de la musique. Si l'action n'était pas autorisée par la police, cette dernière n'est pas intervenue. Les forces de l'ordre ont par contre barricadé le bâtiment de la BNS plus tard dans la journée.

Vidéo: watson

Parmi la foule, beaucoup de Romands et de Tessinois.

Vidéo: watson

Quelques minutes après le début de l'action coup de poing, les manifestants ont quitté l'endroit, en direction du centre culturel de la Reitschule.

Cette action fait suite à l'occupation de la Paradeplatz à Zurich, ce lundi. L'objectif que revendique les activistes? Dénoncer les investissements dans les énergies fossiles des instituts financiers helvétiques.

3 questions à un activiste du climat

Quel bilan tirez-vous de cette semaine d’actions?

On finit vraiment dans un état d'esprit heureux et positif. L’action de ce matin qui a clôturé cette semaine s’est déroulé sans encombres. Nos revendications se sont faites entendre grâce une bonne couverture médiatique et également à travers nos canaux de communication.

Vos actions ont-elles vraiment servies à faire parler de la cause climatique?

Je pense que oui. Par exemple, aujourd’hui, grâce à ce rassemblement et l’action de ce matin, on parle de la banque nationale suisse et donc de ses investissements dans les énergies fossiles, destructeurs pour la planète. La population suisse commence à être au courant de ce problème et c’est notre but.

Comment vous sentez-vous après ces sept jours de mobilisation? Cela en valait-il la peine ?

Oui, même si la répression policière qu’on a subi à Zurich était éprouvante. Quand je vois tout le soutien présent au rassemblement d'aujourd’hui, entre nous, activistes et celui venant de la population, cela en vaut vraiment la peine.

Plus d'articles sur ce sujet:

Le blocage du siège du Crédit Suisse à Zurich, 2019

1 / 10
Le blocage du siège du Crédit Suisse à Zurich, 2019
source: collective climate justice switzerland
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Comment «Coop et Migros se sucrent sur les dos des agriculteurs»
Une enquête de la Fédération romande des Consommateurs (FRC) publiée mercredi met en lumière les marges que se font les grands distributeurs sur les fruits et légumes suisses. Dans le bio, comme pour les tomates grappe, la différence des coûts de production peut aller jusqu'à 138%. Si les maraîchers n'osent pas s'y opposer, l'organisation paysanne Uniterre ne mâche pas ses mots.

«Ce n’est pas parce que le prix d’un bien augmente en rayon que le producteur a touché une plus grande somme d’argent!». Voilà qui pose le cadre de l'enquête menée par La Fédération romande des consommateurs (FRC) publiée ce mercredi.

L’article