DE | FR
Vont-ils encore occuper la Paradeplatz de Zurich? Les militants pour le climat manifestant devant le siège du Credit Suisse, en 2020.
Vont-ils encore occuper la Paradeplatz de Zurich? Les militants pour le climat manifestant devant le siège du Credit Suisse, en 2020.Image: Keystone

Les militants climatiques attaquent les banques, qui «tuent des gens»

L'an dernier, les militants pour le climat avaient occupé la Place fédérale. Aujourd'hui, ils ont planté leurs tentes à Zurich et ciblent les banques.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
30.07.2021, 11:5630.07.2021, 16:35
Adrian Müller
Adrian Müller
Adrian Müller
Suivez-moi

Aujourd'hui, le mouvement pour le climat a les banques dans son viseur. Ce vendredi 30 juillet, une semaine d'action de désobéissance civile débute à Zurich sous le slogan «Rise up for Change», qui vise spécifiquement les pratiques néfastes pour l'environnement des banques suisses. Jonas Kampus, militant pour le climat, déclare à watson:

«Les violentes tempêtes de ces dernières semaines le montrent clairement: avec leurs activités néfastes pour le climat, les banques tuent aussi des gens en Europe, on ne peut plus le nier. Cela nous donne d'autant plus de raisons de protester.»

Les revendications

Les banques suisses continuent à investir des milliards dans les énergies fossiles. Par exemple, Credit Suisse et UBS ont pompé ensemble un bon 83 milliards de dollars dans le pétrole, le gaz et le charbon entre 2016 et 2019. Ce faisant, ils ont financé l'équivalent de 20 fois les émissions de gaz à effet de serre que la Suisse provoque par ses émissions domestiques. Les militants écologistes demandent l'arrêt des investissements dans les énergies fossiles et la divulgation des flux financiers dans ce secteur. Contactée par nos soins, Frida Kohlmann, de Collective Climate Justice, en conclut:

«Les banques suisses – y compris la Banque nationale suisse – sont comme des influenceurs pour la place financière mondiale et ont donc un énorme levier pour plus de protection du climat»

Un «camp de base»

Image: Keystone

Les activistes climatiques ont installé leur «camp de base» avec cuisines, toilettes, etc. sur le terrain vague du stade du Hardturm. «Nous avons de la place pour plusieurs centaines de participants», déclare Frida Kohlmann, porte-parole de Rise Up for Change. Contrairement à l'occupation de la Place fédérale, tout est légal cette fois-ci: la ville de Zurich a approuvé la tenue du camp mercredi.

Des formations-actions y seront organisées. Les militants seront également informés de la manière dont ils doivent se comporter en cas de répression policière éventuelle. Des entretiens avec les représentants des banques sont également prévus mercredi pour discuter des revendications et des solutions possibles.

La banque Credit Suisse, qui a été critiquée par les activistes climatiques, n'a pas été en mesure de donner une réponse à une question de watson dans les deux jours, pour savoir si elle participerait aux négociations.

Les actions de protestation

En juin 2020, des militants pour le climat ont bloqué le Quaibrücke à Zurich.
En juin 2020, des militants pour le climat ont bloqué le Quaibrücke à Zurich.Image: KEYSTONE

Dans les jours à venir, les écologistes veulent (symboliquement) clouer les banques au pilori et secouer la population par des actions créatives, non violentes et néanmoins sensationnelles. Il y avait eu un avant-goût en 2020: à l'époque, les militants du mouvement radical Extinction Rebellion avaient bloqué la circulation pendant des heures sur le pont Quaibrücke de Zurich. En 2019, les grévistes du climat avaient occupé les succursales d'UBS à Bâle et à Lausanne.

Les grandes banques de Zurich doivent maintenant s'attendre à des blocages et autres actions perturbatrices la semaine prochaine. Y compris sur la Paradeplatz de Zurich? Les organisateurs de «Rise up for change» ne veulent pas révéler ce qui est exactement prévu.

Ce que dit l'expert

Le patron du WWF, Thomas Vellacott, travaillait lui-même comme banquier. Il connaît donc les pratiques des institutions financières sur le bout des doigts. Dans une interview accordée à nos collègues alémaniques, il déclare que les banques sont de plus en plus conscientes des risques environnementaux. «Cependant, les institutions financières évoluent beaucoup trop lentement», nuance-t-il. Autrement dit, pas à une vitesse qui serait à la hauteur de la gravité et de l'urgence de la crise climatique.

«Si les banques et les entreprises prennent le développement durable au sérieux, elles doivent réorganiser leur cœur de métier», ajoute Vellacott. Il pense que les banques ont certainement été impressionnées par de telles semaines d'action. «La pression montre que le public est très attentif. C'est extrêmement important.» Tout aussi importante est la pression exercée par les régulateurs et les investisseurs pour que les banques informent de manière transparente sur les risques climatiques de leurs actions dans leurs rapports.

Les enseignements tirés de l'occupation de la Place fédérale

Avec l'occupation de la Place fédérale, qui avait duré plusieurs jours, le mouvement climatique n'a que superficiellement réussi ce qui est jusqu'à présent son plus grand coup. L'effet des images historiques s'est rapidement estompé. Les messages des grévistes du climat étaient trop diffus: «Nos revendications ont été à peine remarquées à l'époque», se souvient le militant du climat Jann Kessler.

Avec la place financière, le mouvement climatique s'attaque à un adversaire plus simple: les demandes susmentionnées peuvent être formulées en lettres capitales sur une page A4. En échange, le mouvement climatique renonce à plaider pour un changement total de système – ce qui déplaît à certains de ses sympathisants.

Le militant Jonas Kampus formule ainsi le grand objectif de son groupe:

«A la fin de la semaine d'action, il devrait être clair pour la population que les banques sont directement complices de la crise climatique»

L'idée est que la pression exercée sur les insitutions bancaires, pour qu'elles réduisent effectivement les investissements nuisibles au climat, augmenterait grâce à cette prise de conscience populaire.

Ce que dit le Credit Suisse

«En tant qu'institution financière mondiale, le Credit Suisse reconnaît sa part de responsabilité dans la lutte contre le changement climatique et il est conscient que les flux financiers doivent également être mis en conformité avec les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. Le Credit Suisse s'engage en faveur de la protection du climat et de la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. Depuis près de 20 ans, la banque est l'un des pionniers dans le domaine des investissements durables et des investissements d'impact. Une fonction dédiée à la durabilité fait partie de notre Directoire du Groupe depuis août 2020. Dans le même temps, le Credit Suisse a annoncé son intention de fournir au moins 300 milliards de francs suisses de financement durable au cours des dix prochaines années. Dans le cadre de notre engagement pour lutter contre le changement climatique, nous avons également introduit des restrictions spécifiques ces dernières années, par exemple sur le financement des combustibles fossiles.»

Adapté de l'allemand par jof, le texte original ici.

Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)

1 / 13
Après les intempéries, la vie «normale» reprend à la Neuveville (BE)
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Qui sont les plus cool: les gens en roller ou en patin?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment les Confédérés ont calmé le roi de France
En juin 1513, les cantons suisses remportent une victoire militaire sur la France à la bataille de Novare. Soutenant la «Sainte Ligue», ils contribuent de manière significative à contenir l’expansion de la France en Europe. En septembre 1513, les Confédérés et leurs alliés assiègent la ville de Dijon, ce qui marque l’apogée de la puissance suisse en Europe.

Le rôle des Confédérés pendant les guerres de Bourgogne (1474-1477) fut déterminant pour l’histoire européenne. Ils précipitèrent notamment la chute de la Bourgogne, grande puissance politique de l’époque, en participant activement à la défaite et à la mort de son duc Charles le Téméraire à la bataille de Nancy en 1477. Toutefois, la Bourgogne ne disparut pas complètement. La cour de Bourgogne continua à rayonner sur tout le continent, d’Edimbourg à Istanbul, et resta un symbole de splendeur artistique, de fastueux apparats, mais aussi d’intrigues politiques.

L’article