DE | FR

Une farouche critique de Trump va enquêter sur l'assaut du Capitole

Liz Cheney a récemment été évincée de la hiérarchie républicaine.
Liz Cheney a récemment été évincée de la hiérarchie républicaine.
La membre du Parti républicain a été choisie mercredi pour siéger à la commission d'enquête sur l'assaut meurtrier du Capitole. C'est l'une des rares de son parti à avoir voté en faveur de l'ouverture d'une enquête.
02.07.2021, 06:4502.07.2021, 15:13

Les démocrates ont nommé jeudi une républicaine, farouche critique de l'ancien président américain Donald Trump, pour siéger à la commission d'enquête sur l'assaut meurtrier du Capitole: Liz Cheney. Elle a récemment été évincée de la hiérarchie républicaine, parce qu'elle accusait trop bruyamment le milliardaire d'avoir incité l'attaque du 6 janvier.

«Rapidité et impartialité»

L'élue de la chambre des représentants s'est dit «honorée».

«Les responsables de cette attaque doivent rendre des comptes et cette commission spéciale répondra à cette responsabilité de façon professionnelle, rapide et impartiale»
Liz Cheney, membre du Parti républicain

Liz Cheney fut mercredi l'une des deux seuls républicains, sur 211, à voter à la chambre basse du Parlement américain en faveur de la création de cette commission spéciale.

«Découvrir la vérité»

Ces derniers affirmaient que les investigations parlementaires déjà en cours et le travail de la police suffisaient. Au moins 500 personnes ont été inculpées dans cette affaire.

La présidente de la chambre des représentants, Nancy Pelosi, a également désigné le démocrate Bennie Thompson à la tête de la commission spéciale. Ce dernier avait porté plainte au civil en février contre Donald Trump pour son rôle dans l'assaut meurtrier.

La commission «découvrira la vérité» sur l'attaque du Capitole, a promis Nancy Pelosi. Ses conclusions pourraient être dévoilées en 2022, en pleine campagne pour les élections parlementaires et locales de mi-mandat. (ats/hkr)

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Analyse

Pourquoi Joe Biden est inquiet pour la démocratie américaine

Dans un discours prononcé à l'occasion du Memorial Day, le président américain a mis en garde contre la désintégration de l'institution politique la plus importante.

Dans son livre «Upheaval», publié il y a environ deux ans, l'anthropologue Jared Diamond («Collaps», «Guns Germs & Steel») résume la prise de pouvoir sanglante du général Pinochet au Chili. Jusqu'à ce coup d'État extrêmement brutal, le Chili était considéré comme un modèle de démocratie pour l'Amérique du Sud. Diamond pose donc la question suivante :

Ça se pourrait. Bien que Donald Trump soit en train de bouder dans son exil à Mar-a-Lago, le danger d'une dictature n'est en aucun cas …

Lire l’article
Link zum Artikel