DE | FR
Le départ de Gelson (et du directeur général Massimo Cosentino) a obligé Christian Constantin à changer ses plans.
Le départ de Gelson (et du directeur général Massimo Cosentino) a obligé Christian Constantin à changer ses plans.keystone

Constantin: «J'avais envisagé que Gelson me remplace»

Lors d'une interview accordée à la RTS après le match contre Servette (3-3), dimanche, le président du FC Sion a expliqué qu'il aurait aimé «faire un pas de recul» et laisser Gelson Fernandes à la tête du club.
23.05.2022, 12:0023.05.2022, 12:08

Mené 3-1 par Servette, dimanche après-midi lors de l'ultime journée de Super League, le FC Sion a failli être barragiste. Il doit son maintien au gardien servettien Omeragic, coupable sur plusieurs buts, et à l'égalisation arrachée par Karlen en toute fin de rencontre (3-3).

Interrogé par la RTS au coup de sifflet final, Christian Constantin est d'abord revenu sur la rencontre. Le président sédunois a reconnu que, sans avoir été brillants, ses joueurs avaient mis l'énergie nécessaire pour assurer l'essentiel. Puis il s'est projeté vers l'avenir immédiat, qu'il aurait souhaité différent:

«J'avais envisagé que Gelson me remplace afin de faire le pas de recul, et puis tout s'est écroulé»
Image: RTS

«CC» avait jusque-là toujours affirmé que la nomination de Gelson Fernandes au poste de vice-président, l'été dernier, devait lui permettre de quitter la présidence en douceur «dans les trois ou quatre ans».

«Je prépare des garçons comme Gelson Fernandes pour être un bon dirigeant techniquement. Il importera ensuite de mettre de l’argent et d’aller en chercher.»
Christian Constantin dans Le Nouvelliste

«CC» n'avait en revanche jamais exprimé aussi clairement sa volonté de confier le club à Gelson Fernandes. Dans ses propos tenus dimanche, on devine même qu'il aurait été prêt à s'effacer progressivement dès la saison prochaine. Tout était calculé: Christian Constantin serait resté à la tête du FC Sion en tant que propriétaire, il aurait continué à apporter les fonds nécessaires tout en laissant son poulain gagner en expérience

Mais Fernandes a choisi une autre voie. L'ancien international rejoindra au 1er août la FIFA, où on lui propose une fonction en lien avec le développement du football africain. «Ce poste regroupe l’ensemble de mes compétences et m’offre un mix entre mon passé et mon avenir», avait-il dit après sa nomination en avril.

Le départ de Gelson (et du directeur général Massimo Cosentino) a obligé son patron à changer ses plans. Et le président-architecte n'a pas encore trouvé la solution idoine: «Je suis à la croisée des chemins maintenant. Il faut que je réfléchisse à la façon dont je m'organiserai.»

L'une de ses pistes de réflexion mène à Pablo Iglesias. À 51 ans, l’ancien directeur sportif du LS (2018-2020) devrait s'engager en Valais dans la semaine. Il chapeauterait la structure football, qui s'étend de la formation à la première équipe.

Christian Constantin, lui, continuera à gérer la présidence. Le pas de recul n'est pas pour tout de suite.

(jcz)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans le sport, la poignée de main est un protocole tout sauf anodin
Jeu de mains, jeu de vilains. Le traditionnel serrage de pinces d'après match a tourné à la bagarre entre les coachs Thomas Tuchel (Chelsea) et Antonio Conte (Tottenham) dimanche. Un protocole qui en dit bien plus qu'il n'y paraît.

C'est un geste qu'un humain, en Occident, effectue 15 000 fois dans sa vie en moyenne, selon une étude très sérieuse. Un nombre qui aurait de quoi le rendre très banal. Il n'en est rien: une poignée de main est tout sauf anecdotique.

L’article