DE | FR

Comment les gens mentent et trichent dans les centres de dépistage Covid

Image: DPA
Il est étonnamment facile d'ouvrir des centres de test en Allemagne - tout comme de tricher. Comment les fournisseurs de tests s'enrichissent illégalement et comment il est difficile de remédier à ce problème.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
01.06.2021, 19:2701.06.2021, 20:20
Salome Woerlen / watson.ch

Comment sont créés les centres de test

Depuis mars, les tests rapides Covid sont gratuits en Allemagne. Le signal de départ pour de nombreux nouveaux centres de test, qui ont ensuite poussé comme des champignons. Ce qui était autrefois un bar à shisha, une boutique de tatouage, un magasin de téléphones portables ou même un club de strip-tease a été transformé illico presto en une station pour tests rapides. Le processus est étonnamment simple: pour devenir un centre de tests, il suffit de remplir une demande en ligne. Si c'est accepté, une courte formation a lieu et les tests peuvent commencer.

Il n'existe pas d'exigences précises concernant la transmission des données au gouvernement fédéral, et les centres d'essai ne sont pas contrôlés. Et les tests rapides sont plus demandés que jamais: si vous voulez siroter un café à la terrasse d'un restaurant ou vous faire couper les cheveux chez le coiffeur, vous devez présenter un test rapide négatif. Les coûts sont couverts par le gouvernement allemand.

Comment tricher

Des recherches menées par WDR (Westdeutscher Rundfunk Köln), NDR (Norddeutscher Rundfunk) et le Süddeutsche Zeitung ont révélé à quel point il est facile de tricher dans certains centres d'examen.

Jusqu'à présent, les centres recevaient 18 euros de taxes pour chaque test rapide effectué. Le problème est que personne ne vérifie si le test a effectivement été effectué. Philipp Perlwitz, qui dirige actuellement sept centres de test Corona, explique à WDR qu'il n'existe pratiquement aucune directive quant aux données qu'il doit collecter et conserver auprès des personnes testées. Pour la facturation, il envoie un tableau à l'Association des médecins de l'assurance maladie obligatoire, qui le traite ensuite. La forme que doit prendre le tableau et les informations qu'il doit contenir ne sont pas clairement réglementées:

«Le règlement sur les tests stipule que je dois conserver les données relatives à la facturation pendant quatre ans. Il ne dit pas ce qui est pertinent pour la facturation. Un nom de famille suffit-il? Une feuille de pointage est-elle suffisante? Il n'y a pas de déclaration à ce sujet.»
Philipp Perlwitz

Enfin, la protection des données fait le reste: pendant les tests, les données personnelles des personnes testées sont enregistrées, mais ne peuvent être transmises à l'État. Il est donc possible de soumettre de fausses feuilles de pointage et d'empocher des millions en compensation.

Voici comment la fraude a été découverte

Les journalistes de NDR, WDR et Süddeutsche Zeitung ont découvert la fraude dans leur reportage du 27 mai. Ils se sont tenus devant des stations de test dans les villes de Cologne, Münster et Essen et ont compté combien de personnes s'y étaient fait tester. Le même soir, ils ont ensuite comparé ces chiffres avec les informations fournies par les opérateurs.

Dans un bus de test devant un magasin de meubles à Cologne, ils ont trouvé 80 candidats en un jour. L'opérateur, quant à lui, a signalé près de mille tests aux autorités. Le bureau du procureur général de Bochum a ouvert une enquête. Des enquêtes sont également en cours en Bavière sur des soupçons de fraude, rapporte le Süddeutsche Zeitung.

Comment tester

Compte tenu des pièges à fraude connus, la question de la fiabilité des tests effectués se pose également. Selon les reporters de NDR, WDR et du Süddeutsche Zeitung, les centres qu'ils ont observés ont rapporté environ 25 000 tests en une semaine. Pas une seule des personnes testées n'aurait été positive. Simple coïncidence ou résultat de tests bâclés?

Les tests rapides étant moins sensibles que les tests PCR, ils doivent être réalisés avec une précision particulière. Si les bâtonnets ne sont pas assez profonds ou assez longs dans la gorge ou le nez lors du frottis, le test est sans valeur. Entre-temps, la Fondation allemande pour la protection des patients met également en garde contre une prise en charge insuffisante dans les centres d'essai. Le directeur de la fondation, Eugen Brysch, déclare à la Süddeutsche Zeitung:

«Lorsque de telles structures prévalent, la qualité des tests est généralement médiocre également»

Voici comment les responsables réagissent

Le ministre fédéral de la santé, Jens Spahn, a été la cible de critiques au cours du week-end. Dimanche, il s'est exprimé sur Twitter:

Mais personne ne semble se sentir vraiment responsable. Dans une interview accordée à la station de radio allemande Deutschlandfunk, M. Spahn a souligné la responsabilité des autorités locales:

Le ministère saxon des affaires sociales fournit toutefois les informations suivantes en réponse à une demande du WDR:

«La Kassenärztliche Vereinigung Sachsen (Association des médecins de l'assurance maladie obligatoire de Saxe), par l'intermédiaire de laquelle les tests citoyens sont facturés, vérifie la plausibilité des données facturées. Les bureaux de santé et le ministère des affaires sociales n'ont pas de mandat d'audit en ce qui concerne la facturation.»

Aujourd'hui encore, personne ne se précipite pour prévenir de tels cas de fraude à l'avenir. Jens Spahn a bien annoncé des contrôles ponctuels plus stricts, mais la question de savoir qui les effectuera n'a probablement pas encore été précisée de manière concluante.

Les municipalités et leurs services de santé refusent la responsabilité de prendre en charge les contrôles, tout comme les associations de médecins du panel, a rapporté hier n-tv. Le directeur adjoint de l'association des médecins de santé publique a fait valoir dans le Rheinische Post que les bureaux de santé n'enquêtent pas sur les autorités pour des crimes en col blanc. Ainsi, il restera probablement difficile de découvrir les cas de fraude.

Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Agathe essaie l'autotest Covid-19

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Retour sur les événements récents à l'origine de la situation à Gaza
Le conflit qui oppose les Israéliens aux Palestiniens dure depuis bien longtemps. Et si vous n'avez pas tout compris au pourquoi du comment, voici un bref résumé de la situation.

Depuis 2015, la ville de Gaza est le théâtre de conflits entre Israéliens et Palestiniens. Des années de conflit dont il est difficile de comprendre l'origine. Pour ce faire, voici un bref résumé de ce qui a mené à cette situation.

L’article