DE | FR
Les tests Covid nasopharyngés ne sont «pas sans risques», selon l'Académie nationale de médecine en France.

Image: Keystone

Se faire enfoncer un coton-tige au fond du nez n'est pas sans risque

Les tests nasopharyngés pour détecter le Covid-19 sont pour la grande majorité bénins. L'Académie de médecine en France avertit, cependant, sur des complications graves en cas de test mal réalisé.



On les effectue à tour de bras, depuis le début de la pandémie. Ces prélèvements nasopharyngés qui, à la force d'un coton-tige enfoncé dans le nez très profondément, viennent détecter la présence ou non du Covid-19. Pourtant, ils ne seraient «pas sans risques».

C'est l'Académie nationale de médecine, en France, qui l'a dit jeudi. Citée par Le Monde et l'AFP, elle met en garde contre les prélèvements mal réalisés dans le cadre d'un test PCR ou rapide.

Risque de brèches de la base du crâne

Si certaines complications peuvent être considérées comme bénignes (désagrément, douleur ou saignement), d'autres, plus graves, commencent à être décrites dans la littérature médicale, explique le collège scientifique dans son communiqué.

On parle notamment de brèches de l’étage antérieur de la base du crâne, associées à un risque de méningite.

Tester les enfants par la salive

La solution? Rappeler que ces tests doivent être réalisés par des professionnels de santé formés. Et recommander à ces-derniers de demander au patient s'il a des antécédents ORL (maladie de l'oreille, du nez et de la gorge), avant le frottis.

L'Académie préconise aussi de privilégier des prélèvements salivaires pour les enfants. Et de faire attention avec les autotests, en cas d'insertion trop profonde du coton-tige ou dans la mauvaise direction. (as)

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Agathe essaie l'autotest Covid-19

Les plus pauvres de Suisse ont peur pour leur avenir

Un sondage de Comparis explique qu'un tiers des habitants craint pour son avenir économique. Pourtant, la situation financière de la population semble s'être détendue.

Un an après la fin du premier confinement, un tiers de la population dit avoir des craintes liées au coronavirus, soit 9%, de plus qu'en mai 2020. Ce constat intervient alors que la situation financière de la population s'est détendue, indique un sondage Comparis réalisé en avril.

Malgré les mesures de soutien de la Confédération et la vaccination, la crise pèse toujours sur le moral et la peur de perdre son emploi reste forte, a commenté, lundi, Michael Kuhn, expert chez Comparis.

L'inquiétude …

Lire l’article
Link zum Artikel