International
Analyse

Pourquoi le temps joue contre l'Ukraine

L'Ukraine manque d'hommes.
L'Ukraine manque d'hommes.Image: sda
Analyse

Pourquoi le temps joue contre l'Ukraine

Alors que la Russie se prépare à lancer une nouvelle grande offensive, l'Ukraine se trouve dans une position délicate: son armée manque d'hommes et de munitions, et les chars occidentaux pourraient arriver trop tard.
07.02.2023, 06:0908.05.2023, 11:36
Patrick Diekmann / t-online
Plus de «International»

C'est l'enfer sur terre: ces derniers mois, la ville ukrainienne de Bakhmout a été l'un des endroits les plus disputés d'Ukraine. De nombreuses maisons ont été détruites, des rues entières ont été bombardées, la plupart des habitants ont quitté la ville depuis longtemps.

La Russie veut s'emparer de la ville dans les semaines à venir. Le plan de Poutine devrait se manifester au plus tard au début de l'offensive attendue du printemps: il veut écraser les Ukrainiens, les étouffer par la simple taille de son armée. On le voit déjà à présent: Moscou ne cesse d'envoyer de nouvelles vagues d'assaut de soldats, dans l'espoir de briser les défenses adversaires.

Deux problèmes majeurs

Les semaines à venir risquent toutefois d'être encore pires, notamment parce que l'Ukraine n'a pas les moyens de s'opposer à Poutine. Certes, les chars de combat de conception occidentale seront bientôt livrés, mais cela pose plusieurs problèmes potentiels à Kiev.

Premièrement, l'équipement lourd en provenance de l'Ouest arrive probablement trop tard. Deuxièmement, le nombre de chars est limité à un peu plus de 100 unités. En d'autres termes, l'aide de l'Occident est trop faible et arrive trop tard pour pouvoir changer quoi que ce soit à court terme sur les champs de bataille. Les chars Abrams et Leopard pourraient même n'arriver en Ukraine qu'à l'automne, voire plus tard encore. Ce n'est pas une bonne nouvelle pour Kiev.

Le seul espoir réside dans le fait que les délais de livraison calculés au préalable ont souvent été réduits par l'Occident. Il est donc possible que les chars arrivent plus tôt que prévu. Les dates exactes ne sont pas connues, notamment parce que l'alliance occidentale ne veut pas donner un avantage tactique à Moscou. Mais même dans ce cas, les soldats ukrainiens devraient d'abord être formés aux systèmes d'armes, ce qui prendrait à nouveau un temps précieux.

Il y a un besoin urgent de munitions

Mais les problèmes de l'Ukraine ne s'arrêtent pas là. En effet, en plus des chars dont on parle tant, le pays a surtout besoin d'une chose dans sa lutte pour la défense: des munitions.

Quel est l'intérêt pour l'armée ukrainienne de disposer des systèmes d'armement les plus modernes du pays, mais de ne pouvoir faire feu sur rien? C'est déjà évident avec le char antiaérien Gepard. Les tentatives du gouvernement allemand de faire de la publicité pour des munitions, par exemple au Brésil et en Suisse, sont restées vaines.

FILE - Ukrainian soldiers fire a Pion artillery system at Russian positions near Bakhmut, Donetsk region, Ukraine, Friday, Dec. 16, 2022. (AP Photo/LIBKOS, File)
L'Ukraine a besoin de munitions.Image: sda

D'autres questions logistiques ne sont pas encore résolues. En plus du ravitaillement en munitions, il s'agit surtout de pièces de rechange pour les réparations et de la manière dont les chars peuvent être déplacés en Ukraine. En effet, avec un poids de plus de 60 tonnes, les chars sont extrêmement lourds, peut-être trop pour les ponts ukrainiens.

Les soldats ukrainiens se font rares

Outre le matériel, l'armée ukrainienne doit également se préoccuper de l'approvisionnement en personnel. Le pays en est aujourd'hui à sa sixième vague de mobilisation, et même les hommes de 60 ans et plus sont enrôlés. Cela illustre bien la situation. L'Ukraine est à court de soldats, ce qui pourrait bientôt représenter de tout nouveaux défis compte tenu de l'extrême longueur de la ligne de front.

En effet, les déploiements de troupes russes en Biélorussie ont déjà fait en sorte que l'Ukraine doive, elle aussi, laisser des troupes au nord afin de protéger son flanc et Kiev en cas d'urgence. Comme les alliés occidentaux n'enverront pas de troupes au sol en Ukraine, cette longue guerre d'usure sera de plus en plus difficile à gagner pour les défenseurs.

Les dirigeants ukrainiens peuvent résoudre ces problèmes complexes de deux manières: soit ils reconquièrent leur territoire national occupé dans un délai aussi court que possible, soit ils se replient sur une surface terrestre plus réduite et plus facile à défendre.

Cette dernière solution est bien sûr impensable pour Kiev. Le président Volodymyr Zelensky ne veut en aucun cas exposer une partie de sa population à ce sort après les massacres russes de Boutcha et d'Irpin.

C'est pourquoi Bakhmout ne doit pas tomber. «Nous nous battrons aussi longtemps que nous le pourrons», a déclaré Zelensky vendredi à la fin d'un sommet UE-Ukraine à Kiev. Bakhmout est une «forteresse». Zelensky a de nouveau demandé à l'Occident plus d'armes pour pouvoir contrer les attaques de la Russie.

La Russie a suffisamment de munitions

Ce qui n'est pas clair en revanche, c'est la situation actuelle du côté russe. Poutine ne semble pas avoir de problème à sacrifier ses propres troupes mobilisées, comme le montrent les combats actuels dans l'est de l'Ukraine. Kiev estime que plus de 420 000 soldats russes combattent actuellement en Ukraine.

Cela correspond aux estimations du groupe de réflexion américain «Institute for the Study of War» (ISW), qui affirme que l'armée russe a encore 150 000 soldats mobilisés à déployer. D'autres experts pensent par ailleurs que la mobilisation n'a pas cessé en Russie et que des hommes continuent d'être enrôlés sous couverture.

Certes, il y a des signes clairs que la Russie a des problèmes de ravitaillement en technologie moderne, en semi-conducteurs et en missiles guidés, mais les troupes de Poutine devraient encore avoir suffisamment de munitions conventionnelles dans leurs dépôts.

La double stratégie de Poutine

La Russie semble actuellement mener une double stratégie. D'une part, une nouvelle offensive pourrait être lancée afin de conquérir le reste des territoires ukrainiens annexés en violation du droit international. D'autre part, les troupes russes ont mis en place des lignes de défense pour empêcher l'Ukraine de gagner rapidement du terrain comme à la fin de l'été.

Mais l'armée russe est-elle en mesure de mener une nouvelle offensive ou celle-ci a-t-elle déjà commencé? Il est difficile de répondre à cette question. D'une part, Poutine souhaite probablement reprendre l'offensive avant que les chars de combat et les véhicules blindés de combat occidentaux n'apparaissent sur les champs de bataille. D'autre part, il se voit avantagé à moyen terme parce qu'il pense disposer de plus de soldats et de matériel.

Les experts militaires s'accordent à dire que l'armée ukrainienne a besoin de prendre l'initiative afin d'éviter une guerre de position rigide à long terme. La Russie, en revanche, profite de ce temps pour créer de plus en plus de lignes de défense. Malgré les livraisons d'armes occidentales, le temps joue donc contre l'Ukraine et en faveur de Vladimir Poutine.

Traduit de l'allemand par Nicolas Varin, adapté par asi

La bataille fait rage à Bakhmout
1 / 12
La bataille fait rage à Bakhmout
partager sur Facebookpartager sur X
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Après Harvard, la guerre à Gaza électrise d'autres unis américaines
Plusieurs campus américains se sont de nouveau embrasés ces derniers jours en raison du conflit à Gaza, des étudiants organisant des manifestations et des sit-in pour réclamer la fin de la guerre.

Plus de 130 personnes ont été arrêtées dans la nuit à New York devant des locaux de la prestigieuse université NYU, après des manifestations étudiantes pro-palestiniennes, a indiqué mardi la police à l'AFP.

L’article