International
ukraine

Ukraine: la tactique cruelle, mais efficace du groupe Wagner

Ukraine: la tactique cruelle, mais efficace du groupe Wagner
Les mercenaires de Wagner ont affirmé avoir «libéré» le village de Sakko I Vantsetti, près de Bakhmout.Image: telegram

Voici la stratégie cruelle, mais très efficace du groupe Wagner

Une source russe décrit la tactique d'attaque de l'armée de mercenaires du groupe Wagner à Soledar. Elle a littéralement laissé la zone autour de la ville jonchée de cadavres, mais s'est révélée d'une effrayante efficacité.
06.02.2023, 06:0611.09.2023, 11:17
Bojan Stula / ch media
Plus de «International»

C'était l'un des rares succès militaires de la Russie depuis l'invasion de l'Ukraine: la conquête de la petite ville de Soledar. Le 10 janvier, Evgueni Prigojine, le chef de l'armée de mercenaires Wagner, a annoncé sur une vidéo la prise des mines de sel, suivie environ une semaine plus tard par l'aveu de l'armée ukrainienne sur son propre retrait.

👉 Suivez notre direct sur la guerre en Ukraine 👈

Entre-temps, des informations ont filtré sur la manière dont les mercenaires de Wagner ont réussi à mener à bien cette conquête qui s'est soldée par de lourdes pertes. Le centre d'information russe d'opposition cirminalru.info se réfère à un informateur qui a probablement été lui-même membre du groupe Wagner et qui a rendu publics les détails de la tactique d'attaque.

Selon cette source, les assaillants russes ont généralement progressé en quatre vagues de huit soldats chacune. Mais il y a également eu des combats au cours desquels jusqu'à 14 vagues ont été «consommées». Tous les groupes d'attaque sont composés d'anciens détenus. Les spécialistes expérimentés du noyau de Wagner ne sont détachés auprès des troupes d'assaut qu'à titre punitif.

La première vague: atteindre l'objectif à tout prix

La première vague est celle qui est la mieux équipée en armes et en gilets pare-balles. Elle doit atteindre «à tout prix» un objectif de terrain qu'un pilote de drone a préalablement repéré et indiqué. Si l'objectif n'est pas atteint - quelles qu'en soient les raisons -, les soldats survivants sont abattus par leurs supérieurs. Les blessés légers qui tentent de se replier pendant l'attaque sont abattus dans les jambes.

Si les troupes d'assaut atteignent l'objectif de l'attaque malgré les tirs de défense de l'adversaire, elles doivent le marquer et s'enterrer immédiatement. «Chez Wagner, l'enfouissement est entraîné aussi durement que le tir», explique-t-on de même source. Ils doivent ensuite transmettre par radio à leur propre artillerie les coordonnées des positions ennemies.

De la deuxième à la quatrième vague

Les deuxième à quatrième vagues sont moins bien équipées que la première. Leur objectif est d'atteindre les positions de la première vague et d'y compenser ses pertes, tandis que leur propre artillerie bombarde les positions ukrainiennes.

La discipline, parmi les anciens détenus, est censée être si élevée qu'ils continuent à avancer même lorsque la première vague d'assaut a été anéantie. C'est une conséquence directe de l'entraînement brutal et du «rituel de bienvenue»: les nouveaux Wagner se voient apparemment d'abord montrer des vidéos d'exécutions de leurs propres soldats avant de commencer la formation. Ils estiment ainsi qu'ils ont toujours plus de chances de survivre en chargeant en avant qu'en refusant d'attaquer.

Du point de vue de l'armée russe, c'est une tactique très appréciée. Même si les quatre vagues de mercenaires de Wagner sont tués, 32 anciens détenus au maximum ont été perdus dans cette attaque. Si des unités de l'armée régulière devaient atteindre les mêmes cibles, elles ne subiraient «que» des pertes d'environ 50%, ce qui représenterait toutefois un prix du sang bien plus élevé en chiffres absolus.

Pour aller plus sur les rapports entre Wagner et l'armée régulière:

Inversement, cela explique la colère des mercenaires de Wagner face au manque de munitions de leur propre artillerie, colère qu'ils auraient déjà manifestée publiquement sur des vidéos Youtube. Car sans le soutien de l'artillerie, leurs attaques se transforment complètement en missions suicides.

La question de savoir si les troupes de Wagner pourront maintenir leur tactique d'assaut «réussie» après le carnage de Soledar et Bakhmout est une tout autre question. Selon l'organisation non gouvernementale «Rus Sidjaschtschaja», il ne reste plus que 10 000 des 50 000 mercenaires de Wagner recrutés dans les camps pénitentiaires russes.

Et des sources russes rapportent qu'il est désormais difficile de trouver des volontaires pour Wagner. Même dans les camps de détention, le bruit semble s'être répandu que s'engager dans l'armée de mercenaires de Wagner équivaut à une mission suicide. Cette semaine, une vidéo de la chaîne de propagande russe Blackrussian, dans laquelle des vétérans américains sont appelés à servir dans les rangs de Wagner, est devenue virale, illustrant les efforts désespérés pour recruter de nouveaux membres.

Selon les estimations des experts militaires, les soldats de Wagner sont actuellement retirés de la région de Bakhmout et remplacés par des forces conventionnelles de l'armée russe; cela se produirait d'une part parce que l'état-major russe souhaite revendiquer la victoire à Bakhmout dans la lutte de pouvoir qui couve avec le chef de Wagner, Prigojine. D'autre part, ce serait une nouvelle preuve des pertes énormes subies par les mercenaires.

Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
1 / 9
Voici le Challenger 2, le char anglais envoyé en Ukraine
source: uk ministry of defence
partager sur Facebookpartager sur X
Un criminel russe insulte Evgueni Prigojine
Video: twitter
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Une nageuse retrouvée vivante à 80km des côtes du Japon
Après avoir dérivé pendant 36 heures, une femme qui nageait près d'une plage au Japon a été secourue à 80 kilomètres des côtes. Elle a été transportée à l'hôpital, mais ses jours n'étaient pas en danger.

«Il était environ 19h55 le 8 juillet, lorsque nous avons reçu l'information après que l'amie de la femme a signalé sa disparition», a déclaré un responsable local. Les gardes-côtes ont donc lancé une opération de recherche et de sauvetage dans la région de Shizuoka (centre du Japon).

L’article