International
Apple

Apple est en guerre avec Spotify et ça va lui coûter cher

Apple risque une amende colossale à cause de Spotify

Apple risque de devoir payer 500 millions d'euros pour avoir enfreint les règles de la concurrence dans l'Union européenne, une sanction historique. De manière générale, l'UE se montre plus sévère à l'égard des géants de la technologie.
21.02.2024, 05:5321.02.2024, 11:38
Ann-Kathrin Amstutz / ch media
Plus de «International»

Ce serait une sanction d'une importance historique. Apple est menacé de la première amende jamais infligée par l'Union européenne (UE). Et selon le Financial Times, le géant de la technologie devrait payer 500 millions d'euros.

Il semblerait que les enquêtes de la Commission européenne aient révélé qu'Apple avait enfreint les règles de la concurrence. Concrètement, le géant de la technologie aurait profité de sa position dominante sur le marché avec l'App Store. En effet, les règles du Store obligeraient les utilisateurs d'iPhone à utiliser le service de facturation du Store. Les fournisseurs concurrents de musique en streaming seraient ainsi empêchés d'informer les utilisateurs des offres plus avantageuses et il en résulterait des «conditions commerciales inéquitables».

Serrer la vis

Le marché du streaming musical, qui pèse plusieurs milliards de dollars, ne cesse de croître et est par conséquent très disputé. Près d'un tiers du marché mondial est détenu par le leader suédois Spotify. Et ce dernier n'apprécie pas du tout les pratiques d'Apple. A l'origine de la procédure européenne se trouve d'ailleurs une plainte de Spotify datant de 2019.

Récemment, le géant du streaming a à nouveau haussé le ton face à son concurrent Apple. Une certaine nervosité est en train de s'installer parmi les entreprises de la tech, car l'UE veut agir plus durement contre le monopole des grands groupes technologiques avec le «Digital Markets Act». Les nouvelles règles entreront en vigueur début mars.

Fin janvier, le patron de Spotify, Daniel Ek, a vivement critiqué les projets de réorganisation de l'App Store d'Apple. Désormais, les développeurs devraient en effet payer 50 centimes lorsque leur application est téléchargée via l'Apple Store. C'est une «farce totale» et un «chantage», a-t-il déclaré.

Le patron de Spotify devrait donc se réjouir de l'amende de l'UE. Selon le Financial Times, le montant exact de la pénalité devrait être annoncé début mars. Apple et la Commission européenne ont toutes deux refusé de faire des commentaires au journal.

Une amende «supportable»

Apple s'est toutefois référé à une déclaration faite il y a un an dans laquelle le groupe a indiqué qu'il répondrait aux préoccupations tout en encourageant la concurrence. La marque a néanmoins qualifié la plainte de Spotify de «non fondée», car l'App Store a contribué à faire de Spotify le premier service de musique en streaming dans toute l'Europe.

L'amende de 500 millions de dollars infligée à Apple serait 'une des plus élevées de l'histoire du groupe, mais au vu des milliards de bénéfices, elle resterait supportable. En 2023, le géant de la technologie a annoncé un bénéfice d'environ 97 milliards de dollars. Le groupe a d'ailleurs la possibilité de contester la décision – il l'a déjà fait par le passé avec succès.

En 2020 en effet, Apple s'est vu infliger une amende de 1,1 milliard d'euros en France également pour comportement prétendument anticoncurrentiel. Après un appel, l'amende a été réduite à 372 millions d'euros.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

Alexeï Navalny (1976-2024)
1 / 12
Alexeï Navalny (1976-2024)
Navalny assiste à une audience au tribunal de la ville de Moscou, à Moscou, Russie, le 30 mars 2017.
source: sda / sergei ilnitsky
partager sur Facebookpartager sur X
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le «boucher de Téhéran» est mort: qu'est-ce que ça change pour l'Iran?
Ebrahim Raïssi est mort ce week-end dans le crash d'un hélicoptère. Le président de l'Iran, désigné par beaucoup comme le successeur du Guide suprême, était l'un des piliers du régime.

Le président iranien Ebrahim Raïssi, qui a trouvé la mort dans le crash de l'hélicoptère qui le transportait, aux côtés de plusieurs autres dignitaires de la République islamique, dont le ministre des Affaires étrangères Hossein Amir Abdollahian, était un loyaliste de longue date. Sa disparition représente un coup dur pour les dirigeants conservateurs du pays.

L’article