DE | FR

Après 3000 ans, les diables de Tasmanie font leur grand retour en Australie

Ne vous fiez pas à cette mignonne boule de poils, ses morsures sont redoutables.
Ne vous fiez pas à cette mignonne boule de poils, ses morsures sont redoutables.
Les marsupiaux uniques sont nés en pleine nature, en Australie continentale, dans le cadre d’un ambitieux programme de protection de l’espèce.
26.05.2021, 05:3526.05.2021, 07:20

Au nord de Sydney, sept diables de Tasmanie sont nés dans un sanctuaire à Barrington Tops. The Age rapporte que c'est dans un espace grillagé, pour les protéger de diverses menaces, que vingt-six diables adultes avaient été réintroduits il y a près d’un an. Une opération alors présentée comme «historique».

«C’était à eux de jouer»

Ce programme de conservation vise à créer une population préservée, le diable étant menacé sur l’île de Tasmanie par une grave forme de cancer contagieux.

«Une fois que les diables étaient libérés dans la nature, c’était à eux de jouer, et c’était nerveusement éprouvant», a confié à The Age le président d’une des organisations, Aussie Ark, Tim Faulkner.

Des spécialistes ont pu inspecter les poches des femelles et constaté que les petits étaient «en parfaite santé». D’autres examens auront lieu dans les semaines à venir. Le diable de Tasmanie n’est pas dangereux pour l’homme ou le bétail mais se défend s’il est attaqué, pouvant provoquer de graves blessures.

Un cancer transmissible foudroyant

Ce marsupial nocturne à la fourrure noire ou brune est frappé depuis 1996 par une maladie, la tumeur faciale transmissible du diable de Tasmanie (DFTD), fatale à presque 100 % et qui a décimé 85% de sa population en Tasmanie. Seul endroit sur terre où l'animal vit.

L’espèce est désormais en danger d’extinction. Ce cancer contagieux se transmet via les morsures que s’infligent entre eux les diables, très agressifs et dotés de mâchoires puissantes, quand ils s’accouplent ou se battent.

Plus que 25 000 diables encore dans la nature, contre 150 000 il y a 25 ans

Les animaux meurent notamment de faim lorsque la tumeur atteint leur bouche, les empêchant de manger. On estime à 25 000 les diables vivant encore dans la nature, contre 150 000 avant l’apparition de cette maladie. En Australie continentale en revanche, ils ont vraisemblablement disparu il y a 3 000 ans, a priori décimés par les dingos.

Une «population réserve»

Le programme vise à créer une «population réserve» face à une maladie pour l’heure incurable, tout en participant à la restauration de l’environnement indigène.

Aussie Ark compte introduire davantage de diables dans le sanctuaire, de même que des dasyrus, des wallabies et des bandicoots. Avant peut-être d’introduire ces diables dans des zones non clôturées pour les soumettre à la concurrence de davantage d’espèces.

Des effets positifs

Ce projet rappelle celui, emblématique, de la réintroduction du loup dans le parc américain de Yellowstone dans les années 1990, qui a, selon des experts, eu une cascade d’effets positifs: régénération des buissons en bord de rivières, stabilisation des cours d’eau, retour des oiseaux et castors… (ga)

Pour restez dans le thème, voici 19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Accident en Allemagne: 31 blessés dans le parc d'attraction Legoland
Trente et une personnes ont été blessées dans un accident de trains de montagnes russes, dans le parc d'attractions de Legoland, en Allemagne, a annoncé la police bavaroise ce 11 août. Une d'elles est grièvement atteinte.

Deux petits trains pouvant transporter jusqu'à 20 personnes sont entrés en collision dans le parc d'attractions de Legoland, , à Günzbourg, en Bavière, ce jeudi 11 août en début d'après-midi. Le premier train était à l'arrêt et le second n'a pas suffisamment freiné «pour une raison indéterminée» et l'a percuté, a expliqué la police bavaroise dans un communiqué. Trente et une personnes ont été blessées lors de cet accident.

L’article