DE | FR

Attaque contre le siège du parti d'Aung San Suu Kyi en Birmanie

Arrêtée lors du coup d'Etat du 1er février, Aung San Suu Kyi a déjà été inculpée à quatre reprises: pour importation illégale de talkies-walkies, non respect des restrictions liées au coronavirus, violation d'une loi sur les télécommunications et incitation aux troubles publics (archives).

Image: sda

Un incendie, provoqué par un cocktail Molotov, s'est déclaré vendredi matin au siège du parti de l'ancienne cheffe du gouvernement, Aung San Suu Kyi.



Vendredi matin, les locaux de la Ligue nationale pour la démocratie (LND) ont été brièvement incendiés. Un individu a lancé un cocktail Molotov, vers 4h du matin, juste au moment où le couvre-feu était levé.

Seule l'entrée du bâtiment a été touchée. Des membres du parti étaient sur place pour évaluer les dégâts. Le siège de la LND a été l'un des lieux favoris des manifestations, pendant les semaines qui ont suivi le coup d'État.

Des députés vivent dans la clandestinité

La Birmanie est traversée par une grave crise depuis que l'ancien prix Nobel de la paix a été évincé du pouvoir, par un coup d'Etat militaire, le 1er février.

Depuis le putsch, certains députés de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi, vivent dans la clandestinité. Les bureaux du parti, à Rangoun, sont occupés par une poignée de salariés. (ats)

Plus d'articles à propos de la Birmanie

En Birmanie, l'armée assiège les manifestants et fouille les maisons

Link zum Artikel

Accusée de corruption, Aung San Suu Kyi risque (encore) la prison

Link zum Artikel

La répression sanglante s'intensifie en Birmanie

Link zum Artikel

Entre exécutions et armes de guerre, Amnesty s'alarme en Birmanie

Link zum Artikel

Vers un embargo des ventes d'armes en Birmanie?

Link zum Artikel

Facebook soutient la démocratie en Birmanie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Aung San Suu Kyi

1 / 8
Aung San Suu Kyi
source: epa / david van der veen
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

A Hong Kong, la démocratie se courbe un peu plus face à la Chine

L'Union européenne et les Etats-unis ont dénoncé jeudi la réforme du système électoral de Hong Kong imposée par la Chine. Elle a menacé Pékin de «prendre des mesures supplémentaires» contre cette violation du principe «un pays, deux systèmes».

Le Parlement chinois a approuvé jeudi à la quasi-unanimité une réforme du système électoral de l'ancienne colonie britannique. Celle-ci donnera au pouvoir un droit de veto sur les candidats de l'opposition militant pour la démocratie aux élections législatives. Les Vingt-Sept et Washington dénoncent une loi qui viole les valeurs démocratiques et ayant un impact sur le principe «un pays, deux systèmes».

A la lumière de cette toute récente décision, l'Union européenne envisage de prendre des …

Lire l’article
Link zum Artikel