International
Commentaire

L'Ukraine a déjà perdu

Commentaire

L'Ukraine a déjà perdu

Et ce, quelle que soit l'issue sur le champ de bataille.
03.02.2023, 10:36
Suivez-moi
Plus de «International»

Les soldats de Kiev peuvent continuer à se battre. Ils peuvent chasser les Russes de leur territoire, les repousser jusqu'à Moscou s'ils le veulent. Cela ne changera rien au constat. L'Ukraine a déjà perdu très gros dans cette guerre. Même si Zelensky triomphe sur le champ de bataille, son pays est désormais infesté par l'un des pires fléaux sur terre. Des vies seront détruites et l'économie nationale sera paralysée bien après que les combattants aient déposé les armes.

>>> Suivez en direct l'évolution de la guerre en Ukraine

Selon les chiffres de l'ONG Mines Advisory Group, 40% du territoire ukrainien est couvert de mines. Ce qui en fait officiellement l'Etat le plus miné au monde. La faute de l'envahisseur russe, mais pas que. L'Ukraine aurait, elle-même, disséminé des milliers de mines antipersonnel aux abords de certaines villes pour les défendre. Une stratégie militaire efficace, mais interdite et désastreuse.

En répandant leurs engins de mort, Moscou et Kiev hypothèquent le futur de la population ukrainienne. Il y a bien sûr les conséquences physiques. Vingt ans après la fin de la guerre civile qui a ravagé l'Angola et durant laquelle plus d'un million de mines ont été enfouies, des hommes, des femmes, des enfants continuent de perdre un membre, ou plus, en marchant là où il ne faut pas. L'ONU parle de plus de 80 000 Angolais mutilés ou tués.

Voici des prothèses angolaises de fortune. Je laisse votre imagination faire le reste
Voici des prothèses angolaises de fortune. Je laisse votre imagination faire le restesébastien anex/fabien feissli
«Les blessures causées par les mines antipersonnel sont particulièrement atroces, et les chirurgiens de guerre les considèrent parmi les plus difficiles à traiter. Souvent, lorsqu’une personne pose le pied sur une mine antipersonnel enfouie dans le sol, l’explosion arrache sa jambe, voire les deux, et projette de la terre, de l’herbe, du gravier, des éclats de métal et de plastique provenant du boîtier de la mine, des morceaux de chaussure et des fragments d’os dans les muscles et les parties inférieures du corps de la victime. En général, les victimes qui survivent à l'explosion d'une mine antipersonnel doivent être amputées, subir de multiples opérations et suivre une longue réadaptation physique.»
Le CICR

Les mots sont crus, mais ils ont le mérite d'être clairs. Pourtant, derrière les souffrances physiques, on oublie trop souvent les conséquences économiques du problème. Il suffit d'une mine, enterrée quelque part sur un terrain, pour le rendre inutilisable. Qui irait risquer sa jambe pour y construire un immeuble ou faire pousser des céréales? Autant d'hectares cultivables qui manqueront forcément à l'Ukraine, grenier de l'Europe avant la guerre.

Le genre de trucs qu'on trouve dans un champ de mines angolais
Le genre de trucs qu'on trouve dans un champ de mines angolaisImage: sébastien anex/fabien feissli

Car ces dizaines (centaines?) de milliers de mines ne disparaîtront pas par magie, une fois le conflit terminé. Pire encore, personne ne se souviendra où elles ont été enterrées. Il faudra lancer une gigantesque chasse au trésor pour les extraire une à une, comme autant d'épines dans le pied d'un pays qui tente d'aller de l'avant.

Les responsables occidentaux, Ignazio Cassis en tête, évoquent déjà la future reconstruction de l'Ukraine. Un optimisme réjouissant, mais qui semble occulter l'ampleur du problème. Qui va financer le déminage de l'Ukraine et surtout, qui va aller gratter le sol? Des questions qu'il serait bon de soulever dès maintenant.

Je ne veux pas déprimer les Ukrainiens, mais deux décennies après la fin de sa guerre civile, l'Angola est encore loin d'avoir nettoyé son territoire.

Et ce n'est pas faute d'y mettre de l'énergie et de l'inventivité. Pour accélérer le processus, les démineurs ont utilisé des chiens, des rats et même d'impressionnants chars télécommandés, une invention de la fondation suisse Digger 👇.

Mais la technique la plus simple et la plus utilisée reste de se mettre à genoux et de creuser le sol centimètre par centimètre en risquant sa vie à chaque erreur. Pour vous donner une idée, un démineur nettoie, en moyenne, 30m2 par jour. L'Ukraine fait 600 000 km2: soit 15 fois la Suisse. Ils n'ont pas fini de gratter.

Image
Image: sébastien anex/fabien feissli
En Ukraine, les voitures slaloment entre les mines
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
4 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
4
Pourquoi la fille de Staline a dû trouver refuge en Suisse
La fille de Staline se rendit en Suisse au printemps 1967. Au beau milieu de la guerre froide. Récit d’une situation diplomatique délicate.

Il fallait faire vite. Le 7 mars 1967, John S. Hayes, ambassadeur des Etats-Unis à Berne, sollicita une audience «de toute urgence» auprès du conseiller fédéral Willy Spühler. L’Américain exposa la situation au chef du Département politique fédéral (DPF, devenu aujourd’hui le Département fédéral des affaires étrangères ou DFAE) au cours de l’entrevue: Svetlana Allilouïeva, l’unique fille de Staline, avait profité de son séjour en Inde au décès de son compagnon, pour demander l’asile politique à l’ambassade américaine de New Delhi.

L’article