International
Commentaire

Midterms 2022: La démocratie américaine risque de mourir mardi

Les Américains sont à la veille des élections de mi-mandat les plus importantes de leur histoire.
Les Américains sont à la veille des élections de mi-mandat les plus importantes de leur histoire.Image: keystone
Commentaire

La démocratie américaine risque de mourir mardi

Les Américains sont à la veille des élections de mi-mandat les plus importantes de leur histoire et l'issue reste encore inconnue.
04.11.2022, 16:5605.11.2022, 11:08
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Philipp Löpfe
Suivez-moi
Plus de «International»
Blank gravestone with other graves and trees in background. Old stone.
image: Shutterstock

Un récent sondage d'opinion de l'université de Quinnipac a révélé que 69% des Américains, démocrates et républicains confondus, considèrent que leur démocratie est en grand danger. Sauver la démocratie devrait donc être la principale préoccupation lors des midterms de mardi prochain, pourrait-on penser. Pas du tout. A peine 7% de la population considère qu'il s'agit d'un problème urgent.

Les détracteurs des Etats-Unis ont une explication simple à ce phénomène contradictoire: Johnny Sixpack et sa femme grotesquement pomponnée sont tout simplement trop stupides pour se soucier de la démocratie. La seule chose qui compte pour eux, c'est le prix de l'essence. Si celui-ci augmente, ils deviennent haineux, et si en plus les républicains commencent à faire peur avant les élections en parlant de criminalité et d'immigration, alors la démocratie peut aussi tomber à l'eau.

Abraham Lincoln et les «meilleurs anges»

Une explication plus subtile est la suivante: au cours de leur histoire, les Etats-Unis ont toujours connu des périodes où la démocratie et l'Etat de droit étaient menacés, voire partiellement suspendus. Cela vaut bien sûr pour la guerre de Sécession, mais aussi pour les horreurs de l'époque du Ku Klux Klan.

Dans les années 1930, il y avait un puissant mouvement populiste qui sympathisait ouvertement avec l'Allemagne hitlérienne, dans les années 1950, une chasse malsaine aux prétendus communistes et dans les années 1960, des troubles proches de la guerre civile.

Mais les «meilleurs anges», comme les appelait le légendaire président Abraham Lincoln, ont toujours fini par l'emporter. Les Etats-Unis se sont certes trouvés au bord du gouffre menant à un Etat autoritaire, mais ils n'ont jamais fait le dernier pas.

Les Américains éclairés espèrent cette fois encore des «anges meilleurs» – mais cette fois-ci, ça pourrait être serré: 370 républicains qui veulent être élus au Congrès ou à des postes importants au niveau fédéral sont des partisans avoués du Big lie, la thèse maintes fois réfutée selon laquelle Donald aurait gagné les élections en 2020. Et beaucoup d'entre eux réussiront à se faire élire.

Que l'opposition gagne des voix lors des élections de mi-mandat fait partie de l'essence même de la démocratie et est un signe sain. Mais ce n'est pas le cas cette fois-ci. Les partisans du Big lie veulent plus, ils veulent faire en sorte que le Grand old party (GOP) ne perde plus d'élections à l'avenir, et ils ne le cachent pas. Plusieurs candidats républicains le disent ouvertement.

A voter places a ballot in an election voting drop box in Mesa, Ariz., Friday, Oct. 28, 2022. (AP Photo/Ross D. Franklin)
Une urne électorale en Arizona.image: keystone

Pour atteindre leur objectif, ils intimident les électeurs en plaçant des gardes armés devant les boîtes de dépôt, comme dans l'Etat de l'Arizona. Ou encore, ils ont fait en sorte que les scrutateurs neutres démissionnent par peur des menaces.

Ils sont encouragés par Donald Trump. L'ex-président ressemble de plus en plus au fasciste et dictateur italien Benito Mussolini. Le 6 janvier 2021, sa meute de Make America great again (Maga) avait encore échoué lors de l'assaut du Capitole. Mais Trump continue d'attiser la haine et la violence, par exemple en répandant de vilains mensonges sur l'assassinat de Paul Pelosi, l'époux de Nancy Pelosi. Pendant ce temps, son équipe élabore des plans pour changer non seulement le personnel politique, mais aussi les fonctionnaires indépendants après un éventuel retour à la Maison-Blanche.

Les Etats-Unis en bonne position au niveau mondial

De ce point de vue, il n'est pas étonnant qu'il soit devenu normal de mettre en garde contre la mort de la démocratie américaine, et même de considérer qu'une deuxième guerre de Sécession est possible. Pour les non-Américains, c'est étonnant, car les Etats-Unis connaissent actuellement, à l'échelle mondiale, un succès qu'ils n'ont pas connu depuis longtemps. Leurs rivaux les plus redoutables, la Chine et la Russie, sont en proie à des difficultés bien pires.

La Chine a perdu beaucoup de sa splendeur et, sous le règne de Xi Jinping, elle est en train de retomber dans une nation autoritaire et idéologisée. L'Etat a également repris les rênes de l'économie et la société vieillit très rapidement. De nombreux éléments indiquent que les Chinois restent donc coincés dans le «piège des revenus moyens».

La Russie devient quant à elle de plus en plus un paria de la communauté internationale. La campagne sanglante de Poutine contre l'Ukraine est déjà comparée aux invasions fatales de la Russie par Napoléon et Hitler. Oui, il existe une thèse selon laquelle la Russie va se disloquer comme l'Union soviétique autrefois.

Alors que la Russie et la Chine doivent compter sur des partenaires comme la Corée du Nord, l'Iran ou l'Erythrée au sein de la communauté internationale, les Etats-Unis ont toujours plus de 60 partenaires de sécurité dans le monde, comme le constate le politologue John Ikenberry dans le magazine Foreign affairs. La thèse du déclin inévitable de la superpuissance américaine et de l'Occident libéral est actuellement un colosse aux pieds d'argile. Si tant est qu'il faille qualifier les Etats-Unis de «failing state le plus réussi de tous les temps», comme l'a fait récemment Edward Luce dans le Financial times.

Le danger pour la démocratie américaine est pourtant réel, et il est auto-infligé. Le président a de bonnes raisons d'en avertir vivement ses concitoyens. Se contenter d'attendre les «anges meilleurs» de Lincoln ne suffit pas cette fois-ci.

«Nous sommes sur la voie du chaos. Cela ne s'est jamais produit auparavant. C'est illégitime. Et cela n'est pas américain»
Joe Biden, dans un discours à la nation
Les Ukrainiens ont-ils frappé l'Amiral Makarov?
1 / 6
Les Ukrainiens ont-ils frappé l'Amiral Makarov?
source: twitter
partager sur Facebookpartager sur X
Le tour de la Terre à la vitesse de la lumière? Ça ressemble à ça
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Un mort et 30 blessés sur un vol reliant Londres à Singapour
Un Boeing 777 de Singapore Airlines, touché par de «fortes turbulences», a dû atterrir à Bangkok. La compagnie aérienne fait état d'un mort et 30 blessés.

Un vol de Singapore Airlines, assurant la liaison entre Londres et la cité-Etat, a connu une issue tragique ce mardi. L'appareil a été touché par de «fortes turbulences» durant le trajet, écrit la compagnie aérienne sur X. «Nous pouvons confirmer qu'il y a des blessés et un mort», ajoute-t-elle. Ce dernier était un passager britannique de 73 ans.

L’article