DE | FR
Jake Angeli dans les couloirs du Capitole, le 6 janvier.
Jake Angeli dans les couloirs du Capitole, le 6 janvier.Image: Keystone

Le «Chaman de Qanon» fait son mea-culpa

Déçu par Donald Trump et actuellement derrière les barreaux, le «Chaman de Qanon» a dit regretter son rôle dans l'assaut du Capitole.
06.03.2021, 18:12

Vous vous souvenez de Jake Angeli? On vous rafraichit la mémoire: également connu sous le nom de «Chaman de Qanon», ce supporteur de Trump avait guidé l'assaut du Capitole de Washington. Son couvre-chef en fourrure et ses cornes de bison en avaient fait l'un des visages de cette insurrection. Il est actuellement derrière les barreaux.

Interviewé vendredi depuis la prison, il a parlé de son rôle pendant l'émeute et a dit quelque chose d'assez surprenant:

«Je regrette d'être entré dans ce bâtiment avec toutes les fibres de mon corps»
Jake Angeli, le «Chaman de Qanon»

Le Chaman a également pris ses distances avec son ancien idole Donald Trump. Sa déception proviendrait en partie du fait que l'ex-président a refusé de le gracier.

Pas sûr que son mea-culpa lui sera très utile: arrêté par le FBI trois jours après les événements, il est poursuivi pour trouble à l'ordre public, obstruction et conduite inappropriée dans un bâtiment officiel. (asi)

L'assaut du Capitole en images

1 / 6
L'assaut du Capitole en images
source: epa / michael reynolds
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«La politique russe est grossière», le diplomate qui a lâché Poutine balance
Il a démissionné à Genève et sa décision fait le tour du monde. Boris Bondarev a osé, il a lâché la Mission russe. Il commente sa situation dans une interview à 24 heures, voici ce qu'il faut en retenir.

La décision a provoqué un séisme dans le monde bien rangé de la Genève internationale et a provoqué des remous dans le monde entier: Boris Bondarev, un haut diplomate russe, a démissionné avec fracas en réglant ses comptes avec Poutine.

L’article